La vengeance de Martin Giacobi

Depuis le début

Elisabetta croyait qu'il se montrerait en début de matinée mais ce n'est qu'un peu après treize heure que Martin se présenta chez Maria- Lucia.

La jeune femme le toisa avec tout le mépris dont elle était capable et elle se dégagea d'un geste brusque lorsqu'il essaya de l'enlacer contre son gré.

Martin ne sembla pas vexé car il savourait toujours autant la surprise qu'il venait de faire à Elisabetta.

Il l'observa un instant : il la voulait depuis des années et son abruti de frère avait été si stupide en acceptant de collaborer avec des contrebandiers qu'il n'avait pas pu refuser l'arrangement proposé par Virgiliu Giacobi.

Mais cela, Elisabetta ne le savait pas encore et Martin allait se faire un plaisir de lui révéler les termes du contrat que Gabriel avait paraphé à contrecœur. Lui qui croyait pouvoir le faire annuler par ce chantage, par cette menace de porter plainte pour tentative de viol, il n'avait pas compris que les Giacobi avaient bien plus contre lui.

Gabriel avait eu le choix : la honte, la ruine, le déshonneur pour toute sa famille ou lier les siens définitivement avec le clan ennemi.

Et il avait choisi. Ou plutôt...Martin lui avait gentiment fait comprendre qu'il n'y avait qu'une seule option possible.

Le jeune homme s'assit dans un fauteuil du salon avec des allures de propriétaire. Il fit mine d'examiner la pièce puis il se tourna vers Elisabetta qui se tenait toujours debout dans l'encadrement de la porte.

Martin avait remarqué qu'elle était très pâle et très maigre aussi. Et cela ne lui plaisait pas. Mais il allait tout faire pour que cela change.

- Et bien, tu ne viens pas rejoindre ton fiancé Lisa ?

- Tu n'es pas mon fiancé.

- Je suis sincèrement désolé de te contredire mais...voici un écrit qui le prouve. Signé de la main de ton propre frère.

Elisabetta refusa de s'approcher pour prendre le document que Martin lui tendait :

- Tu mens. Avant que je ne quitte le village, Gabriel avait renoncé à porter plainte contre toi en échange de l'annulation de ce stupide contrat.

- Possible. Mais c'était avant que mon père n'apprenne les petites affaires qu'il avait soigneusement cachées à Saveriu.

La jeune femme pâlit : ainsi les Giacobi avaient découvert eux aussi que Gabriel avait participé à des activités illégales et le chantage s'était retourné contre lui.

Martin se leva alors et s'approcha d'Elisabetta sans se départir de son sourire narquois :

- Bien, maintenant que la situation est clarifiée entre nous, je vais t'expliquer ce qui va se passer à présent.

- Je ne rentrerai pas à Merusaglia. Je dois continuer mes études.

- Ah mais je ne comptais pas t'empêcher d'étudier bien au contraire !

- Et je ne veux pas me fiancer avant la fin de mes études.

- Je regrette. Nous sommes fiancés officiellement Lisa. Mais...je consens à décaler notre mariage à la fin de tes études.

Et pour être certain que tu respecteras les termes de l'accord qui lie nos deux familles, j'espère que tu ne vois aucun inconvénient à ce que je reste à Marseille ?

- Ce n'est pas convenable.

- J'ai trouvé un emploi en ville, dans une quincaillerie. Et le propriétaire accepte de m'héberger chez lui. Donc, nous n'habiterons pas ensemble. Je tiens à faire les choses dans les règles.

Cum' un cantu di libertaLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant