5

768 90 5

Je ne pus rien dire. Mes yeux étaient braqués vers le haut de son bras d'où son sang s'écoulait lentement. Un entaille d'une dizaine de centimètres déchirait sa peau. Avec ses doigts, Connor appuya dessus et je secouais vivement la tête, retrouvant mes esprits. Il était chez moi, dans un sale état et il m'avait demandé de l'aider.

Je me laissais tomber sur mon canapé, passant mes doigts dans mes cheveux alors que je fixais toujours son bras meurtri. Je n'en revenais pas. J'avais l'impression d'être dans un rêve : tout ceci était juste improbable.

- Tu vas m'aider ou non ?, murmura-t-il et je papillonnais des yeux en plongeant mon regard dans le sien.

- T'aider ?

- Tu es vraiment un abruti, grinça-t-il en roulant des yeux et je fronçais les sourcils, énervé. Je ne vais pas aller à l'hôpital dans cet état, ils voudront savoir ce qu'il m'est arrivé. Et je sais que tu veux devenir infirmier, siffla-t-il en serrant les dents, les doigts sur sa blessure. Donc, que tu as déjà commencé à regarder comment c'était, les cours et tout. Et je ne doute pas que ta mère t'a aussi déjà montré des conneries à faire... Bref, j'ai besoin que tu fasses un truc pour mon bras.

- Tu te fous de moi ?, m'insurgeais-je alors en me levant et pointant sa tête. Je ne sais rien faire imbécile ! Je vais juste faire de la merde, tu vas avoir une infection et...

- Je te fais confiance.

Ses mots me coupèrent et je restais interdit. Confiance ? C'était une blague ? Intérieurement, je bouillonnais. Ce qui se déroulait était absolument absurde.

- Alors ?

Je me frottais le visage, réfléchissant à la vitesse de la lumière. Soit je le soignais, soit je l'assomais et j'appelais les pompiers. Ses yeux rencontrèrent les miens et la fatigue ainsi qu'une peur sourde remplissaient ses prunelles. Il était terrorisé à l'idée de finir à l'hôpital, je le savais. Personne n'aimait ça. Sauf qu'en cas de complications, je ne pourrais rien faire. Je n'étais pas sûr de moi, je ne savais rien faire. J'allais juste le tuer si je ne prévenais personne.

- Laisse tomber. Tu as clairement pas envie de m'aider et je le comprends. J'y vais, cracha-t-il en se redressant.

Pourtant, inconsciemment, je posais une main sur son épaule, le retenant alors qu'il allait attraper son pull. Il fronça les sourcils en me fixant tandis que mes dents s'enfonçaient dans ma lèvre. Je ne pouvais pas le laisser partir : il resterait comme ça et ne ferait rien pour se soigner. Je déglutis et lui indiquais le canapé.

- Assis-toi, je vais chercher la trousse à ma mère.

Il hocha la tête et s'affala dans le canapé, sans rien ajouter. Je me détournais vivement et me rendis dans la salle de bain, prenant une valisette puis le rejoignis, m'installant cette fois sur la table basse devant lui.

Je fouillais dans la sacoche, cherchant de quoi le soigner. Une crème anesthésiante, des pansements et de quoi recoudre une plaie. Ma mère me soignait toujours elle-même si elle le pouvait donc elle était toujours parée à toutes éventualités. Ma main tremblait au-dessus du fil. Je ne savais pas faire ça, j'en étais sûrement incapable.

- Je me vide de mon sang pour info, me rappela Connor et je ricanais froidement.

- Ca sera sûrement pire quand j'aurai essayé de te recoudre.

Son visage se décomposa en une seconde.

- Me quoi ?, murmura-t-il et je répétais mes mots. Tu te fous de moi ?

- Pas du tout : je suis obligé si je veux stopper l'hémorragie et que tout cicatrise plus vite.

- Tu ne veux pas juste faire un bandage à la con ?

- Non.

J'inspirais et attrapais l'aiguille ainsi que le fil et préparais le tout. Je tentais de garder une certaine contenance mais j'étais terrifié. Mon coeur battait fort dans mon torse, mon souffle était entre-coupé. J'attrapais le tube de crème et en appliquais légèrement autour de sa plaie, après l'avoir nettoyé avec une serviette imbibée d'eau. Le temps que l'anesthésiant agisse, j'essayais de me rappeler les gestes que ma mère m'avait montré.

- Je peux mourir d'attente à cette allure là, tu sais.

Je rouvrais les yeux et le fusillais du regard.

- Je peux te laisser crever aussi, répliquais-je et un sourire en coin fendit son visage.

- Mais c'est qu'il se rebelle enfin le petit...

Je serrais les poings et attrapais son bras, le faisant grincer des dents Je me foutais qu'il ait mal. Pas après tout ce qu'il m'avait fait endurer aujourd'hui. Il grogna, s'installa de manière confortable et je commençais alors à le recoudre. Rapidement, il se mit à mordre sa main, s'empêchant de crier alors que la douleur devait être horrible. J'essayais de rester concentrer, de faire attention malgré mes doigts qui tremblaient. Ma première "opération". Mon coeur tambourinait sourdement dans ma poitrine et je m'arrêtais à chaque gémissement.

Quand enfin j'eus fini, j'expirais lourdement, tamponnais sa plaie avec une serviette et appliquais un pansement. Connor grimaça, soupira, couina et se laissa tomber en arrière quand je relâchais son bras. Il transpirait et respirait rapidement.

- Tu te sens comment ?, m'obligeais-je à lui demander, inquiet.

- J'ai mal, comment veux-tu que je sois ?, siffla-t-il et je roulais des yeux.

- Est-ce que tu as des bouffés de chaleur, la tête qui tourne, des trucs comme ça ?

- J'ai mal au crâne, mais ça va passer.

Je secouais la tête et me rendis dans la cuisine pour prendre une boîte de paracétamol. Peut-être que ça fera l'affaire. Je l'espérais. Un verre d'eau dans l'autre main, je revins dans le salon et tendis un cachet et l'eau à Connor qui les prit, les yeux mi-fermés.

- Allonge-toi et repose-toi, lui ordonnais-je et il hocha la tête, se laissant glisser sur le canapé.

- Tu es sûr que je te dérange pas ?, souffla-t-il, déjà prêt à dormir.

- J'en sais rien. Dors maintenant.

Il acquiesça à nouveau et s'installa de manière à ce que son bras lui fasse le moins mal possible. Je lui glissais un coussin sous la tête et déposais une couverture sortie du placard sur les jambes. Je fixais son visage, les pensées vides.

Je devrais appeler ma mère, les pompiers, quelqu'un de responsable. Mais j'en étais incapable. Parce qu'il m'en voudrait et je ne le supporterai pas. Pas à nouveau.

________________________________________________________________________

Oups, désolée du retard -qui pour une fois est tout petit :')- j'avais carrément oublié de poster ! ^^

Donc je rattrape ça rapidement ! J'espère que ce chapitre vous a plu :)

D'ailleurs, vous aimez la réécriture jusque là ? Vous préférez cette version ou l'ancienne ? Il y a des choses qui ne vous plaise pas ? N'hésitez pas à tout me dire !

Bisous, love

On réessaye ?Lisez cette histoire GRATUITEMENT !