19. Quête et requête

1.8K 273 22

Tenir un bar revenait à vivre des centaines d'aventures sans bouger de chez soi. Les voyageurs de passage racontaient leurs exploits à qui voulaient bien les entendre et ne tarissaient pas d'anecdotes à propos de leurs dernières péripéties. Aitsuki connaissait à présent une bonne partie du monde de l'est sans jamais y avoir mis les pieds. Une révolte éclatait du côté d'Augès ? Aitsuki apprenait que le fils du chef de la police locale en avait profité pour développer un petit commerce de farine coupée. La cité de Nonnos interdisait la pêche au Squale ? Aitsuki pouvait vous lister les bateaux sous pavillon de Chora, une île voisine de celle de Nonnos, qui s'aventuraient sur les mers de leur voisin pour y faire un peu de contrebande.

Oui, tout le monde parlait au patron de La Chimère, et le patron, la patronne en l'occurrence, savait tout. Théa avait beau se situer à l'extrême ouest du monde humain dans un désert inhospitalier, toutes les informations lui parvenaient. Et si des représentants des onze royaumes de l'est faisaient le déplacement, c'était bien car Théa avait quelque chose de valeur à offrir en échange. Comme quatre autres cités, Théa était sur le front ouest, derniers bastions humains avant les royaumes chimériques. De l'autre côté c'était l'inconnu. Les légendes disaient que ces contrées lointaines regorgeaient de monts et merveilles mais trop peu en étaient revenus vivants pour le raconter.

Une partie des habitués de la Chimère s'y rendait régulièrement, mais ils n'allaient jamais bien loin. C'était dans ces zones obscures qu'était cultivée l'herbe arc-en-ciel, drogue préférée des habitants de l'est, souvent copiée, jamais égalée. Certains mages-guerriers y partaient en mission également, parfois. Les rumeurs murmuraient que certains héros de Théa y avaient vaincu des chimères et exploré les six régions connues, mais peut-être y en avait-il plus. Les quelques cartes de ces contrées étaient très recherchées, très précieuses, et très incomplètes.

— J'ai besoin d'une carte.

La nuit commençait à laisser place au jour, les clients s'étaient avérés nombreux et bruyants, Aitsuki n'avait qu'une envie : fermer le bar et aller se coucher.

— J'ai besoin d'une carte, répéta l'homme.

— Et moi j'ai besoin d'un massage, rétorqua la jeune femme fatiguée. C'est une auberge, on ne vend pas de carte.

L'homme mal rasé baragouina quelques mots doux, maugréant qu'il voulait parler à Rufus. Aitsuki soupira puis concentra son attention sur lui. Il paraissait aussi fatigué qu'elle, et beaucoup plus sale.

— D'où venez-vous ? lui demanda-t-elle.

— De bien trop loin, répondit-il, d'Augès.

Il était difficile de faire plus éloigné, Augès était la ville la plus à l'est du monde. La presqu'île avoisinait des glaciers qui s'écrasaient sur ses côtes dans un fracas que l'on disait assourdissant. Tout cela était bien différent des sables de Théa.

Aitsuki soupira, l'homme lui faisait pitié, elle voulut le questionner un peu plus mais il se braqua et redemanda à parler à Rufus.

— Je ne fais confiance qu'à Rufus, allez me le chercher.

— ll est absent, déclara Aitsuki après une longue inspiration, j'étais son assistante et j'ai repris les rênes de La Chimère en attendant son retour.

— Quand reviendra-t-il ?

— Le conseil de Théa l'a déclaré mort, déclara Aitsuki d'une voix que la répétition de l'information aux clients de passage avait rendue moins émotive.

L'homme haussa les épaules, aucune once de peine ne vint troubler son expression faciale. Il paraissait plus ennuyé qu'autre chose. Il dévisagea la jeune femme et fit une remarque en lien avec son âge. Que savait-elle de la vie et du monde, elle qui n'avait probablement jamais quitté ces murs.

NoxLisez cette histoire GRATUITEMENT !