Jeudi 13 Novembre 1/2

7 1 2


 Assis à sa table au fond de la salle de permanence, Nathan bûchait sur un exercice de Physique difficile tout en écoutant de la musique. Sa compagne de colle était en retard, une habitude qu'elle semblait cultiver depuis la deuxième session ; elle avait rapidement saisi que le surveillant abonné à L'Equipe se fichait bien de la ponctualité des prisonniers, tant qu'ils se présentaient dans un délai raisonnable. De toute façon, elle passait le plus clair de son temps à regarder par la fenêtre sans même ouvrir son agenda, malgré les tentatives diplomatiques de son compagnon d'infortune.

Les oreilles envahies du son chaotique de Sonic Youth, les yeux rivés sur un résultat de calculatrice surprenant, l'adolescent ne l'entendit même pas pointer auprès du pion, ni même s'approcher. Elle réussit toutefois à attirer son attention en s'arrêtant juste devant lui, les bras croisés sur la poitrine. Face à l'insistance tacite de la punkette, il se résolut à abandonner les cristaux liquides de sa TI-83, à retirer ses écouteurs et à affronter son cauchemar personnel d'un mètre soixante.

Elle avait le regard fuyant et parvenait tant bien que mal à contenir une nervosité qui contractait les muscles de sa mâchoire et ses lèvres. Seules les guitares Kool Thing venaient combler un silence qui commençait à devenir gênant. Surtout pour elle.

— J'm'appelle Morgane, finit-elle par dire. Et je te présente mes excuses.

Avec ses bras sur la poitrine et son attitude fermée, Nathan prenait la mesure de ce que ça coûtait à la jeune femme d'admettre ses erreurs et s'excuser.

— Laisse-moi deviner : Elké ? hasarda-t-il.

Morgane retira ses affaires et accola la table adjacente à celle de Nathan tout en acquiesçant sa supposition. Sa meilleure amie avait un goût prononcé pour la justice, surtout quand il s'agissait d'animaux ou de Nathan. Après l'épisode de samedi dernier, nul doute qu'elle lui avait sorti ses quatre vérités sans prendre de gants autour d'un plat de pâtes ou au détour d'un couloir.

— Elle est venue me voir hier. J'étais prête à l'envoyer promener mais elle gueule plus fort que moi sans pour autant être énervée. Ça m'a déstabilisée et elle a eut le temps de faire ton plaidoyer. C'est ta meuf ? demanda-t-elle en sortant ses affaires de cours.

Pris de cours autant par la question que par le changement d'attitude de la jeune femme, le T-S* resta bouche bée plusieurs secondes.

— Allô ?

— Hein, non ! Ma meilleure amie. On va travailler là ? Vraiment ?

Elle sourit de la réponse et ouvrit son agenda, en prenant un air un peu détaché.

— Je pige que dalle aux Math' et t'es là pour ça, non ?

— Ouais, enfin...

— Écoute, coupa-t-elle je t'ai dit que j'étais désolée. Je fais ce que je peux pour m'intégrer dans cette prison, et c'est pas facile tous les jours. Autant Elké me paraît normale, autant toi... enfin... T'es quand même ultra bizarre.

— Merci, grimaça-t-il.

En voyant sa tête, elle se mit à rire.

— Ce que je veux dire, c'est que je me méfie des mecs trop sympa. Et toi, t'es carrément hors compétition à ce niveau.

— Je vais le prendre comme un compliment.

— Tu devrais pas ! Tu fais petite lope en fait...

— Je me demande si je préférais pas la Morgane goth' déprimée qui m'envoyait balader pour un rien...

— C'est Sonic Youth ? demanda-t-elle en désignant du menton les écouteurs.

— Tu connais ?

— J'adore ! Sans eux, on aurait jamais eu ni les Smashing, ni Cobain !

La situation commençait à devenir surréaliste pour l'adolescent : elle pouvait être agréable !

— Musicalement, Nirvana doit plus aux Melvins qu'à Sonic Youth. Mais j'aimerais bien les voir en concert. Ce qui n'arrivera jamais dans notre bled moisi.

— Qu'est-ce qu'un type comme toi fout dans ce lycée de bourges péteux ?

La question était posée sans animosité, sauf pour les mots « bourges » et « péteux ».

— Ma mère pense que c'est le meilleur de la ville. En termes de « programmes éducatifs ». (Nathan mima les guillemets pour appuyer l'argumentation maternelle.) En gros, c'est un gros lycée de fachos qui réglementerait le nombre de fois où t'as le droit de pisser si ça pouvait influer sur les résultats du bac.

Morgane laissa échapper un petit rire cristallin qui surprit le surveillant. Il baissa son journal et les regarda d'un air qui aurait paru presque mauvais s'il s'était senti investi de sa tâche. L'adolescente feignit le visage mortifié qui seyait à tout lycéen collé et il s'en retourna à sa lecture sans un mot.

— Another brick in the wall... murmura Nathan, sourire sarcastique aux lèvres.

— J'avoue, je m'étais vraiment trompée sur toi. T'as pas une gueule à bomber le lycée, mais t'as l'air plus fréquentable que la moyenne. Comme quoi ! Ta copine avait raison.

— Bizarrement, Elké a toujours raison. Ça nous énerve tous... Bon, on s'y met ?

— T'as intérêt de m'expliquer aussi bien qu'à ma sœur. J'te préviens, j'ai pas sa patience !

------------------------------------

Et voilà, la barre des 25% du livre est franchie ! Comme toujours, n'hésitez pas à commenter et à voter :)

Teenage RiotLisez cette histoire GRATUITEMENT !