Arriver a Auschwitz (partie 1)

50 3 0
                                                  


  Au environ de 9h ce matin la les portes glissières se sont ouvertes.
Nous avons étés poussé hors du train et la mise en scène a commencé. Nous avons étaient "accueille" par des cris, des hurlements, des aboiements et des coups.

Les allemands n'arrêtaient pas de hurlaient "SHENLL SHELL RAUS "
Se qui veut " VITE VITE DEHORS!"
S'étaient surtout ça dehors après trois jour et trois nuit sans manger, sans boire et sans dormir le premier mot qu'on dit c'est dehors !

Après ça des hommes en pyjamas rayés sont arrivés et nous ont aidés à descendre du train. L'homme qui a fait descendre Lucie lui a dit " Ne monte pas dans les camions".
Au début je ni est pas prêtais attention mais un peu plus tard je me suis demandée "pourquoi il ne fallait pas que nous montions dans les camions? Et puis qu'elle camions ?"

Mais je n'étais pas eu le temps de me poser plus de questions très longtemps.
Après être descendu du train les SS nous on fait comprendre qu'il fallait que nous lassions nos gages au sol.
Quand j'ai vu les d'hommes en Pyjamas rayer prendre nos valise sans même demander à qui elle appartenaient j'ai comprit qu'on ne les reverraient pas.

En suite les allemands nous on encore une fois fait comprendre de nous diriger vers l'avant du train.
La deux SS on séparés rapidement les hommes des femmes.

C'est dernier fois que j'ai vu mon frère. Avant qu'il ne nous séparent j'ai serrais Paul dans mes bras et je lui est dit " ne monte pas dans les camions ."Il m'a répondu d'un hochement de tête puis m'a crié alors qu'un SS le poussais vers d'autre hommes " prend soins de Lucie" je n'est pas eu le temps de lui répondre il s'est noyé dans la vague de foule.

Ensuite les SS ont séparé les femmes des femmes. Toutes les femmes malades, enceintes ou avec des enfants, âgées ou trop jeunes ou même un peu maigrichonnes ils les ont mit à gauche vers des camions. Puis ils ont mis à côté d'eux sur leur droite c'elle qui avaient l'air plus robuste et plus forte.

Après ça il restait un petit groupe de femmes dont je faisait parti, un SS nous a alors fait comprendre: « fatigué camions, autres la » il montrer le petit groupe de femmes qu'il avait près sélectionné.

J'allais me diriger vers les camions quand je le suis dit en moi même « C'est tout de même bizarre ils nous affames, nous maltraité durant des mois et maintenant ils essais d'être gentils en proposent à ceux qui sont fatigués de monter dans camions, nous c'est trop beau pour être vrai»
Et puis les paroles de l'homme qui avaient fait descendre Lucie le revenait en tête.

Alors dans le toute, j'ai pris Lucie par la main et je me suis dirigée vers le petit groupe de femme qu'ils avaient près sélectionnées.

Après 2 longue heure de sélection les camions sont partit puis nous. Nous avons parcouru quelque kilomètre environ 2 ou 3 avant d'arriver à une baraque la les allemands nous ont demandé de nous déshabiller...

Jamais sans ma sœur Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant