Samuel (8) - Dix-sept ans, trois mois et onze jours

32 9 3
                                          

Ces deux chapitres sont tout petits, donc je vous en poste deux. Pas mal pour un vendredi :). Bon week-end à tous. 

_______

Je suis heureux que le Général ait insisté pour que Ruby vienne ce soir. Ce n'est pas bon pour elle de rester enfermé toute la journée à manger des pâtisseries, le nez plongé dans ses bouquins, sans voir personne. J'ai parfois du mal à croire que c'est la même personne qui s'est aventurée seule dans les souterrains un mois plus tôt. Cette Ruby, intrépide, prête à prendre tous les risques, a totalement disparu. La nouvelle Ruby ose à peine mettre un pied dehors. Ce n'est pas faute de lui avoir proposé de m'accompagner, mais à chaque fois, elle décline mon offre poliment avant de s'absorber de nouveau dans ses mondes imaginaires. À se demander si elle ne préfère pas la compagnie de ces personnages de papier à la mienne. Mais je n'ai pas le temps de m'apitoyer sur le sort de Ruby aujourd'hui, je dois remonter à la surface pour trouver un cadeau pour Twitch. J'attrape mon manteau.

— Je vais faire quelques courses, vous avez besoin de quelque chose ?

Ruby secoue la tête et retourne s'assoir sur son lit.

— Tu y vas seul ? me demande le Général alors que je m'apprête à sortir.

Je baisse les yeux. Décidément, on ne peut rien lui cacher.

— C'est que...

— Tu connais les termes de notre accord, Samuel. Je suis d'accord pour que tu remontes à la surface, mais tu dois être accompagné par quelqu'un de confiance.

Aie. Quand il commence à m'appeler par mon prénom, c'est que la situation ne s'annonce pas en ma faveur. Je tente quand même de négocier.

— Allez, Rhys, ça fait plusieurs fois que je remonte et il ne m'est jamais rien arrivé. Et puis, je ne vais quand même pas demander à Twitch de venir avec moi pour choisir son cadeau d'anniversaire. On ne peut pas faire une exception ? Juste une fois...

Le Général secoue la tête.

— Aucune exception. Tu sais combien d'hommes j'ai vus mourir parce qu'ils ont jugé qu'ils pouvaient se dispenser des règles de sécurités, juste une fois. Si tu ne veux pas emmener Dylan, tu n'as qu'à demander à l'Eboueur, il se fera une joie de t'accompagner.

— L'Éboueur ?

Je retiens une grimace de dépit. Ce grand dadais est sympa, mais de là à passer une après-midi avec lui, il y a un pas énorme.

— Je peux venir avec toi, si tu veux, intervient une petite voix auquel je ne m'attendais pas.

Je me tourne vers Ruby. Elle a posé son livre et me fixe de ses grands yeux couleur émeraude.

— Tu ferais ça ?

Elle hausse les épaules.

— Bien sûr. Si le Général est d'accord, ajoute-t-elle.

Celui-ci confirme d'un hochement de tête.

— Le Général est d'accord. Cela vous fera le plus grand bien à tous les deux. Et profitez-en pour acheter quelques vêtements. Les tiens sont en piteux état, Ruby. 

Le pays des enfants parfaits ( En cours de réécriture)Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant