Samedi 8 Novembre - 3/3

10 2 6

— Et pourtant, elle est sortie pour me filer la thune ! conclut Nathan.

Face aux regards accusateurs de ses amis, il dût expliquer en détail les raisons de son retard. Comme il avait omis la première rencontre douloureuse avec la punk rebelle, il remonta assez loin dans le temps pour brosser le tableau le plus complet de ses mésaventures et les conséquences sur la partie du jour.

— Et elle était à moitié à poil ! intervint Louis.

— 'Tain, mais t'entends vraiment que ce que tu veux entendre toi !

— Attends, c'est pas d'ma faut' ! Vue comment tu l'as décrite, elle avait l'air ultra-sexe...

Enervé, Nathan chercha du soutien auprès de celle qui dégainait les points Louis plus vite que son ombre :

— Nan, mais sérieusement, Elk' ! T'es pas d'accord avec moi ?

Sa meilleure amie grimaça et secoua la tête d'une façon qui tendait à abonder dans le sens de l'obsédé du groupe.

— Mais n'importe quoi ! s'emporta le T-S*.

— Et t'as dit que la fleur de pavot était apparue du jour au lendemain selon Elvire ? demanda la botaniste en herbe.

— Alors lui, il retient que cette nana était juste bien gaulée et toi, tu retiens que cette histoire de plante de drogués ! Ça n'interpelle personne que je doive donner des cours particuliers pour me faire un peu de pognon, que je puisse plus aller au cinoch' aider mon oncle parce que je suis collé tous les mardis et jeudis ? En gros, vous vous en foutez de ce qui m'arrive.

Elké posa une main compatissante sur la sienne pour le calmer un peu.

— Mais non, on s'en fout pas. Disons simplement qu'ensuite chacun lit dans tes propos ce qui résonne en lui.

— Quoi ? intervint Louis, qui ne comprenait jamais la spirituelle du groupe.

Cyrille, qui n'avait pas dit un mot depuis le retour de Nathan, se fit une fois de plus le traducteur de sa dulcinée, mais avec un ton qui frôlait l'agacement :

— Elle dit que : primo, Louis ne pense qu'avec sa bite ; deuzio, la fleur est sûrement le message que la drogue touche cette famille d'une façon ou d'une autre et tertio t'as pas arrêté de parler de cette fille depuis que t'es rentré. T'y vois le signe que tu veux. Bon, on joue ?

— T'as dit qu'elle avait les cheveux violets avant, c'est ça ? surenchérit Elké.

— Pourquoi ?

— Pour rien. On joue ?

— Ah enfin ! Putain, j'ai cru qu'on n'y arriverait jamais !

— Un franc pour Cyrille ! intervint Louis, jubilant d'être passé au travers malgré ses commentaires à propos de cette fille.

— Nathan, commence ou je sens que ça va me coûter une fortune ton histoire !

Teenage RiotLisez cette histoire GRATUITEMENT !