| EMY | Chapitre 1

71.3K 4.5K 2.5K

***En espérant que vous resterez jusqu'à la fin 😊

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

***
En espérant que vous resterez jusqu'à la fin 😊.
Bonne lecture !
***

J'ai fuis la vie avec ma tante il y a de cela quelques jours. J'ai pris mon courage à deux mains, rassemblé le peu d'affaires que j'avais et ai fugué; à tout jamais.

J'ai des bleus partout sur le corps, le moral détruit à zéro et le coeur brisé.

Je ne suis plus que ma propre ombre, j'erre dans les rues tel un fantôme. J'utilise le peu d'argent que j'ai réussi à piquer pour ne pas mourir de faim.

Bientôt je serai à court, et donc plus de quoi vivre. La seule solution que j'ai est de trouver mon grand-frère que je n'ai pas vu depuis maintenant 2 ans.

Il m'avait pourtant promis de revenir, de l'attendre. Mais il n'a pas tenu sa promesse, alors je suis partie à sa recherche.

Je dors par terre, dans le froid de la nuit, ne mange presque rien. Je ne vis plus, je survis.

Un bruit sourd retentit à mes oreilles, je sursaute, apeurée et sors de mon petit coin, dans cette sombre ruelle.

Dans cette ville, aucun endroit n'est sûr à part sa maison, enfin... je le pensais.

Je repousse mes lugubres pensées et continue d'avancer.

Cette ville est la définition même des ténèbres. Les crimes, les vols, les délits y règnent.

Cependant, plus rien ne peut détruire mon âme si meurtrie par le passé.

Je m'éloigne rapidement, jette un regard derrière moi mais ne vois rien. Je retourne la tête et me cogne soudainement contre une personne.

Je me relève rapidement, lève la tête et aperçois un homme d'une trentaine d'année. L'air baraque et l'aura sombre, il me jette un regard méprisant.

Je n'y fais pas attention et m'enfuis rapidement dans le sens contraire. Je cours à toute vitesse, me prenant le vent frais de la nuit en plein visage et la pluie qui commence à tomber.

Je m'enfonce dans une petite ruelle sombre pour reprendre mon souffle. Je plie mes genoux, fatigué par cette soudaine course. 

Soudain, j'entends un bruit refaire surface, il s'approche de plus en plus et je n'ai pas le temps de partir.

Je décide de me cacher derrière ces gros cartons, dans le noir, quels-qu'ils soient ils ne me verront pas.

Dans le noir, j'aperçois qu'ils sont plusieurs. Mais je n'arrive pas à savoir combien.

Je plisse les yeux et essaye de m'habituer à l'obscurité, sans succès. J'ai l'impression qu'ils s'en prennent à quelqu'un.

L'un d'eux balance d'un ton ironique à celui par terre couvert de bleus :

The Seven Demons [TERMINÉE]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !