Ocxyoutuber2

90 5 3

J'avais aussi écrit celui là pour l'anniversaire de ma petite amie, qui veut que je publie. Alors je le fais pour les interressés c'est dans un monde apocalypse. Bonne lecture :

Depuis son bord de toit délabré elle contemplait l'horizon. Elle observait le soleil couchant, qui, non atteint des catastrophes bouleversant ce monde, continuait sa route dans un ciel voilé de ses cavaliers brumeux. Chaque couleur lui paraissait bien illusoire ; cet orange flamboyant ravivant le ciel bleu d'une journée classique, avec ses nuances jaunâtres qui épousent les teintes rouges berçant ce soleil maître. Maître. Elle devrait s'y résoudre un jour : la nature est redevenue maîtresse de leur vie à tous. Ce rouge magnifique dans ce ciel innocent lui rappelait surtout l'horreur de la vision du sang, de cette odeur de putréfaction qui se dégageait de chacun de ces morts qu'elle exécutait pour sa survie. Elle voyait dans cette danse colorée le rouge du sang volant dans les airs pour la recouvre elle et ses compagnons ; le rouge du sang imprégnant ses affaires, le rouge du sang rouillant ses armes, le rouge du sang défigurant leur humanité. Et ce soleil qui réjouissait les autres lui faisait quant elle se souvenir uniquement de sa puissance sur eux tous. Lui était libre et pouvait continuer sa route. Eux étaient devenus les esclaves de la peur et la faucheuse de la misère. Les morts sont devenus rois. Et leur combat sanglant se résume à juste survivre. Ils ont perdu la guerre, et la jeune femme le savait mieux que tous ces imbéciles croyant encore un miracle divin. Ces étoiles qui illuminent à présent le ciel emmènent les plus fragile aux pays des rêves. Mais elle, les regardes de travers en connaissant l'enfer où ce monde l'a plongé. Et elle replongea dans les méandres de ses souvenirs.

Elle n'avait pas vécu. Elle était jeune et ambitieuse. Mais son avenir a explosé comme toutes les bombes de ces grands chefs gourmands de pouvoirs et avides de gloire. Tous s'est passé si vite. Trop vite. Plus rien n'avait de sens lorsqu'on lui disait de prendre cette arme juste au cas où et de rejoindre la zone de sécurité. Elle ne comprit pas à quoi servaient ces armes, puis elle vit un homme affamé tirer sur une femme qui avait eu une portion de plus pour nourrir son enfant. Elle se souvint vaguement de la grande panique qui avait rendu cette zone "safe" catastrophique. Et lorsque des volontaires ont été demandé pour partir, elle fut la première. Elle avait suivi ces nouveaux chefs sans jamais savoir ce qu'il se passait réellement. Et cette fois, ces armes n'avait pas servit contre des humains. L'image était restée encrée dans sa mémoire : un homme, allongé au sol, mort il y a encore quelques heures, avec de nombreuses balles dans le torse et le bras arraché, mais qui la seconde d'après lui agrippait la cheville. La balle du soldat était partie dans la seconde. Et les explications se diffusèrent aussi vite que la poudre qui embrassa les villes de la panique des humains. Son choix était fait. 

Elle s'engagea dans "l'armée", enfin, c'est ce que disait ces abrutis qui proclamaient déjà que tous s'arrangeraient. Une simple et courte formation donnée, après tout les soldats auraient vite finis d'exécuter tous ces morts. Que des cons. Tous tombèrent les uns après les autres, et les derniers restant, n'était plus que ces gens apeurés cloîtrés dans les villes ou ces soldats à peine formés bercés par les paroles fanfaronantes et mensongères du colonel. Mort dévoré. Ensuite vint la haine la panique l'horreur la guerre la mort la maladie la mort la misère la mort la-

Une brise caressa ses cheveux. Elle sortie de ses pensées qui avaient glacé sa joue d'une larme. Elle releva la tête et croisa ces prunelles noires intenses, la transportant, comme autrefois lorsqu'elles l'a faisait passer par toutes ses émotions. 

Elle venait d'intégrer une nouvelle formation plus poussée, dite d'"élite". Les femmes étaient déjà rares bien que plus efficace en générale mais ici, elle était bien l'une des seules. Elle passa les test avec brio. Elle n'avait pas le caractère le plus facile à vivre et son indifférence doublé de son goût pour dire les choses lui attirait de nombreux problèmes. Les disputes avec tous ces chiens ou idiots se multipliaient, elle ne supportait plus tous ça, et alors qu'elle prit son sac et se retourna ces prunelles désarmantes rencontrèrent pour la première fois ses yeux marrons.

-Ton nouvel instructeur.

Ces mots avaient changé son destin sans qu'elle ne s'en rende compte.

Il était grand, imposant. Il dégageait quelque chose, quelque chose de fort qui transpercerait n'importe qui. Et il avait comme elle cette indifférence dans son regard. Sauf qu'il était plus civilisé. Et gradé. Ils étaient à la fois aussi semblable que deux étoiles, et différent comme la lune et le soleil. C'est ce qui a conduit à ces nombreuses guerres entre eux. Chacun avait son mot à dire. Et celui qui parlerait le plus fort gagnait. Elle ne pouvait pas lui obéir tel un chien. Mais il ne pouvait pas la laisser faire comme une marionnette. Alors les cris résonnèrent plus que ses cours. Jusqu'à ce jour. Ce jour où elle l'avait impressionné à vaincre chacun de ses hommes ; et où il était remonté dans son estime en la sauvant d'un mort. Ils ne s'appréciaient pas, mais en revanche ils s'estimaient et se respectaient désormais. Très vite, une vraie formation a pu débuter. Il lui donnait des conseils, oraux, puis très vite ses mains vinrent la replacer ou la détendre. Des mains tenant fermement ses hanches pour la tenir droites, et des paumes qui la caressait pour l'apaiser en de doux massages. Leurs moments devenaient privilégiés. Ils se rapprochèrent et s'enfermaient jour après jour dans une bulle où tout deux étaient rois. Une bulles qui se scella de son baiser. 

Ce même baiser qu'elle savoura en sortant de ces souvenirs. Sa grande main maintient sa tête en caressant ses cheveux tendrement pendant que ses lèvres dansent avec les siennes. Il l'embrassa à nouveau. Un nouveau baiser. Aussi rare que délicieux. Et si ce ciel étoilé et ce soleil couchant aux couleurs merveilleuses ne pouvaient pas la faire rêver et partir, ses baisers pouvaient eux la faire espérer à un avenir.

Recueil De Couple Youtuber YaoiLisez cette histoire GRATUITEMENT !