The Forteenth

106 18 32

« Dis mais t'es tombé dans la cuvette ou c'est comment ? » s'exclama WooJin à travers les rayons

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

« Dis mais t'es tombé dans la cuvette ou c'est comment ? » s'exclama WooJin à travers les rayons.

Ça faisait bien une demi-heure que JiHoon était aux toilettes et il n'avait donné aucun signe de vie. Ça commençait à devenir inquiétant. Peut-être lui était-il arrivé quelque chose.

Pendant tout ce temps, le plus jeune avait rempli d'autres sacs de nourriture, et vérifié que ce qu'il prenait était au goût d'au moins l'un d'eux, sinon ça ne servait pas à grand chose. Et pour ne pas s'encombrer, il avait semé les sacs à travers le magasin.

« C'est bon je vais bien t'inquiète pas ! répondit l'originaire de Séoul alors que sa voix se rapprochait de l'emplacement du Busanais.

– Qu'est-ce qui te prends autant de temps alors ? demanda-t-il, toujours tourné vers les étagères.

– Retourne-toi et tu verras. »

Le garçon aux cheveux rouges jeta un œil par dessus son épaule, puis un sourire se dessina sur son visage quand il se rendit compte que son meilleur ami avait désormais les cheveux blond platine. Ça lui faisait bizarre, mais le blond lui allait bien.

« Mais qu'est-ce qui a bien pu te passer par la tête ? se moqua le cadet en reprenant les dires de l'autre avec une voix sans émotions.

– Haha, très drôle. Bon, t'as fini tes emplettes, Petit Poucet ?

– Haha, très drôle, répéta WooJin toujours dans l'ironie. Oui, j'ai fini. »

Sur ces paroles, l'autre adolescent retourna au rayon où il avait laissé toutes ses bouteilles, et les deux garçons quittèrent les lieux.

Il faisait encore jour dehors, mais le soleil commençait peu à peu à descendre, teintant le ciel, orné de quelques nuages, de rose.

Les camarades portaient tant bien que mal leurs sacs en marchant sur les toits, empruntant le chemin inverse qu'il y a quelques heures. La lumière se reflétait sur leur peau et leurs cheveux. WooJin s'arrêta un moment et JiHoon fit de même un peu plus loin, quand il remarqua que son ami ne le suivait plus. Le premier aurait bien sorti son téléphone pour prendre une photo, si seulement il n'avait pas tout ces sacs.

« Fais voir je te les tiens, dit l'originaire de Séoul en attrapant ce qui encombrait son camarade.

– Tu lis dans mes pensées ou comment ça se passe ? demanda l'autre en sortant son cellulaire.

– Je suis devin c'est tout, plaisanta JiHoon. Aller prends-la ta photo.

– Merci Hyung. »

Le cadet prit donc sa photo, et se tourna vers le plus vieux, dont les cheveux devenaient roses sous cet éclairage et les yeux étaient devenus ronds après sa dernière phrase. L'ex-brun utilisait rarement Hyung pour le désigner, à part quand il avait une idée derrière la tête. Pourtant cette fois ça n'avait pas l'air d'être le cas. C'était plutôt sincère.

Ils seraient bien restés encore un peu à contempler ce spectacle, mais il fallait qu'ils rentrent désormais, il commençait à se faire tard.

« On fait quoi maintenant ? interrogea WooJin en regardant le sol.

– Je sais pas. Tu veux bouger, ou on reste un peu ici ?

– Je préfère aller jusqu'à Busan au plus vite, répondit le garçon aux cheveux rouges.

– On s'en va alors. »

C'était donc décidé, le duo continue leur voyage pour Busan.

Le réservoir de l'hélicoptère était encore à moitié plein, il ne leur restait qu'à décoller.

*****

Trois jours plus tard, les deux compagnons quittaient Daegu, s'approchant de leur but.

Ils étaient passés par Jeungpyeng, Sangju, Chilgok et enfin cette dernière en l'espace de soixante-douze heures. Il leur restait encore à boire et à manger quand ils survolèrent Miryang, dont WooJin ignorait complètement l'existence.

« Comment ça tu connais pas Miryang ?! s'étonna JiHoon aux commandes.

– Non, désolé, je connais pas les noms des trous pommés de Corée du Sud, contrairement à toi, à ce que je vois.

– Espèce d'inculte.

– Bon c'est quoi ?

– T'es trop innocent, je vais pas te le dire, rit le blond.

– J'ai pas quatre ans non plus hein.

– OK, mais je veux aucune plainte alors.

– Vas-y balance le scoop Kim JooNo.

– La ville a une très mauvaise réputation à cause d'un viol collectif qui date de deux milles quatre. Cinq filles d'entre treize et seize ans par une quarantaine d'étudiants.

– Aaah mais c'est dégueulasse ! gémit le plus jeune qui avait fini par se boucher les oreilles pour ne pas entendre la suite.

– Tu m'avais dit que tu te plaindrais pas ! C'est toi qui a voulu savoir !

– Mon innocence s'envole !

– T'as pas bientôt fini ton cinéma Nam JooHyuk ?

– J'espère qu'ils se sont fait déchiqueter en milles morceaux par ces créatures et qu'ils sont morts dans d'atroces souffrances.

– Dans certains cas, cette apocalypse a du bon. »

Après cette discussion mouvementée, les adolescents atteignirent rapidement Busan, la ville où ils avaient vécu de nombreuses années.

Rien n'avait changé, en dehors du fait que les rues étaient complètement vides. D'habitude elles étaient si animées. Seules les lumières des lampadaires et des voitures vides laissées en route rappelaient les gens qui habitaient ici.

Au fur et à mesure que l'hélicoptère s'approchait de la rue où les garçons vivaient, une boule se formait dans la gorge du plus jeune. Ça faisait tellement longtemps qu'il n'était pas venu.

Et il aurait préféré ne jamais revenir.

Sauf qu'il voulait faire plaisir à son aîné, même contre son gré.

Ce dernier coupa le moteur quand ils furent posés sur le terrain vague juste à côté de chez eux. Ils avaient passé tellement de temps ici.

Ça faisait vraiment bizarre. Surtout sans SungWoon. Il leur manquait beaucoup.

Les rescapés sautèrent du véhicule et se dirigèrent vers la première maison en partant de la droite, celle du blond.

Quand ils entrèrent, l'habituelle odeur de fraise les accueillis. Ça sentait toujours comme ça chez JiHoon. Tout était en ordre, comme quand ils étaient partis. Disons que le trio n'était pas chez lui quand il s'était fait attaquer pour la première fois, donc tout était bien rangé.

Et puis c'était toujours bien rangé chez JiHoon.

Les deux montèrent à l'étage, où se trouvait sa chambre. Toujours parfaitement propre. Il y avait le lit contre le mur et les éternels matelas en plus sur le sol pour quand ses deux amis venaient dormir.

Ça leur rappelait tellement de souvenirs.

Pour éviter de se mettre à pleurer comme des madeleines, WooJin prit par le bras le plus vieux et ils allèrent ensuite visiter sa propre maison. Entre les deux se trouvait celle de SungWoon, mais ils sont sortis de la chambre de l'originaire de Séoul, ce n'était pas pour aller verser toutes leurs larmes chez leur camarade défunt, en plus qu'elle devait être en bazar à cause de la première attaque.

Mais le cadet se dit que finalement, il n'aurait jamais dû rentrer chez lui.

La chambre de JiHoon c'était bien mieux en fait.

Lump of Nightmares [Wanna One]Where stories live. Discover now