1.1 : Une vie banale

1.2K 107 9
                                    

Au revoir de OneRepublic
(la chanson qui me fait penser au Reflet de l'Hiver à chaque fois que je l'écoute !)

Today I'm not myself
Aujourd'hui, je ne suis pas moi-même

And you, you're someone else
Et toi, tu es quelqu'un d'autre

And all these rules don't fit
Et toutes ces règles ne correspondent pas

And all that starts can quit
Et tout ce qui se commence peut se finir

...

~ 17 ans plus tard ~

L'enceinte propulsant le son, l'eau coulant le long de mon dos, je tape du pied au rythme de la musique.

— Adéliane ! Sors de la douche !

Je soupire mais finis par couper l'eau lorsque j'entends la voix de ma tante, furieuse.
J'arrête la musique et attrape ma soyeuse serviette bleu. Je passe une main dessus pour apprécier sa douceur et sèche ma peau humide. Une odeur de fleur de cerisier commence à se répandre dans la salle de bains. J'hume à fond ce parfum que j'adore et finis enfin par sortir de la pièce.
Sur la pointe des pieds, je me dirige furtivement jusqu'à ma chambre et enfile mes habits, plutôt sombres aujourd'hui. Puis je mets mes Docs, me saisis de mon sac de cours et rentre dans la salle à manger. Ma tante est présente et est en train de faire griller le pain. Je m'empresse de préparer mon café et le verse dans un bol qui porte l'inscription Adélie : nous n'avons jamais pu trouver un bol avec mon vrai prénom, alors ma tante et moi nous sommes contentées de mon surnom occasionnel. Portant mon café à mes lèvres, je me brûle la langue. Comme chaque matin. Je ricane suite à ma maladresse et repose le liquide fumant sur la table le temps qu'il refroidisse, puis je hume l'odeur des tartines grillées, salivant d'avance.

Quand les tartines sautent, ma tante m'en apporte deux et s'en prend également pour elle.

— Merci, dis-je chaleureusement.

— De rien ma petite Adéliane.

Elle esquisse un sourire et je le lui rends en montrant mes dents. Elle lève les yeux au ciel et se sert de beurre qu'elle étale sur ses tartines. Moi, je me contente seulement de confiture de framboises, sans beurre - c'est une aberration selon moi.

L'agréable craquement lorsque je mords le pain se fait entendre et je savoure. Le goût de framboise se répand sur mes papilles et je me lèche les lèvres. Puis mon regard se pose sur l'horloge électrique posée sur la table. Je sursaute en voyant que l'heure est déjà bien avancée.

— Et merde ! Bon désolée Amina mais il faut que j'y aille, fais-je en me levant de table.

— À tout à l'heure alors, et passe une bonne journée.

Je lui souhaite de même et quitte la petite maison dans laquelle j'habite. Désormais, une marche d'un peu plus d'une heure m'attend à travers la forêt.

Je remets mon sac correctement sur mon épaule et commence à longer la route bétonnée couverte d'une fine couche de neige et de verglas. Équipée de mon éternel sweat à capuche gris et de mon casque, enfoncé sur mes oreilles.

Je suis habituée depuis toujours à ce rythme tranquille et monotone. Rien ni personne n'ai jamais venu troubler mon petit train de vie, et j'espère que cela durera, car j'y suis attaché.
Je chantonne légèrement lorsqu'une musique particulièrement à mon goût commence à retentir. Je ferme un instant les yeux et souris. J'inspire. L'air frais pénètre dans ma trachée pour finir sa course dans mes poumons, qui brûlent tant l'air est froid. Je souffle et un petit nuage blanc apparaît, que je contemple ensuite avec émerveillement. C'est si beau, l'hiver. Malgré la fraîcheur, malgré le silence, malgré cette atmosphère de mort.

Tome 1 : Le Reflet de l'HiverOù les histoires vivent. Découvrez maintenant