Chapitre 9.

Depuis le début

Une fois qu'elle eut trouvé la plaquette de pilule dans son sac, elle s'empressa d'attraper un verre dans l'un des placards, avant de se déplacer à nouveau jusqu'à la salle de bain, trouvant Kara en train de se brosser les dents, comme elle avait dit qu'elle le ferait, ses yeux fermés comme pour empêcher la lumière de pénétrer, souhaitant rester plongée dans le noir.

- Promets-moi que la prochaine fois que je te parlerais de boire un verre avec mes collègues tu seras comme la femme de Tim et tu me demanderas de rentrer à la maison pour regarder une série sur Netflix avec toi.
- Je te promets de faire tout ce que tu veux Chérie. Même si je trouve ça bien que tu te sociabilise avec tes collègues de travail.
- Si c'est pour être comme ça à chaque fois, non merci, je préfère vivre en ermite. Juste toi, moi et notre télévision.

Un léger rire sortit d'entre les lèvres d'Elise, avant qu'elle ne tende le verre remplit d'eau à Kara, ainsi que les pilules qu'elle avait sorties de sa boite.

- Prend ça et arrête de dire des bêtises.
- Je ne suis pas sûre de réussir à boire ne serait-ce qu'une gorgée d'eau, j'ai l'impression que mon corps ne va rien accepter pour le moment, c'est horrible.
- Hein, hein. Ça ne va pas marcher avec moi. Alors cesse de faire l'enfant et prend moi ses médicaments, sinon je n'hésiterais pas à t'ouvrir la bouche moi-même et à te les faire avaler de force.
- Mais...
- Il n'y a pas de mais qui compte. Alors avale-moi ses médicaments. Tu sais que je suis capable de mettre mes menaces à exécution.

Maugréant contre sa petite amie, Kara fini par attraper le verre et les médicaments les avalant le plus vite possible, une grimace sur son visage, essayant de retenir une nouvelle vague de nausée qui menaçait de sortir.

- Et bien tu vois, tout c'est bien passé. Maintenant file te recoucher.
- Est-ce que tu viens te coucher avec moi ? S'enquit la jeune femme aux cheveux noir, une moue boudeuse sur les lèvres, espérant que cela suffise à faire craquer sa petite amie.
- Bien sûre que je vais venir avec toi. Je ne te laisse pas tout de seule, il paraitrait que tu es incapable de prendre soin de toi-même. La preuve, je te laisse seulement quelques heures et tu termines avec la pire gueule de bois de l'histoire.
- Ce n'est pas si grave..., soupira la jeune femme, bien qu'elle disait exactement le contraire il y a quelques minutes.
- Chérie... Tu as l'air horrible. C'est très grave, alors zhouh ! Au lit !
- Je te remercie, bouda légèrement Kara, avant de s'exécuter regagnant son lit, suivit par sa petite amie qui ne pouvais s'empêcher de sourire avec amusement de son air dramatique.
- Tu es pire qu'une enfant quand tu te sens mal. C'est un peu drôle je dois l'avouer.

- Je te déteste maintenant !
- Non, ce n'est pas vrai, mais c'est mignon d'essayer de me le faire croire ! Maintenant, file te coucher ! Sinon je te laisse dormir toute seule !

Plongeant dans son amas de couvertures, Kara s'empressa de poser sa tête sur son oreiller frais, gémissant d'aise.
Enlevant ses chaussures, Elise ne tarda pas à la rejoindre sous les couvertures, la laissant se blottir contre elle.

- Tu seras encore là quand je me réveillerais ?
- Bien entendu. Il n'y a rien qui pourrait me faire bouger de tes côtés aujourd'hui.
- Super...

Enfouissant un peu plus sa tête dans le cou de sa petite amie, Kara laissa le doux parfum de sa petite amie la faire s'endormir peu à peu, tandis que son mal de tête s'estompait, emporté lui aussi par le monde des songes...

K&E

Quand Kara se réveilla pour la deuxième fois, le soleil était déjà en train de descendre dans le ciel.
Elle ne savait pas combien de temps elle avait dormit, mais cela avait beaucoup aidé à faire partir son mal de crâne.
Le sommeil et les médicaments que l'avait forcé à prendre sa petite amie également, bien entendu.

Tome 0 : KaraWhere stories live. Discover now