— Pourquoi pas maintenant ?

La question sembla surprendre son interlocutrice, mais elle accepta la proposition. C'était un membre des renseignements. Une espionne de terrain, put-il aisément déduire. Comme les unités B, les espions de la LOTUS ne dormaient que lorsqu'on leur en laissait l'opportunité. Max avait le pressentiment qu'il ne trouverait pas le sommeil avant encore un moment.

Il fixa le rendez-vous à Spring Creek Park. À cette heure-ci, même les dealers seraient couchés et on ne les dérangerait pas. L'agent des unités B prit le temps de prévenir sa femme qu'il quittait le domicile. Une demi-heure plus tard, Esthel l'abordait à l'entrée nord du parc. Max eut d'abord un regard méfiant envers la prétendue espionne. Il s'attendait à voir débarquer une jeune femme athlétique, capable de se tirer d'une situation dangereuse, à l'image de tous les agents de terrain, homme ou femme, à qui il avait eu affaire. Cependant, Esthel était une petite rondouillarde qui n'avait rien d'une sportive, remarqua-t-il intérieurement. S'il fallait fuir en courant, il ne donnait pas cher de sa peau.

— Toi, t'as jamais traité avec un espion de plus de cinquante kilos, on dirait, commença la jeune femme joviale.

Max fut de nouveau pris au dépourvu. La remarque était justifiée, mais il ne s'y attendait pas pour autant. Il sourit.

— Les gars des renseignements doivent faire dans les quatre-vingt kilos quand même, répondit-il.

— Bonne réponse, fit Esthel avec un grand sourire. Alors dis-toi que je suis un mec et passons au sujet suivant, OK ?

— Bien, m'dame !

— Y a un coin où on peut s'asseoir, je vais devoir te montrer quelques documents.

Max la guida jusqu'aux tables à piquenique. Le parc n'était pas particulièrement éclairé, et les tables demeuraient dans l'obscurité. Esthel était cependant parfaitement équipée. Elle installa une petite lampe à pile qui suffirait largement pour la lecture de ce qu'elle avait à présenter.

— Tu sais combien il y a de vampires à New York ? lança-t-elle en regardant alentour.

— Pas la moindre idée. Une centaine, peut-être.

— Multiplie ça par quinze ou vingt et tu seras déjà plus proche du chiffre exact. Ici, ça pullule ! confirma-t-elle devant l'air ahuri de son partenaire de mission. Donc me donner rendez-vous dans ce coupe gorge, je ne suis pas sûr que ce soit une excellente idée, vois-tu. Passons.

Elle sortit trois enveloppes grand formats de son sac à dos ainsi que son ordinateur portable. Elle laissa ce dernier fermé et décacheta la première enveloppe.

— Ta nouvelle cible est un certain Blake. Vampire de son état, annonça-t-elle en tendant la photo d'un adolescent à Max. C'est un anglais de Cambridge, si nos informations sont exactes, ce qui est loin d'être sûr. Ceci dit, on s'en fout un peu. Il voyage beaucoup et même si on a réussi à avoir quelques photos de lui, contrairement à feu Cassius, on n'a jamais pu l'approcher suffisamment pour l'empêcher de nuire.

— C'est un gosse ! ne put se retenir d'intervenir Max.

— C'est un vampire avant tout, corrigea l'espionne. Il était peut-être un gosse lorsqu'il a été transformé, mais il a au moins l'âge d'être ton père. Certainement plus. C'est toujours difficile à dire. L'espionnage n'était pas très au point avant la première guerre. Du moins, en ce qui concerne les vampires. Personnellement, je pense qu'il a, au minimum, cent-cinquante ans.

— C'est un vieux gosse, alors, sourit Max.

— On va dire ça comme ça. Toujours est-il qu'il est dans nos pattes depuis un bout de temps et qu'on aura peut-être une occasion.

— Il a fait quoi, concrètement ?

Esthel pouffa discrètement.

— Ton dossier mentionnait ton côté curieux, c'est marrant. Il a fait quoi, notre jeune ami. Je vais te la faire courte, mais disons que maintenant que Ruppert est cané, c'est le numéro un du hacking. C'est un freelance qui bosse toujours pour le plus offrant et jamais contre les siens. Il a déjà aidé la DEA à coincer des trafiquants, mais leur a aussi mis des bâtons dans les roues lorsqu'ils poursuivaient certains des gars de Cassius. C'était un de ses nombreux lieutenants, d'ailleurs. Ou du moins en donnait-il l'impression. On le soupçonne d'être à l'origine de plusieurs intrusions dans nos serveurs fantômes. Ceux qu'on laisse un peu partout sur le net pour tester nos protocoles de défenses et repérer nos ennemis. Et on a réussi à découvrir qu'il vient aux États-Unis. On ignore pourquoi, et on s'en fout un peu aussi. En tout cas, moi, je m'en fous. Ce qui compte c'est qu'il devrait arriver dans les jours prochains et qu'il devrait se rendre en Californie.

— Pourquoi on ne s'est pas rencontré directement là-bas, alors ?

— J'avais envie de venir à New York. Je n'avais jamais vu la grosse pomme. Je te laisse tous les documents. Comme d'habitude, tu ne les laisse pas trainer. Tu lis, tu mémorises, tu brûles. C'est tout ce qu'on a sur lui. Je ne suis pas convaincu qu'il y ait là quoi que ce soit qui t'aidera à être plus efficace dans ta mission, le jour J. D'ailleurs, pour l'instant, on ne sait pas où il va ni quand il y sera. La mission pourrait donc très bien avorter. On se revoit dans deux jours à Frisco, si tu veux bien. Enfin, non, corrigea Esthel avec son éternel sourire. Pas si tu veux bien. On se retrouve dans deux jours à Frisco. Je te rappelle. Maintenant, je me casse d'ici, ça fout les jetons, ce parc, la nuit.

Max sourit en regardant l'espionne ranger son ordinateur qu'elle n'avait même pas allumé et sa lampe de chevet portative. Esthel n'était peut-être pas l'espionne la plus indiquée pour un travail de terrain, c'était cependant la plus drôle qu'il avait rencontré jusque-là.

Lorsqu'elle fut partie, il étudia les documents à la lueur de son téléphone portable. Ce Blake était au moins aussi recherché par la LOTUS que Cassius en son temps. Il semblait avoir effectivement travaillé pour toutes les grandes agences gouvernementales de la planète. Des USA aux Russes en passant par la France ou la Chine. Il n'avait clairement aucune allégeance. Le dossier contenait aussi un embryon de profil psychologique. Le gamin semblait un spécimen rare d'adaptation. Ruppert, qui était aussi un grand Hacker, était un jeune vampire. Il était d'ailleurs devenu immortel après avoir commencé sa carrière de pirate informatique. Blake, lui, avait appris le métier sur le tas. Il était, toujours d'après le rapport, méticuleux, précis et très organisé. Pas du genre à laisser quoi que ce soit au hasard. Ainsi, lorsque Max découvrit une annotation à la main en bas de page, soulignée en rouge, il ne put qu'être d'accord avec. Il était écrit : « vu le personnage, il y a des chances que ce soit un leurre... ou un piège !!! »

Voilà qui n'avait rien de rassurant, conclut Max en se levant pour regagner son domicile. 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Blake :)
Vous connaissez ?


Oui ?


Non ?


Il était dans le Tome de Sébastien :)

Unités B (Chronicles 6)Lisez cette histoire GRATUITEMENT !