Chapitre 15 : Corse (mars 1785 - juillet 1786) - Chez le Bibliophile

75 17 6


    Nous nous trouvions à Olmeto depuis quelques semaines quand, une fin d'après-midi, j'accompagnai le colonel chez Monsieur della R..., où le colonel avait pris ses habitudes. Monsieur della R... (je préfère n'écrire que l'initiale car, à l'époque, cet homme ne tenait point à ce que cela se sache trop qu'il était du parti des Français, de peur, je ne sais, de représailles) était un notable qui aimait discuter et montrer quelques livres à mon supérieur.

    Devant le domicile de Monsieur della R... un assez gros chien nous renifla et, ayant sans doute satisfait à son inspection, nous délivra son « laissez-passer »... Sans cesser de nous fixer le chien s'écarta et nous laissa frapper à la porte sans nous mordre aux mollets.

        Le notable devait nous attendre avec quelque impatience car, presque de suite, il ouvrit lui-même- mais en regardant soigneusement tout autour de nous - nous accueillant à bras ouverts dans un mélange d'italien et de français.

     Le colonel m'avait appris que ce monsieur aimait les livres. Dès l'ouverture de la porte du bureau-cabinet de lecture-salon de ce monsieur, l'intensité de sa bibliophilie me sauta au visage. Tout en sirotant un café trop chaud que nous servi sa domestique, je ne pouvais que m'émerveiller des murs de la pièce maçonnés de livres. C'était vraiment merveille de trouver en ce lieu plutôt reculé une telle accumulation de savoir. Dans ma naïveté d'alors je ne savais pas qu'une vie intellectuelle intense, faite de cabinets de lecture, de cercles, d'académies locales, s'agitait, brassait les idées, les espoirs dans l'isle, en France, et dans toute l'Europe.

       S'il n'y avait eu que les livres ! Mais s'accumulaient aussi des oiseaux et autres animaux empaillés, la carapace d'une grande tortue, des papillons sous verre, des tableaux représentant des ruines romaines, des natures mortes, une boussole...

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

    S'il n'y avait eu que les livres ! Mais s'accumulaient aussi des oiseaux et autres animaux empaillés, la carapace d'une grande tortue, des papillons sous verre, des tableaux représentant des ruines romaines, des natures mortes, une boussole marine, des coraux, des morceaux de roches de formes et couleurs diverses, une lunette d'astronomie, un fort beau globe terrestre, des coquillages à la beauté nacrée et bien d'autres objets qui prouvaient la multiplicité des intérêts de notre hôte, qui était vraiment un homme de notre temps. Cela prouvait aussi, ainsi que je devais l'apprendre plus tard, l'étendue de la richesse de Monsieur della R... qui s'était fort habilement enrichi dans la fourniture aux armées du roi et était venu se retirer, en toute discrétion, loin de ses divers ennemis.

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.
Moi, Jean Thomas Collot -  Tome un : Au Temps des roisLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant