For every story tagged #WattPride this month, Wattpad will donate $1 to the ILGA
Pen Your Pride

Chapitre 1

25 1 0

"Cours."

Un murmure. Un seul mot.

"Cours."

Il ne cesse de résonner à mes oreilles jusqu'au moment où il me fait reprendre conscience.

"Cours".

Où suis je ? Pourquoi ce mot et pas un autre ?

"Cours"

Mes yeux sont clos, je le sais, je le sens.

"Cours."

Ce murmure s'efface peu à peu me replongeant dans un monde fait de nuances de gris, de noir et de blanc. Je ne sais quoi dire, quoi faire. J'ai peur, je cris. Personne ne m'entend.

Je m'effondre. Je sais que je ne suis pas réellement éveillée, mais pourquoi tout me semble si réel alors ? Mon regard divague, je parviens enfin à comprendre où je suis. Je suis face à "Janey's Bar"... C'est quoi ce bazar ?

Je me tourne et retourne. On ne peut pas... Non c'est impossible. Je ne peux pas être a Drentey... Mon cœur s'emballe subitement. Pourquoi je me mettrais à rêver de cette ville ? J'y ai passé l'entièreté de ma vie. C'est sans surprise que je m'approche du bar, mais comme si une force imaginaire me bloquait, je n'arrive pas à atteindre cette foutue porte.

Mon cœur s'affole, encore plus quand je me vois, moi, comme si je n'étais qu'un vulgaire fantôme en dehors de son corps. Je distingue en une seconde des larmes qui ruissellent sur ses joues. Je me décide de suivre mon corps avant qu'un fourgon décide de s'arrêter à sa hauteur. Nous tournons la tête ensemble vers le chauffeur dissimulé derrière une casquette. Je le vois se pencher et j'entends.

"Je suis plus que désolé, mais quand tu te réveilleras, cours. Ne les laisse pas t'attraper."

Avant de pouvoir digérer ces menaces une portière s'ouvre sur elle et deux mains saisissent ses épaules. Une autre paire de main attrape ses chevilles et elle disparaît dans le fourgon en une fraction de seconde. Ma tête me tourne, mes paumes deviennent moites. Je commence à paniquer et sans savoir pourquoi je me sens projeter en avant.

Mes paupières se soulèvent enfin. Ce n'était qu'un rêve, je suis toujours dans cette foutue camionnette. Une petite voix me répète encore et toujours "Cours." Mes yeux se plissent lorsque la porte, par laquelle on m'avait fait monter, s'ouvre. Mes pupilles se rétractent et une main apparaît face à moi.

"Cours."

Dit ma petite voix tandis que la personne à qui appartient la main murmure.

"N'ai pas peur".

Ma main tremble tandis que l'homme m'aide à me lever. Le soleil m'éblouit alors je pose ma main sur mon front pour le camoufler.

Je peux m'enfuir.

Je dois courir. Je n'ai pas le temps de faire un seul mouvement qu'une seringue vient se planter dans mon bras. Le le liquide me brûle et m'arrache un cri ; j'envoie mon coude dans la mâchoire de l'homme et me redresse sur mes jambes. Je n'attends pas que quelqu'un se jette sur moi pour me mettre à courir. Les hommes qui me barrent la route ne mettent pas beaucoup de résistance quand je les bouscule pour passer. Le vent claque a mes oreilles tandis que je cours. Je ne me savais même pas capable de courir à cette allure. Mon souffle me brûle les entrailles, mais je continus de courir. Le sol de cailloux se change au profil d'herbe et je m'enfonce dans une forêt sans savoir où je vais.

CoursRead this story for FREE!