1

468 47 5
                                                  

Halloween était probablement une de mes fêtes préférées. Pour la plupart, c'était un moyen de se défouler et de s'exprimer. De mon côté, je voyais la créativité et les inspirations de chacun. Il n'y avait rien de plus fascinant que d'observer tous ces costumes et j'étais bien contente d'avoir accompagné Rachel à la soirée du lycée.

Pour cette occasion, ma meilleure amie avait même loué un costume et une perruque. Ainsi, elle avait tout l'air d'une vraie Wonder Woman. De mon côté, j'avais opté pour un simple déguisement de Cléopâtre, surtout parce que j'avais envie d'abuser de mon nouveau maquillage, en particulier mon dernier highlighter doré. Celui-ci avait la pigmentation parfaite pour mon teint mat.

Dès notre arrivée à la soirée, tous les regards se tournèrent vers nous. Après tout, c'était prévisible. Rachel et moi étions parfois considérées comme les reines du lycée, peut-être à tort. Mais je me fichais de tous ces regards, je regardais les costumes de chacun. Certains avaient été si créatifs et avaient des compétences en maquillage que j'enviais. Ce n'était pas avec un pauvre trait d'eye-liner que j'allais pouvoir leur faire concurrence.

C'était peut-être l'une des seules raisons qui me retenaient ici entre la foule et le bruit qui m'envahissaient. De toute manière, je n'avais pas prévu de rester longtemps ou sinon, je sortirai du gymnase pour me poser dans un coin tout en écoutant un peu de musique.

— Saphira ! m'interpella Rachel. Tu es complètement ailleurs, ça va ?

— Oui, oui, répondis-je brusquement.

— J'ai vu Damon. On se retrouve après ?

Elle ne me laissa pas le temps de répliquer qu'elle était déjà partie et je me retrouvais seule, ce que je n'avais pas prévu et qui m'angoissait déjà. Je tentais de me rassurer en admirant les costumes de chacun. Tous n'avaient pas eu les moyens de louer quelque chose, d'autres l'avaient fait de toute pièce ou d'autres encore n'avaient même pas cherché à se déguiser. Cette diversité était fascinante et j'aurais pu rester ici des heures. Enfin, peut-être pas avec autant de musique à ce volume.

Soudainement, je fus interrompue dans mes pensées en sentant une main se poser sur mon épaule. Je me tournai vers cette personne, quelque peu abasourdie par ce contact imprévu. Rapidement, mes inquiétudes s'évanouirent face à cette femme qui avait un des maquillages les plus travaillés de la soirée. Après sûrement de nombreuses heures à se préparer, elle était parvenue à faire croire qu'on lui avait réellement arraché une moitié de son visage. C'était vraiment digne d'un professionnel.

Pendant un instant, je me demandais si elle venait de ce lycée ou si c'était une ancienne élève qui avait voulu s'incruster. En tout cas, j'aurais remarqué en temps normal une fille avec une coupe sombre aussi courte et des yeux aussi clairs.

Elle tenta de me dire quelque chose, mais avec le bruit environnant, je fus incapable de la comprendre. Timidement, je lui demandai de répéter.

— On fait un atelier décoration de citrouilles dehors, ça te tente ? s'enquit-elle avec un ravissant sourire.

J'hésitai à accepter. Après tout, je ne la connaissais pas et j'allais me retrouver entourée de personnes que je ne connaissais pas non plus. Pourtant, je laissai échapper un petit "oui" en espérant pouvoir m'extraire de la foule pendant quelque temps.

Par un simple signe de la tête, elle me fit comprendre qu'elle allait me guider jusqu'au lieu de l'atelier. Assez rapidement, on s'extirpa de la salle pour rejoindre un petit groupe à l'extérieur. Tous étaient en train de creuser des citrouilles, tous étaient d'exprimer leur créativité et je me sentais presque à l'aise, malgré la présence de tous ces inconnus.

À première vue, tous semblaient être en terminale. Du moins, je ne les connaissais pas vraiment et je ne les avais jamais croisés en cours.

La fille aux cheveux courts me présenta chacune des personnes. Malheureusement, je savais d'ores et maintenant que j'oublierais le nom de chacun dans les minutes qui suivraient.

Visiblement, tous se connaissaient et j'espérais réussir à m'intégrer assez facilement.

— Et moi, c'est Cassandre, finit-elle les présentations.

— Enchantée. Saphira.

Elle sourit à mon nom. Il paraissait que celui-ci était peu commun et plutôt joli selon l'avis commun, néanmoins, Cassandre ne fit pas la moindre remarque et me tendit une petite citrouille.

— Voilà ton amie pour la soirée, je vais te montrer comment la vider et lui faire une tête amusante, m'expliqua-t-elle.

Je lui rendis alors son sourire. J'avais beau la connaître à peine et ignorer tout d'elle, étrangement, je me sentais en confiance à ses côtés.

Juste un instantLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant