Partie 141: 3e erreur .. celle ci te sera Fatal

6.5K 515 15

Il était à mes cotée, allongé, endormi alors que je n'avais pas bougé d'un poil, malgré qu'il est détaché mes liens, les yeux grand ouvert .. il venait de me tuer, à l'intérieur de moi j'étais morte.

Comment on peut faire ça ? Autant de mal dans une vie, pourquoi ? Pour du pouvoir ? Par haine ou par jalousie ?

Tout doucement un torrent de larmes c'est déversé sur mes joues, une haine immense en moi m'a possédée, j'ai appelé la police de son téléphone

Moi: a a allo, venez svp

Je chuchotais, la policière me demandais de répéter et de dire où je me trouvais mais la seule chose que je disais c'était « venez svp »..
après 10 min j'ai raccroché et je me suis dirigé vers la cuisine, j'ai fait chauffer de l'eau chaude sur le feu et j'attendais ..

Je voulais le tuer, mais c'était trop facile pour lui, il méritait de souffrir alors j'ai entrepris de le torturer . Je ne pensais plus du tout à Nayem c'est vrai juste à moi et ma vengeance personnel .

Une fois l'eau en train de bouillir je l'ai prise et je suis retourné dans la chambre, il était allongé et dormais à point fermé. J'aurais pu essayer de m'enfuir mais non, je voulais qu'il souffre  alors je lui ai jeté l'eau brûlante sur son corps nus ..

Lui: AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH

Il était tout rouge, ses yeux aussi .. il souffrait le martyr je le voyais.. il avait mal au point de s'évanouir. Le voir comme ça c'était tellement bon, sur le moment j'avais ressenti tellement de bien être que je voulais recommencer juste pour ressentir se sentiment à nouveau .

Je ne savais pas comment faire, il était dans les vapes et ça m'énervait alors je l'ai tapé, je me suis défoulé sur lui .. j'ai tapé chaque partie de son corps, son pied était cassée, des côtes sûrement fêlé mais la partie qui a le plus subit c'est bien son Penis .. je me suis acharné sur cette partie, plus jamais il fera subir ce qu'il m'a fait à une autre, plus jamais ...

Il c'est réveillé sous la force de mes coups et hurler à la mort mais je ne m'arrêtez pas

Moi: TU M'AS VIOLÉ ! TU M'AS VIOLÉ
C'est la seule chose que je disais, comme si il ne savait pas où comme si j'avais besoin de justifier chacun que mes mots .. je frappais de toute mes forces jusqu'à ce que quelqu'un me prenne de force, je croyais que c'était une nouvelle personne qui voulait me violer alors je me suis débattu

Moi: non non ne me violez plus, tuez moi

J'étais en larme, j'avais peur, pour rien au monde je ne voulais subir à nouveau ça ..

« Chut c'est la police madame, chut calmez vous, calmez vous madame, ne vous inquiétez pas je vous protège »
Je me suis abandonné dans ses bras et j'ai pleurais, comme un bébé .

J'entendais Argent se plaindre, hurler sa douleur et je me demandais qui de lui ou de moi souffrait le plus.. j'en suis venu à la conclusion qu'il hurlait ma douleur.







Après 5 minutes une ambulance est arrivée, ils étaient là pour Argent comme si c'est blessure était plus grave que les miennes, puis c'est mon ambulance qui est arrivé et qui m'a emmené à l'hôpital, je me suis endormi avant d'être arrivé .










A mon réveil Moha était là ainsi que Célia Imrân Abdou Djibril et Aymen .. ils étaient tous là, Célia pleurait dans les bras de Aymen .. que des malheurs je leur cause

Moi: hum
Moha lève la tête, je remarque donc qu'il a lui aussi pleuré, il vient me prendre dans ses bras et cette fois c'est moi qui pleure ..

Moha: pleure pas ma sœur, je t'en supplie
Moi: tuez moi Svp, je veux partir
Je pleurais de plus en plus, j'étais au plus mal, je voulais que toute cette souffrance s'arrête ..

Après 15minutes je me suis calmé .. Aymen c'est approché de moi, lui aussi avait les larmes aux yeux

Aymen: c'est de ma faute, je suis désolé Nahel
Je ne dis rien même si je sais que ce n'est pas lui je n'ai pas la force de parler
Abdou: qu'est ce qu'il c'est passée.? Le médecin n'a pas voulu nous dire
Moi: il m'a violé

Je leur ai dit froidement, comme si je ne ressentais plus rien. D'ailleurs l'avouer à haute voix m'a comme endurci automatiquement. Je ne voulais plus pleurer, je voulais le détruire ..

Célia c'est remis à pleurer alors que je fixais un point au loin .. je ne pensais à rien, je ne ressentais rien. Je ne souffrais pas et je ne me sentais pas bien non plus, j'étais juste vide de tout émotion .

Ils me parlaient mais je ne répondais pas  pareil pour les policiers qui sont venu me poser des questions, je ne parlais pas . 




Je ne sais pas combien de temps j'ai été hospitalisé mais à ma sorti, je suis rentré chez moi .. personne ne savait pour ce qui m'étais arrivé sauf les personnes que j'avais mis au courant.

A peine entré que la fille me saute dans les bras .. ce que j'ai ressenti ? Comme une bouffée d'oxygène ..

Ayem: MAMAAAAN !!!
Je l'ai regardé les larmes aux yeux, c'est tout ce que je voulais, être avec mes enfants.

Ayem: tu vas mieux ? Tata m'a dit que tu étais malade
J'hoche la tête avec un sourire et les larmes sur mes joues, j'ai souhaité mourir mais comment ?
Ayem: tu m'as beaucoup manqué
Moi: toi aussi ma chérie

Djibril et Moha me regardent étonné, oui après plus de une semaine j'ai enfin prononcé un mot .

Ayem: je t'ai fait plein de dessin tu veux les voir?
Moi: oui je veux ma puce
Elle m'entraîne avec elle dans le salon, il y avait une vingtaine de dessins qui tapisser la table, je l'ai regardé tous avec attention

Moi: vient me faire un câlin mon bébé
Elle vient dans mes bras et je la serre fort fort fort, mes larmes coulent .. j'en avait tellement besoin

Ayem: tu me fais mal Maman
Moi: désolé ma puce, maman t'aime très fort tu le sais.?
Ayem: oui et moi aussi je l'aime plus que le chocolat
Moi: moi aussi je t'aime plus que le chocolat .. et je veux jamais que tu oublies ça d'accord
Ayem: d'accord
Je l'embrasse sur le visage puis elle va jouer .. Amza devait sûrement dormir

Moha: raconte nous
Moi: non
Djibril: si Nahel
Moi: j'ai dit non ! Je ne veux pas, je ne veux plus jamais repenser à ça, je ne veux pas en parler jamais ! Alors si c'est ça vous sortez
Moha: ok c'est bon c'est bon
J'étais devenu toute rouge, je tremblais de colère..
moi: je veux plus en parler, je veux pas, je veux oublier. Je ne veux plus qu'on me force

Ils me regardaient avec pitié, je devais ressemblait a une folle .

Moi: Et Nayem ?
Moha me fait Non de la tête
Moi: il faut fouiller dans le téléphone de de de de lui
Djibril : Pq ?
Moi: ils étaient en contact alors
Moha: Aymen s'en occupe, il a déjà prévenu la police et ils mettent tout en œuvre pour le retrouver mais toi, repose toi

J'hoche la tête et monte dans ma chambre pour m'endormir

Chronique de Nahel : Je suis la Belle, il est ma bêteLisez cette histoire GRATUITEMENT !