Avancer

2 0 0


C'est étrange comme on peut changer avec l'aide de quelques mots, de quelques gestes, avec un livre qui soudainement nous éclaire, la phrase qu'un ami prononce et dans laquelle on découvre une sagesse insoupçonnée. Je ne sais même pas te dire ce qui, dans l'ensemble des choses qui se sont produites sur les dernières semaines, m'a soudainement fait réagir, fait réalisé l'ensemble de nos défaillances et de nos dysfonctionnements. Et pourtant, comme je te l'ai dit, ce voile s'est soudainement levé.

Je devrais être en colère peut être, et pourtant je n'arrive pas à en ressentir à ton égard. J'aimerais t'en vouloir, j'aurais aimé pouvoir t'envoyer une diatribe en même temps que je t'accompagnais à la porte de ma vie virtuelle, et pourtant il n'en est rien. Pourtant, même si j'ai conscience de toutes tes erreurs, je sais aussi que tu n'as jamais consciemment voulu agir de la sorte, victime en quelque sorte de tes propres défaillances. De nous au final je ne garderai sûrement avec le temps que nos bons souvenirs, comprenant que cela n'aura été qu'une jolie parenthèse dans ma vie.

Et pourtant, tu m'auras aussi apporté beaucoup, me permettant d'enfin poser des actes que je n'osais pas, mais aussi de me découvrir moi même. En fait, d'une façon assez étrange, ton départ m'aura enfin fait réalisé qui j'étais, ce que je voulais et vers où j'allais. En te perdant, je me suis enfin retrouvé.

Bien sûr tu n'as pas la responsabilité de tout cela, mais tu as réussi à révélé quelque chose qui se construisait lentement depuis des années. A travers tes yeux et l'amour que tu m'auras consacré, j'ai appris à grandir, osé, m'assumer et mieux, revendiquer. J'ai aussi appris que je pouvais à nouveau tomber profondément amoureux de quelqu'un. Que j'étais capable d'accorder une confiance totale à autrui, moi qui pensait que ça m'était devenu impossible, impensable. Avec toi j'ai enfin découvert que je pouvais aimer quelqu'un sans devoir supporter une crainte constante de le perdre.

Alors que tu es absent et que j'ai brisé ces liens qui nous retenaient encore, j'ai envie d'un peu te remercier tu sais. Parce que comme tu le vois, je n'ai pas que des reproches à formuler. Parce qu'on devrait toujours être reconnaissant de ceux qui illuminent nos vies un instant ou qui sont capables de faire ressortir le meilleur de nous. Et tu as été les deux.

Malgré la tristesse qui sera encore présente pendant quelque temps, j'ai quand même cet immense sentiment de gratitude. Parce que je peux dire, sans hésiter, que tu auras compté. Parce que pendant un temps, tu m'auras vraiment rendu profondément heureux et fort. Parce qu'en l'espace de quelques mois, tu as transfiguré ma vie.

Lettres à un étrangerRead this story for FREE!