Vendredi 19 Décembre - 1/3

7 2 0


 Les deux jours restants avant la délivrance des vacances s'étaient écoulés à une vitesse séculaire pour Nathan. Il avait croisé deux fois Alice au détour d'un couloir en changeant de classe, sans pour autant lui adresser la parole ni même la regarder dans les yeux. Il avait réussi à échapper à Elké juste après le refus en s'exilant suffisamment longtemps dans les toilettes pour qu'elle n'insiste pas, ni ne revienne sur ce fiasco pleine de bons sentiments à son égard. Cyrille n'avait rien dit non plus, probablement sur les recommandations de sa petite amie. Morgane donnait l'impression de s'en contreficher et n'avait pas jugé bon de lui rappeler que cette Bœmare n'était qu'une pétasse.

Seul Lex avait voulu en apprendre plus. À l'origine, il avait invité Nathan à dîner pour lui remonter le moral. Comme Morgane avait perdu son pari, il l'avait également invitée à éponger son ardoise chez Samir, le seul kebab de la ville. La discussion avait invariablement glissé vers le sujet « Alice » au point qu'il ne puisse plus être évité. Nathan l'avait laconiquement expédié en résumant sa pathétique tentative.

— La bonne nouvelle, c'est qu'elle n'a pas dit non. Elle a dit qu'elle ne pouvait pas ce soir-là...

Le ton enjoué d'Alexandre tranchait avec la morosité de son ami, qui s'était abîmé dans la contemplation de sa mayonnaise et de la frite qu'il touillait dedans.

— Je sais pas... Si ça avait dû se faire, elle m'aurait proposé une autre date non ?

— Mais non ! Ch'uis sûr qu'elle demande qu'à se faire désirer. C'est une fille après tout, non ? Hein Morg' ?

— M'appelle pas comme ça ! Et pis, il est assez grand pour savoir c'qu'il a à faire, non ?

— Olala ! Vive l'ambiance ! Moi, j'dis mon pote, c'est pas fini ! Si tu la joues fine, y'a moyen de moyenner ! Hein Samir ?

— Inch Allah, comme on dit, répondit le propriétaire de l'établissement qui écoutait la conversation depuis le comptoir faute de clients à servir. Elle est pas végétarienne au moins ?

Nathan haussa les épaules.

— Non parce que, reprit Samir, j'ai rien contre Elké, hein, sur ma vie. Mais elle fait du mal à mon business ! Tu sais depuis combien de temps que j'ai pas vu Cyrille ? Des semaines. Des semaines entières ! Hada rir moumkin ! Mon meilleur client ! Y'a personne qui encaisse le double steak-kebab comme lui, j'ai toujours pas vidé mon stock. Alors que dans mes sandwiches, y'a pas que du kebab, hein ! Il y a de la salade, de la tomate et des oignons. Qu'on vienne pas me dire que je fais la guerre au végétalisme, ils sont les bienvenus chez Samir !

Le Turc en rajoutait, mais derrière le discours faussement indigné, il ne cherchait qu'à lui remonter le moral. Son établissement était à quelques encablures du cinéma d'Arthur et Nathan le fréquentait depuis des années, profitant des petits prix pour avaler de temps en temps un morceau avant d'aller travailler. Il s'économisait ainsi un aller-retour chez lui, et parfois il y gagnait même un repas gracieusement offert.

— Heureusement qu'c'est pas toi qui sors avec elle ! Ca m'aurait fait mal que tu viennes plus me voir ! Alors si cette Alice mange de la viande, moumtaz ! Tu as ma bé-né-dic-tion !

Puis il sourit largement, dévoilant une dentition jaunie et désordonnée.

— Allez, ça va aller mon pote ! enchaîna Alexandre. Ça va même le faire, tu vas voir. Attends la rentrée. Ptête même que Morg' pourrait te filer un coup de main et glisser un ou deux mots sympas pour toi.

— Plutôt crever que de parler à cette grosse vache !

— Ouais, bon. Demande plutôt à Elké...

Force était de reconnaître que Lex avait réussi à lui faire voir son verre de coca à moitié plein.

— Ça va aller mon pote ?

— Ouais, concéda Nathan. T'as raison après tout, elle m'a pas jeté.

— Bon, vous voulez pas parler d'aut' chose ? Ça m'file des boutons, là.

— Détends-toi du string Morg', c'est les vacances !

— M'appelle pas comme ça, j't'ai dit ! fit-elle énervée en jetant le reste de son kebab dans la sauce.

Ne jugeant pas utile d'alimenter les nerfs de la jeune femme, Alex changea de conversation :

— Au fait, Nath', il paraît que tu bosses dans le cinoch' à côté, c'est ça ?

— Ouais, c'est mon parrain qui le tient. Je m'y fais un peu d'argent de poche.

— Et tu mates des films gratos alors ?

— C'est une des contreparties.

— Et t'en ferais pas profiter les copains pas hasard ? demanda le blouson noir presque innocemment.

— Dis donc, t'es pas chié toi ! intervint la punkette. Ceci dit... J'irai bien mater Ewan McGregor dans Une Vie Moins Ordinaire...

Et son visage de s'illuminer soudain, et ses yeux de se faire doux. Nathan bloqua un instant sur elle, sur ses traits qu'il voyait rarement ainsi dessinés. Quand elle arrêtait de jouer à l'adolescente rebelle, Morgane était une très jolie fille.

— Putain, pourquoi tu me regardes comme ça ? J'ai de la salade dans les chicots, c'est ça ?

— Je vais voir ce que je peux faire... soupira-t-il. Mais je promets rien.

Teenage RiotLisez cette histoire GRATUITEMENT !