The Tenth

154 18 28

« Quoi ?! Mais t'es vraiment maso toi ! s'exclama WooJin en se levant d'un bond

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

« Quoi ?! Mais t'es vraiment maso toi ! s'exclama WooJin en se levant d'un bond.

– Je vois pas en quoi, répondit JiHoon en inclinant sa tête sur la gauche, toujours assit en tailleur sur le sol.

– Tu veux vraiment te faire du mal. On sait pas dans quel état il est maintenant.

– Et alors ?

– C'est ton délire de voir ton meilleur ami mort et complètement déchiqueté, toi ?

– S'il te plaît WooJin, le supplia le plus vieux en faisant ressortir sa lèvre inférieure.

– Non.

– WooJin, fais ça pour moi ! ajouta le roux en joignant ses mains.

– Arrête tes bêtises, rétorqua le Busanais en tournant les talons. Vas-y tout seul, si t'y tiens tant que ça. Moi je viens pas. »

JiHoon était mitigé entre la colère, la tristesse et la déception. C'était quand même lui qui parlait de faire des choses pour ses aînés, pas vrai ? L'ex-brun changeait de bord plutôt rapidement à son goût. C'était désespérant. Et puis le roux comptait bien retourner voir SungWoon, il lui devait bien ça, mais comment le plus jeune voulait-il qu'il y aille seul alors qu'il ne connaissait pas le trajet ? L'originaire de Séoul avait besoin de son cadet, et il ne baisserait pas les bras aussi facilement.

Le garçon se leva à la suite de WooJin, et le serra dans ses bras par derrière. Ce dernier fut d'abord plutôt étonné, mais décida de se laisser faire ensuite, sinon, ça allait durer encore longtemps. S'il y a bien une chose qui fonctionne sur lui, ce sont les contacts physiques.

« Pourquoi tu veux pas m'emmener ? demanda JiHoon en posant son menton sur l'épaule de son ami.

– Ça vaut mieux pour toi.

– Comme si tu le savais mieux que moi, soupira le plus vieux.

– Désolé de te le dire, mais c'est le cas. Alors maintenant sors-toi cette idée de la tête, dit froidement l'originaire de Busan en tentant de se détacher de l'autre.

– Comme si j'allais te laisser partir comme ça, rit celui-ci en resserrant un peu plus son étreinte.

– Tu fais peur hyung des fois.

– C'est le but, abruti.

– Bah c'est réussi.

– S'il te plaît WooJin.

– T'es agaçant.

– C'est pas le sujet.

– J'ai le droit de te frapper ?

– Non, et c'est toujours pas le sujet.

– Est-ce que j'ai vraiment le choix ?

– Évidemment que non !

– De toute façon, tu vas rester accroché à moi jusqu'à ce que je dise oui, pas vrai ?

– Exact. »

Résigné, WooJin se dirigea vers la sortie, JiHoon toujours dans son dos, qui en profita pour lui sauter dessus, et prit le chemin de l'hélicoptère.

*****

« On arrive quand ? demanda l'aîné tel un enfant impatient d'arriver à son lieu de vacances.

– Quand tu la boucleras cinq minutes ! » répondit le teint en rouge agacé.

Déjà qu'il avait accepté de retourner à la base bien qu'il n'en ait pas du tout l'envie, WooJin devait en plus supporter cette phrase que son camarade avait répétée cinquante six fois depuis le début du trajet. Enfin maintenant cinquante sept. Oui, il avait compté. Et après on lui disait qu'il était désespérant ? JiHoon l'était tellement plus que lui parfois.

Il pleuvait des cordes dehors, ça faisait longtemps que les garçons n'avaient pas vu ça. Le ciel était noir de nuages, le soleil ne passait qu'à peine. On aurait pu croire qu'il était tard dans l'après midi, alors qu'il était seulement dix heures du matin. Cela ne signifiait rien de bon : peut-être qu'un orage approchait, et ce ne serait pas très prudent de rester dans les airs par un temps pareil. Pour l'instant, il n'y avait pas de tonnerre ni d'éclair, les adolescents ne couraient pas encore de risque. L'eau venait s'écraser violemment contre le pare-brise, émettant un bruit fortement désagréable.

Enfin, ce supplice prendrait bientôt fin, l'engin approchait du toit du grand bâtiment qu'ils avaient quitté plusieurs heures plus tôt. Celui-ci était toujours ouvert, rien n'avait bougé.

À la vue de l'édifice, le plus vieux colla son nez à la fenêtre. Peut-être réussirait-il à voir le corps de SungWoon ?

WooJin effectua quelques manœuvres maladroites pour enfin se poser à l'intérieur. Après tout c'était JiHoon le professionnel ici, pas lui. Une fois l'hélicoptère au sol et arrêté, le roux ouvrit en grand la porte et se jeta dehors, sous le regard effaré de son cadet. Les lunettes de son aîné à la main, il commença à le chercher, ce qui ne lui prit pas bien longtemps. Celui-ci était au même endroit où il l'avait laissé.

SungWoon était vraiment dans un mauvais état. Ses vêtements étaient complètements tâchés et déchirés, ses cheveux verts en bataille, des blessures immenses couvrants sa peau pâle. Ces créatures étaient vraiment sans pitié.

Des larmes commencèrent à rouler sur les joues de l'originaire de Séoul, qui se sentait horriblement coupable. Il s'agenouilla à côté du corps sans vie de son ami, à qui il rendit ses précieuses lunettes. Même s'il les lui avait offertes dans sa lettre, le roux ne pouvait pas les garder, il tenait à les rendre à leur propriétaire.

WooJin s'assit à sa gauche, et serra entre ses doigts la main du garçon aux cheveux verts. C'était sûrement la dernière fois qu'ils se voyaient, autant en profiter.Il attrapa ensuite celle de son autre camarade, qui ne cessait de pleurer. Dans un élan de tristesse, le plus jeune s'y mit aussi, et voilà que leurs larmes se confondaient avec la pluie.

  

WooJin–ah, JiHoonie,

Désolé de vous le dire comme ça, mais si vous lisez cette lettre, c'est que je suis déjà là-haut.

Désolé de vous abandonner de cette manière, mais je suis sûr que vous vous en sortirez très bien sans moi. Je veillerais sur vous depuis là où je suis, je vous le promets.

Merci d'avoir été là pour moi pendant toutes ces années, vous êtes vraiment les personnes les plus géniales qu'il m'ait été donné de connaître. WooJinie, continue de faire des blagues, d'embêter JiHoon toute la journée, de faire des bruits bizarres, hurler le générique de Pokémon jusqu'à ce que tu n'aie plus de voix, prends bien soin de mon sac, et toi JiHoon, you pig baby, je t'offre mes lunettes, je suis sûr qu'elles t'iront bien. Continue de faire des aegyos, de manger à n'importe quelle heure de la journée si ça te fait plaisir, t'habiller avec un t-shirt rose et un pantalon vert si ça te chante. Mais surtout, ne mourez pas. Promettez-moi de réussir tous les deux. Je veux pas vous voir me rejoindre avant des dizaines d'années, c'est compris ? Je vous aime très fort.

SungWoon.

Lump of Nightmares [Wanna One]Where stories live. Discover now