3

282 40 3
                                                  

Le lendemain, j'avais espéré retrouver Cassandre dans les couloirs du lycée, mais l'établissement était suffisamment grand pour que je ne croise pas son regard.

J'avais terriblement envie de la revoir, même si j'ignorais encore quoi lui dire. On avait beau s'être parlé pendant un court instant et avec quelques maladresses, elle me fascinait terriblement. Et ses talents en maquillage m'avaient impressionnée.

D'habitude, j'étais plutôt distante avec les autres quand je les connaissais peu ou à peine. Étrangement, ce n'était pas le cas cette fois-ci. Je voulais échanger un bref coup d'œil quand on se verrait, admirer son maquillage et entendre sa douce voix.

En fait, d'habitude, je n'avais pas ce genre de sentiments pour quelqu'un. J'ignorais même quel genre de relation je voulais tisser avec elle. Tout ce que je savais était la fascination qu'elle créait en moi.

Ces derniers jours, Rachel avait remarqué que j'étais bien plus absente et s'inquiétait pour moi.

— Tu es sûre que ça va ? avait-elle insisté une énième fois.

— Oui. Ça va. Ce sont juste les exams qui me stressent.

Elle n'hésita pas à croire à mon mensonge. Après tout, c'était en partie vrai. En particulier quand certains de nos exams étaient oraux. Autant dire que je paniquais déjà plusieurs semaines à l'avance. Mais il y avait bien plus qui occupait mon esprit : Cassandre. Elle occupait la plupart de mes pensées et à chaque fois que je me remémorais son nom, je voyais son sourire et toute cette fausse hémoglobine sur son visage. Puis il y avait ses yeux qui avaient réussi à me mettre en confiance. Elle avait réussi à briser quelques barrières le temps d'un instant.

Rachel m'abandonna assez rapidement pour rejoindre son copain. J'aurais pu être jalouse et me sentir terriblement seule. En réalité, j'aimais bien ça et grâce à son copain, j'avais un peu de temps de répit. D'ailleurs, ça me permettait d'avoir quelques week-ends de libres, comme celui qui s'annonçait.

En quittant le lycée, une douce voix m'interpella. Sans même me retourner, j'avais reconnu la voix de Cassandre et lui souris dès qu'elle arriva dans mon champ de vision.

— Hey ! Je sais pas si tu te rappelles de moi, j'avais la gueule en sang à la soirée, lâcha-t-elle pour plaisanter.

— Bien sûr que je me rappelle de toi, rétorquai-je maladroitement.

J'avais surtout mémorisé ses cheveux et ses sourcils maquillés à la perfection, parce que, à mon plus grand malheur, j'avais une mémoire des visages assez défaillante. Néanmoins, j'avais retenu suffisamment de détails pour la remarquer.

— En fait, je voulais te reparler. On a un peu été coupés la dernière fois, annonça-t-elle.

Elle aussi ? Vraiment ? Mais était-ce vraiment pour les mêmes raisons ?

Elle me proposa de marcher un peu ensemble autour du lycée et sortit un paquet de clopes, voulant m'en proposer une au passage.

— Je ne fume pas, c'est mauvais pour la santé, lançai-je naïvement.

— Je sais, rétorqua-t-elle en haussant des épaules.

Néanmoins, ma remarque ne l'arrêta pas dans son geste et après avoir pris une bouffée, elle était prête à discuter avec moi.

— En fait, je trouvais ça assez étrange la dernière fois.

— Comment ça ? m'étonnai-je.

— J'ai beaucoup aimé ce petit moment qu'on a partagé, peut-être beaucoup plus que je ne l'aurais cru, expliqua-t-elle.

Pour la première fois depuis qu'on se parlait, elle avait du mal à trouver ses mots et prenait bien plus de temps entre chaque syllabe. Tout n'était pas clair pour elle non plus.

— Et j'ai pris un peu de temps pour réfléchir. Ça pourrait être cool si on garde contact !

— J'adorerais ! m'enthousiasmai-je.

Elle lâcha un bref soupir de soulagement et nous échangeâmes aussitôt nos numéros. Je savais déjà que j'hésiterais à chaque message que je lui enverrais, mais j'avais de plonger dans l'inconnu cette fois-ci et de voir ce que ça pourrait donner.

— Pendant un instant, tu m'as fait croire que je n'étais pas aromantique, déclara-t-elle en finissant sa clope.

— Moi aussi.

On s'échangea un bref sourire et nos chemins se séparèrent. Enfin, juste pendant un instant. 



[NDA : Voilà c'est la fin de cette nouvelle ! J'espère qu'elle vous aura plu. ^^

Je l'ai écrite à l'occasion du concours de RomanceFR et la longueur maximale était de 4000 mots, sans cette limite, j'aurais certainement fait plus. Ça a donc été un vrai challenge pour moi. :')  ]

Juste un instantLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant