Chapitre 26

9.2K 744 7

Dès la seconde où j'ai posé les pieds dans ce gratte ciel je n'ai pas trouvé la force de supporter leur regard remplis de pitié, je me suis dirigée vers Mia, elle dormait la tête posée sur le torse d'Aaron, enroulée dans une couverture.

- Je vais la coucher. Déclara-t'il

Je lui lance un regard gratifiant et prends l'ascenseur. J'avais juste envie de m'isoler. Lorsque les portes de l'ascenseur s'ouvrent je sors d'une démarche maladroite et pousse la porte d'un des nombreux salons du bâtiment. Mon regard se dirige sur la grande baie vitrée et sur la vue de nuit de toute la ville puis tombe sur le petit bar plus loin, après une hésitation je m'y rend et plonge la main de l'autre côté en ressortant une petite bouteille. Je la regarde quelques secondes puis la repose en soupirant, je ne devrais pas faire ça. C'est pas moi.

- Tu veux un verre?

Je fais volte face, Aaron est appuyé sur le mur derrière moi et s'avance d'une démarche lente.

- Je penses pas que ça arrangera mes problèmes. Me contentais je de répondre
- Non.

Il contourne le bar, saisit la bouteille sur le comptoir et s'en serre un verre. Je l'observe ouvrir une autre bouteille et remplir un autre verre à la moitié qu'il me tend.

- C'est moins fort.

Je regarde le verre avec hésitation, et le saisit, on s'assoit face à la vue tandis que je saisis le plaid posé près de moi.

- C'est pas un événement que tu dois affronter seule d'accord? On l'a tous connu même si on était pas très proche de lui, on fera le deuil  ensemble. Fit-il
- Je te le dis clairement il est hors de question que je le débranche. Lâchais-je

Je bois une petite gorgée puis me tourne vers Aaron qui pose son verre vide devant lui.

- Tu serais prête à le voir souffrir toute ta vie? Me demanda-t-il
- Il va se réveiller. Répondis-je

Je vois son expression s'assombrir, il tourne avec agacement la tête vers la vue.

- Toutes ces morts tu te contente de les accepter et de pleurer toutes ces personnes.
- Qu'es que tu insinue! Le coupais-je furieuse
- Qu'ils seraient temps de tuer la personne à l'origine de ses massacres. Tu te les promis de nombreuses fois, pourquoi tu as changé d'avis entre temps?

Je reste muette tandis que son regard glacial me transperce.

- Castiel cache de nombreuses choses, il a un rapport avec ma mère je veux savoir lequel. Tout est lié dans cette histoire. Expliquais - je

Il rigole d'un rire nerveux en secouant la tête. J'ai mes propres motivations, surtout que je suis à deux doigts de comprendre la raison de ses agissements ses cinq dernières années.

- Kira, il a tué mon amis et t'as fait du mal comme jamais. Alors si tu veux pas le tuer je m'en charge. Après tout je suis tueur à gage je sers à ça non?

Il se lève et je le fixe mi horrifiée mi choquée, je lui attrapa le bras au passage incapable de le laisser partir.

- On a tous les deux des problèmes,  mais tuer c'est pas la solution finale qui devrait te venir en tête. Je sais que tes parents viennent demain et que c'est pas facile.
- Tu ne sais rien de ma famille.

Je le lâche aussitôt.

- Je te laisserais pas le tuer. Il n'est pas trop tard pour une rédemption, Aaron tu peux pas accepter ce que tes parents t'ont obligé à faire. Mais tu peux changer. Terminais je
- La rédemption n'existe pas pour des gens comme moi. Lâcha t'il brusquement
- Dans ce cas change pour ta fille. Pour les gens que tu aimes. Répliquais-je.

Il reste silencieux puis regarde quelques secondes ma main sur son bras.

- Sauf que les choses ont changé entre temps.

Notre relation a changé. Cette phrase résonna plusieurs fois dans ma tête, comme un écho.

- On est pas une famille idéale pour Mia. Continua-t'il
- ‎Elle a ses parents c'est tout ce qui compte. Soufflais-je

Je vis dans l'éclat de ses yeux qu'il mourrait d'envie de dire quelques choses. Même si nous ne sommes plus ensemble ce ne sont pas ces détails qui m'échapperont. Un silence gênant s'était installer entre nous, je pince mes lèvres nerveusement et pose mon verre sur la table basse. Je finis par me lever et me diriger vers la sortie je me tourne dans l'encadrement de la porte ou je distinguais Aaron toujours debout cette fois appuyé contre la fenêtre et le regard perdu dehors.

- Tu sais que c'est pas juste ce que tu inflige à Vincent. Et c'est pas simplement vis à vis de ce que je ressens pour toi.
- Écoute... Soupirais-je
- J'attendrais. Me coupa-t'il. Mais lui il a pas à subir ta peur envers tes vrais sentiments.
- Qu'es que tu suggère! M'exclamais-je

Il finit par se tourner vers moi les bras croisés.

- Que tu n'oublies pas qui sont tes vrais ennemis.

Criminal [Tome 2]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant