Interlude 1 - DUIR

222 15 13

Peu importe notre espèce, notre vie nous paraît toujours éphémère.

Rythmée par le défilement insaisissable des saisons, du vol majestueux des nuages, du cycle éternel de la nuit qui cède sa place à la journée et du jour qui s'estompe au profit de l'obscurité, parfois éclairée d'étoiles et de lune, notre vie est toujours trop courte. Aucune espèce ne sait se satisfaire de sa longévité. Demandez à la Terre son avis, vous verrez qu'elle aussi sent sa fin approcher et panique.

Je suis ici depuis des millénaires. Oui, je suis tellement vieux que ma peau semble à la pierre. Mon corps tortueux souffre chaque jour de la sécheresse et de l'humidité. Je suis l'hôte de nombreuses formes de vie. Certaines me parasitent ; avec d'autres, je vis en symbiose. Je pourrais bien être le dernier de mon espèce majestueuse... Les Arbres Géniteurs.

Ancrés à la terre, nous observons le monde évoluer. Pourtant, nous ne sommes pas de simples témoins. Nous sommes destinés à plus que cela. Chacun d'entre nous est programmé pour une tâche particulière. Une seule tâche commune. A chaque millénaire, l'un d'entre nous est ensemencé par la Mère de tout, la Terre. Nous sommes choisis. Alors, nous mettons au monde un être particulier, hors normes, magique : l'Enfant-Double. Cette créature providentielle demande toute notre attention jusqu'à son affranchissement.

Ce moment est bientôt venu pour moi et il fait déjà si froid, cet hiver, qu'il pourrait bien neiger ce jour-là.

***

Aujourd'hui, la forêt est paisible. Elle me rappelle celle de mon enfance loin de la destruction humaine. A cette époque-là, les Korrigans, ces lutins farceurs, foisonnaient dans nos bois et les Fées foulaient les fougères sans crainte d'être anéanties. Maintenant, il est rare d'apercevoir le Petit Peuple et des créatures magiques s'aventurer hors de leur monde. Les Géants sont devenus monts et montagnes, les Korrigans se cachent dans les profondeurs des forêts ancestrales, les Nains dans les cavernes sous les montagnes, et les Dragons sont une espèce éteinte. Mille ans que le dernier Enfant-Double a été dépecé par l'Usurpateur et c'est à moi de former le prochain. Celui qui rétablira peut-être l'Harmonie.

Je sens grossir l'œuf en moi depuis plusieurs lustres. Sa Mère, la Terre, a pris son temps pour me féconder. Oui, chez nous, c'est le mâle qui génère l'œuf, le couve et porte l'enfant jusqu'à sa maturité. La Mère ne s'occupe pas de ses progénitures. Elle féconde. Elle ordonne la vie. C'est tout.

Il fait très froid. J'ai perdu la majorité de mes feuilles cet automne. Je n'ai plus aucun rempart contre le givre. Le vent glacial glisse sur mes branches robustes et mes faibles rameaux, mais il s'immisce dans toutes mes anfractuosités. La Mère de tout n'a pas vraiment choisi le bon moment pour m'ensemencer. De minuscules flocons de neige virevoltent pour se déposer délicatement sur mon bois.

L'Enfant-Double ne sera pas complètement à l'abri en moi, alors je creuse ma cavité ventrale encore plus profondément pour le protéger de la rudesse hivernale. Je ne veux pas qu'il doive aussi se défendre contre le froid. Après tout, sa vie sera déjà assez compliquée...

DUIR, Témoignage de la Grande Destruction, retranscrit par aSia, Extrait du Livre des réfugiés.

L'Enfant-Double [En pause pour le temps du NaNoWriMo]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !