Le monde est stone

65 10 26

"J'écris des portraits"_Luc Panmondon

______________________________________

Cette citation est magnifique je trouve. Cette chanson est magnifique je trouve. Je voulais vous écrire un texte, alors le voici. J'espère qu'il vous plaira. Dites-moi ce que vous en pensez en commentaire :)

Oh et merci pour être classée en Poésie !

______________________________________

J'ai toujours aimé raconté des histoires. J'ai toujours aimé décrire les gens et écrire sur eux.

Le monde est comme figé en ce moment. Le monde est comme cassé tu sais.

Il y a ce garçon qui se retient de pleurer car tu sais, un garçon ça ne pleure pas. Il a les yeux rouges car la nuit, il trempe son oreiller. Des poches se sont creusées sous ses beaux yeux striés à présent de rouge. Son visage est bien trop pâle et il tourne son regard vers les étoiles en espérant un jour être loin de ses soucis, être un jour dans les étoiles. Il a peur, il a mal, et il pleure.

Il y a cette fille aussi. Elle n'est pas vraiment jolie. Elle aussi elle aime la nuit. Elle aussi elle aime les étoiles. Et elle aime rêver. Elle aime fermer les yeux et se laisser aller à un autre monde, à son monde à elle. Enfermée avec ses écouteurs, elle s'éloigne du monde. Sa musique la guide. Elle pourrait ne rien faire d'autre que d'écouter la voix de ce chanteur qu'elle aime tant. Elle est un peu perdue, elle est un peu effacée, elle est un peu trop triste.

Les mains dans ses poches, seulement son sweat trop grand sur lui et son sac à dos, il marche dans la rue sombre. La lune guide son chemin. Le monde est endormi, le monde est ennuyant. Il veut juste dormir, juste fermer les yeux et partir loin, autre part. A une époque il avait des rêves tu sais, à une époque il voulait devenir astronaute. Mais ses parents se criaient trop dessus, mais ses parents ne lui donnaient plus d'espoir. Alors il a laissé tomber. Ses rêves, ses espoirs. Il arrive en plein milieu du champ de fleurs sauvages. Il s'assoit au milieu et, éclairé par les rayons de lune, son soleil de la nuit, il sort de son sac sa bouteille de vodka et son carnet de croquis. Il prend une gorgée d'alcool et s'empare de son crayon à papier. Premier trait, première gorgée, puis un autre, puis une autre.

Elle souffre tu sais. Elle voudrait que ça s'arrête, une bonne fois pour toute. Elle a l'impression d'être de nouveau une enfant. Dans le noir, à tâtons, elle cherche ses écouteurs et son téléphone. Elle met la musique beaucoup trop fort. Elle met la musique à s'en briser les tympans. Elle enfile ses baskets, son gros gilet en laine et sort dans le champ derrière chez elle . Elle prend son paquet de cigarettes dans la poche de son vêtement. Son cœur bat beaucoup trop fort alors qu'elle l'allume. Les yeux vers les étoiles elle tombe littéralement sur le jeune homme à ses pieds.

Sous la lumière lunaire, on dirait un ange tombé du ciel ; c'est sa première pensée. Elle est face à lui désormais et le fixe de ses grands yeux effrayés. Elle a peur. De quoi, il ne sait pas. Il la trouve jolie aussi. Elle se redresse et porte sa cigarette à sa bouche. Il porte la bouteille d'alcool à la sienne et reprend son crayon. Elle s'assoit sans un mot près de lui et observe chacun de ses gestes. Pas un mot n'est échangé entre eux. Ils n'ont pas besoin de ça. Le lendemain, elle revient avec un carnet elle aussi.

Ils se retrouvent plusieurs fois, plusieurs nuits et commencent plusieurs conversations. Ils boivent beaucoup. Ils regardent beaucoup le ciel. Il dessine beaucoup. Elle écrit beaucoup. Ils s'embrasseront beaucoup. Ils s'aimeront beaucoup aussi dans ce champ de fleurs. La première fois tu sais, c'était un jour après qu'ils aient trop bu. Mais elle a toujours peur. Mais il a toujours mal.

Il dessine des portraits et, elle, elle écrit des portraits.

Ils s'aiment la nuit. Ils vivent la nuit. Ils se laissent aller tous les deux la nuit. Ils se racontent leurs rêves la nuit. Ils s'embrassent la nuit. Ils ne se voient que sous les rayons de lune tu sais, mais ça leur plaît.

" Le monde est stone bébé ", c'est ce qu'il lui a un jour dit alors qu'elle était allongée sur son torse nu parmi les fleurs après qu'ils se soient aimés plus que de raison.

" Et nous on se laisse mourir ", c'est ce qu'elle lui avait répondu avant de lui embrasser la main.

Ils s'étaient endormis au milieu des fleurs sauvages cette nuit-là. Quand ils s'étaient réveillés, c'était la première fois qu'ils se voyaient sous le soleil levant.

" Le monde est stone " c'est ce qui était désormais encré dans leurs deux peaux tu sais. Ils se l'étaient fait tatouer après leur premier matin ensemble.

Et tu sais, moi aussi j'écris des portraits.

______________________________________

Version de Le Monde Est Stone en média par Fabienne Thibeault et version ci-dessous par Slimane (cette version est beaucoup trop belle !).

Noyons-nous Sous Les MotsLisez cette histoire GRATUITEMENT !