Mardi 16 Décembre - 1/1

13 3 8

 La bonhomie naturelle de Lex s'était invitée dans le cercle d'amis de Nathan dès le lendemain de leur rencontre. Tout comme Morgane, il mangeait régulièrement avec eux depuis. Même si Elké imposait parfois à sa nouvelle amie de faire un peu de social avec les autres T-L pour améliorer son image. Louis avait apprécié l'ajout d'un représentant du sexe opposé, moins celui du loubard musicien en qui il voyait un concurrent pour conquérir le cœur de la belle. Au bout de trois déjeuners de bringue intensif, la verve acide de la punkette avait découragé le dragueur qui s'en était retourné négocier ses points d'expérience avec Cyrille. Pendant que le maître du jeu se débattait avec un moine toujours en manque et un magicien toujours indécis, Morgane discutait musique avec Alexandre - dont elle avait rapidement rejoint le groupe de rock amateur, Silicone Suicide - ou bien partageait ses opinions avec Elké.

Les deux filles s'étaient vite rapprochées, au point que la nouvelle amitié féminine empiétait parfois sur le temps « spécial Nathan » qu'Elké s'était toujours réservé. Entre les cours, les soutiens à l'école et pour Elvire, quelques heures au cinéma, les devoirs, le T-S* avait vu sa vie sociale gagner en activité au prix cher de son temps libre. À moins de dix jours de Noël, il n'avait toujours aucun cadeau. Fort heureusement, connaissant son ami, Elké lui avait réservé le premier lundi des vacances pour faire les boutiques et pour que, enfin, ils passent un peu de temps rien que tous les deux. Comme « au bon vieux temps ».

Si Morgane s'était ouverte à d'autres personnes, souriait et s'intégrait bien dans l'univers de Nathan, ce dernier ne pouvait s'empêcher de noter combien la situation restait tendue dans le foyer des Céruse quand il donnait les cours particuliers d'Elvire. L'adolescente rebelle n'arrivait à communiquer ni avec sa sœur, ni avec son père. Aussi Nathan se félicitait-il d'avoir régulièrement des dialogues constructifs avec elle : elle mettait même sa fierté de côté pour poser des questions sur ses devoirs, y compris hors du cadre imposé par le proviseur.

Les mardis et jeudis soirs avec Lex étaient devenus comme une extension des déjeuners ou des récréations à la cafétéria. Malgré ses airs de lycéen en échec scolaire, Lex était un bosseur et s'appliquait du mieux qu'il pouvait pour suivre les explications de Nathan.

Ce soir-là, en se penchant vers Nathan pour lui demander de vérifier son exercice d'Anglais, Morgane fit tomber l'agenda de ce dernier, posé au bord de la table. Le voyant absorbé dans des calculs de statistiques avec Alexandre, elle en profita pour voir à quoi ressemblait l'emploi du temps et l'organisation de celui qu'elle avait fini par surnommer « Môssieur Parfait ». Sans surprise, tous les devoirs pour après les vacances étaient déjà rayés. Plusieurs pages comprenaient des notes avec des noms abscons qu'elle associa instinctivement à ces machins idiots qu'il faisait avec Cyrille et Louis. Certaines dates s'accompagnaient d'un prénom, elle en profita pour discrètement ajouter le sien au 27 janvier. En feuilletant des pages toutes plus vides ou inintéressantes les unes que les autres, Morgane en trouva une agrémentée d'un poème manuscrit dont elle s'empressa de juger la qualité. Par trois fois, elle leva des yeux dépités au ciel ; mais une fois le sonnet terminé, la curiosité ne put s'empêcher de demander à l'auteur :

— C'est qui Alice ?

Nathan se retourna brusquement, et voyant son agenda dans les mains de son ancienne Nemesis, rougit de honte et de colère.

— Ça va ! Faut pas te gêner ! s'exclama-t-il en essayant de récupérer son bien.

La punkette le retira au dernier moment. L'inutile surveillant se racla la gorge sans même baisser son journal.

— C'est qui ? murmura Morgane.

— Ouais, c'est qui ? renchérit Lex qui s'était trouvé un sujet plus intéressant que les probabilités.

— C'est personne ! trancha Nathan.

— En tout cas, c'est le nom d'une fille qu'il a mis dans l'acrostiche d'un poème mielleux qu'il a écrit.

— C'est quoi une acrostiche ? demanda celui qui regrettait d'avoir suivi de loin les cours de Français.

— C'est rien ! Et toi, si tu sais ce qu'est un acrostiche, ce soutien scolaire n'est que du flan et t'es suffisamment intelligente pour avoir les notes que tu veux !

Lex ignora le ton acide de Nathan pour immédiatement recentrer le débat en faisant jouer la fibre de la franche camaraderie.

— Nan, mais c'est qui ? Allez quoi Nath', on est potes non ? Tu peux me le dire, à moi.

— Attends, coupa Morgane, me dis pas que c'est cette pétasse de Bœmare ?

La question portait suffisait de mépris pour masquer la vague jalousie qu'elle aurait pu ressentir.

— Hein ? Euh... Je...

— C'est elle ! firent les deux autres en même temps.

— Foutez-moi la paix ! essaya-t-il de conclure en revenant sur un exercice de Chimie qu'il avait déjà fini.

— Mais c'est qui, cette Alice Bœmare ? s'intéressa Lex qui voulait le fin mot de l'affaire.

— Tu vois la blondasse dans la cour fumeurs qui porte une veste en poil de vache ? Assez grande, elle a toujours des pantalons noirs coupe droite et des chemisiers, comme si elle était déjà attachée de presse ou en école de comm'... Franchement, elle a rien d'extraordinaire ! ajouta-t-elle.

— Petits seins ? Petit cul ?

— Ouais. Et elle agite sa menthol comme si elle était en vernissage d'art moderne ! mima précieusement Morgane.

— Ça y est, je la remets. « Rien d'extraordinaire », « rien d'extraordinaire »... Moi je la déglingue quand elle veut !

— À mon avis, t'as juste à demander...

— Nan, mais j'respecte. Nath' est sur le coup, j'laisse tu vois.

— Parce que tu crois qu'il est sur le coup ? railla-t-elle avec un ton de défi qu'elle n'avait plus employé avec Nathan depuis des semaines.

— Foutez-moi la paix.

— T'es pas capable de l'inviter, c'est ça Nath' ?

— En fait, Môssieur Parfait est une grosse poule mouillée. Surtout qu'elle a pas l'air farouche, la Bœmare. Enfin, bon, après, tu fais c'que tu veux, ça m'regarde pas.

— Cot-cot-cot ! entama Alexandre.

— Alors ? Tu continues de lui écrire des poèmes ou t'es « sur le coup » ? défia Morgane en tendant l'agenda vers lui.

Teenage RiotLisez cette histoire GRATUITEMENT !