Chapitre 10 - Partie 2 - Un partout

296 54 18

Xâvier traversa la salle à manger, attrapa une pomme et rejoignit le salon. Il y trouva Mattéo et Naola. Son ami lisait le journal et la jeune femme, les deux jambes passées sur l'accoudoir de son fauteuil, prenait des notes sur un mnémotique en lévitation.

Le borgne s'installa en face d'eux et croqua dans son fruit en fermant l'œil dans un soupir.

« Un problème, mec ? demanda Mattéo.

— Ouais. Pierre s'est fait violer.

— Quoi ? »

Naola se redressa d'un coup et grimaça.

« Son frère a laissé faire ça ?

— Non. Son frère n'a pas laissé faire ça. »

Il mordit à nouveau dans sa pomme, puis expliqua :

« J'ai eu du mal à le faire parler. Je voulais qu'il me montre son charme, comme que c'est un héliade et... je crois que je n'ai jamais vu une telle peur dans les yeux d'un gamin. »

Le sorcier grimaça et posa sa pomme. En fait, il n'avait pas si faim.

« Il s'est fait violer en prison. Par une nana et un gars. Ils l'ont obligé à utiliser son charme. Voilà. »

Naola avait visiblement blanchi. Elle garda un moment les yeux fixés sur le fruit entamé, sans savoir quoi répondre. Un long silence suivit la déclaration de Xâvier qui répéta :

« Voilà, voilà...

— La première ou la dernière fois qu'il y a été ? demanda Mattéo, très bas.

— La dernière fois. Avant de se barrer et de croiser les vampires qui lui sont tombés dessus à cause de son charme. Ça n'a pas aidé non plus. Vas-y pour lui expliquer que, non, c'est pas parce qu'il relâche son charme avec moi, que je vais lui sauter dessus, que ça soit pour le bouffer ou pour...

— On a compris, Xâv, l'interrompit Mattéo.

— Ouais...

— Alix est au courant ? » articula Naola d'une voix blanche.

Elle fronça les sourcils et se massa les tempes, tendue.

« Attends, pourquoi tu voulais absolument qu'il fasse... ça ?

— Absolument absolument... J'aurais aimé voir ce que ça faisait, hein. Il paraît qu'on ne peut pas y résister. Pierre est plutôt mignon, je me demandais si on pouvait s'amuser à deux. Et la réponse est clairement : non, on peut pas. Pas pour l'instant.

— Mais t'es gay ? » souffla la sorcière en écarquillant les yeux.

Elle avait toujours cru que les partenaires plus ou moins multiples et interchangeables du borgne s'accordaient au féminin.

« Le genre et le sexe de mon ou mes plans cul m'importent peu.

— Bordel, Xâvier, Pierre a 17 ans, s'indigna Mattéo.

— Vous pouvez me dire l'intérêt de parler de ça ? Ce gars s'est fait violer et on parle de ce que j'aurai peut-être éventuellement pu envisager si d'aventure ça lui avait plu qu'on projette de coucher ensemble ? Vous rigolez ? Bien sûr que j'arrête de le draguer, je suis pas con ! Quant à savoir si Alix est au courant, Nao, j'en sais rien.

— Il faut la prévenir, conclut la jeune femme.

— Elle ne peut voir Pierre que sous couverture, il n'y a pas grand-chose à faire, fit Xâvier.

— Il t'a donné un nom ? Une description ? demanda-t-elle sans tenir compte de sa remarque. Ils étaient du personnel pénitentiaire ou c'était des fédéraux ?

Les traitresLisez cette histoire GRATUITEMENT !