Chapitre 11 - Spectacle - Partie 5

200 49 6

Naola sentit son estomac se tordre quand Tourab et elle piquèrent vers le monument. Elle venait de passer l'entière maîtrise de leur corps métallique au djinn, plus vif et plus à l'aise dans les airs. L'oiseau s'engouffra à travers le toit béant, redressa au raz du sol et se faufila entre les travées. Le dallage de la nef s'ouvrait d'un immense trou dans lequel les colonnes menaçaient de tomber ; un chaos de pierres brisées que la Seine infiltrait à gros bouillons.

L'île est en train de couler, réalisa la jeune femme. Pas de trace des mécas. S'ils s'étaient trouvés là, le séisme les avait avalés. Tourab poussa son exploration vers le chœur, évitant de justesse un morceau de charpente suivi d'une cloche dont le gong surplomba un instant vacarme en s'écrasant contre la pierre. Le son se répercuta contre les arcades, sa terrible vibration perturba quelques secondes la liaison entre la sorcière et le djinn. Naola serra les dents, mais tint bon. Elle avait repéré les mécamages.

Les prisonniers rassemblés au niveau de l'autel, au centre du chœur, scrutaient la voûte chancelante. Certains d'entre eux s'affairent autour de blessés. Une partie du groupe avait été décimé par les premières chutes de pierres et le majestueux transept de Notre Dame offrait un spectacle sanglant.

« Subtil. Mécas repérés, articula la jeune femme d'une voix blanche contre son poignet. Une trentaine de survivants, en plein milieu du bordel. Presque sous la flèche. Merlin ça s'effondre de partout ! »

La sorcière ferma les yeux, brutalement attirée vers la conscience du djinn. Tourab, d'une incartade, venait de leur éviter de finir écrasés par fronton d'une colonne en perdition. L'esprit vent, de rage, se fit rafale et envoya l'impertinent minéral s'abîmer dans les remous du fleuve. Naola, à des kilomètres de là, tomba à genoux et faillit vomir. Son partenaire de vol, lorsqu'il manquait de puissance, puisait allègrement dans la magie de la sorcière pour alimenter la sienne.

Alerte ! Réponds !

La voix d'Alix lui parvint comme dans un coton lointain. La jeune femme grogna. Notre Dame naufragée se superposait à ses sens et lui donnait le tournis.

« Je te reçois. »

Un problème de ton côté ?

« Tourab est un peu trop gourmand, rien de grave, répondit Naola, les yeux fermés. L'eau monte et la flèche risque de tomber sur les mécas d'un instant à l'autre. »

Je t'envoie Fort. Il te fournira ce que l'autre te prend et plus si nécessaire.

Mattéo apparut aussitôt côté d'elle, soucieux. Il s'agenouilla à son niveau, attrapa ses mains et lui demanda d'un regard la permission de toucher ses concentrateurs pour accélérer le transfert de magie. Naola hocha la tête en refermant ses doigts sur sa paume.

Est-ce que tu peux protéger les mécas ? poursuivit Alix par le canal de diffusion.

« On va faire notre possible, mais vaut mieux pas que les secours traînent. »

Je fais au plus vite.

Naola cala son épaule contre Mattéo et laissa de nouveau sa conscience filer jusqu'à la cathédrale. Le djinn l'inonda de soulagement, elle lui insuffla la nécessité de préserver les êtres encore en vie dans l'édifice. L'oiseau de métal vibra d'assentiment et la suite ne fut qu'un enchaînement de rafales, bourrasques et tourbillons. Un déferlement d'air en cyclone dont l'œil paisible encadrait les mécamages qui se serraient les uns contre les autres, terrifiés. Lorsqu'un gros projectile parvenait à passer, Tourab consommait une quantité terrible d'énergie pour le dévier. Ils devaient tenir, le temps qu'il faudrait.

Les traitresLisez cette histoire GRATUITEMENT !