Présentation

1.6K 141 90

- Excusez moi, mais qui êtes vous et que faites vous dans ma chambre ?

Je rouvre les yeux. Je pousse un cri de surprise. Un garçon blond habillé d'une tunique verte et d'un pantalon blanc me fait face. Ses cheveux sont ébouriffés sur le devant et le reste est attachés dans une queue de cheval. Une écharpe rouge lui entoure le coup et lui tombe jusqu'à la taille sur laquelle une ceinture repose. Ses mains sont gantées et ses avants bras sont protégés. On dirait qu'il fait du cosplay.

Il me regarde de ses yeux saphirs. Il rougit légèrement en me voyant si peu habillé. Nous semblons tout deux perdus. Je prends la parole :

- Je... Je ne sais pas comment ni même pourquoi je suis dans votre chambre...

Il tire sur sa tunique nerveusement.

- Comment ça vous ne savez pas ?

Je l'observe un peu plus et constate qu'il a des oreilles pointues, comme un elfe. J'essaye de le regarder dans les yeux sans m'attarder sur ce détail.

- Je... J'ai traversé une faille noire. Et à présent, je suis... dans votre chambre.

- Fort possible., dit il en levant un sourcil.

Mais comment peut il me croire ? J'ai moi même du mal à comprendre ce qui m'arrive.

- Je... Je vous jure que...

Il agite sa main.

- Je vous crois.

Soudain, il fronce les sourcils en me regardant. Il s'approche de moi et enlève les cheveux qui cachent mes oreilles. Je sens mes joues chauffer face à cette proximité inattendue.

- C'est normal pour vos oreilles ? Elles sont rondes !

Du bout de son doigt, il effleure le bout de mon oreille. Je me recule pour lui faire comprendre que ces actions sont assez... gênantes. Il comprend le message et il reprend son sérieux :

- À Hyrule personne n'a ce type d'oreilles d'où venez vous ?

- Hyrule ? Ce n'est pas un pays ! N'y même une ville..., m'affole je.

Son regard se fait de plus en plus interrogateur.

- On est où en France ?, marmonne je.

Ses yeux s'écarquillent.

- France ? C'est quoi ?

Je m'agrippe à ma serviette. Mais où suis je ? Je souffle un bon coup et je décide de faire les présentations :

- Je m'appelle (t/p), j'ai 17 ans et je vis à Paris dans un petit internat.

- Paris ? Internat ? Je ne suis pas sur de comprendre entièrement votre langage., râle t il en secouant la tête.

Ma main atterrit sur mon front. Je la fais descendre jusqu'à la bouche et je le regarde comme si c'était un crétin infini. Il hausse les épaules :

- Bon vous m'expliquerez plus tard. Je suis assez pressé. Restez dans ma chambre pour la journée et... habillez vous.

Je réajuste ma serviette.

- Mais je n'ai pas d'habit...

- Prenez dans mon placard., dit il simplement en se dirigeant vers la porte.

- M... Merci c'est gentil.

- Ah et moi c'est Link, j'ai 18 ans. Et je vis ici si vous n'aviez pas compris.

Il me sourit avant de partir en claquant la porte.

Je reste de longues minutes à regarder le vide en me demandant ce qui ce passe réellement. Je traverse une faille noire pour me retrouver à "Hyrule" sans habits et sans téléphone. Complètement ridicule.

Je sors de mes pensées et fouille son placard : que des tuniques vertes, rouges ou bleues. J'ai également un autre problème : je n'ai pas de sous-vêtements.

Je vais donc dans la salle de bain toujours accompagnée de ma fidèle serviette. Je trouve des bandages. Une idée me traverse l'esprit : j'enroule deux couches de l'épais pansement. Je lui prends un des ces boxers et admire le résultat dans le miroir. J'éclate de rire. C'est pitoyable.

Le garçon qui m'a accueillit il y a une demi heure décide de rentrer à ce moment. Il rougit pendant que ses yeux descendent un peu trop bas à mon goût. Je ferme la porte qui nous sépare avant de me rappeler que mes futurs vêtements sont de l'autre côté.

- (T/p) ? Désolé pour l'intrusion. J'avais juste oublier mon épée et mon bouclier. Je repars !

Mais qui a ce genre de matériel en 2100 ? J'entrouvre pour constater qu'il n'y a plus personne derrière. Je prends une tunique de chaque couleur pour toutes les essayer.

Finalement, j'enfile la rouge qui est la plus assortie à mes yeux (c/y) et mes cheveux (c/c). J'y rajoute un pantalon blanc et des chaussettes.

Je commence à avoir faim. Je fouille un peu la chambre mais je n'y trouve rien de comestible. Je rate donc un repas sous les grognements de mon estomac.

Je m'allonge dans son lit en essayant de penser à autre chose. Je finis par partir dans un léger sommeil.

Link X ReaderWhere stories live. Discover now