- 13 -

476 43 18

Du haut des marches du perron du château, Dumbledore se tourna vers les deux Dragons. Il sourit légèrement et Rogue dit :

— Puissent-ils parler tranquillement et se comprendre à présent.
— Oh ! Je ne fais pas de soucis de ce côté là, dit Dumbledore avec un sourire en coin. Et puis ne sommes-nous pas là pour les aider ?

Rogue eut un léger sourire en coin puis il se détourna et disparut dans le château. Dumbledore le regarda partir en direction des cachots puis il jeta un dernier coup d'œil vers les deux Dragons que leurs deux compagnons avaient rejoints, libérés de leur enclos par Hagrid. Il sourit ensuite puis regagna son bureau.

.

Durant le reste de la journée, l'épaule de Dragon-Malefoy guérie, les cours de Défense purent se succéder et les élèves redoublèrent d'intelligence mais les quatre Dragons aussi. Les cours furent très instructifs et quelques élèves furent blessés, dont Neville qui n'esquiva pas assez vite le coup de queue de Dragon-Montor. Il fut blessé au bras mais sans gravité et Pomfresh, qui assistait à tous les cours avec les Dragons, eut vite fait de lui soigner le large bleu qui s'était formé à l'endroit où la queue brune avait frappé. Hermione fut également blessée mais elle l'avait cherché, elle. En effet, en attaquant Dragon-Harry d'un sortilège connu d'elle seule, elle n'avait pas pensé que les Dragons se servaient de leurs ailes comme boucliers et Dragon-Harry, ne connaissant pas le sortilège et donc ses effets, avait préféré se protéger et le rayon bleu clair avait ricoché sur la peau fine des ailes pour aller égratigner la joue droite de la brunette.

— Tu triches, Harry ! s'exclama la jeune fille en essuyant le sang qui coulait de sa blessure.
— Non, miss Granger, dit Molver, le professeur de DCFM. C'est tout à fait juste. Les Dragons de Voldemort ne vont pas hésiter à ses servir des armes qu'ils ont à disposition. C'est très bien, Potter, ajouta ensuite le professeur. Vous pouvez aller souffler un moment. Ramons, à vous !

Le Dragon rouge se leva et s'avança au centre du cercle formé au milieu du terrain de Quidditch et délimité par des piquets rouges et lumineux. Dragon-Harry, quant à lui, retourna auprès des deux autres Dragons et il se laissa lourdement tomber sur le flanc près de Montor qui grogna.

— Tu es un vrai mastodonte, dit le Dragon brun en ramenant ses mains près de lui pour éviter que le dragon noir n'y pose ses coudes pointus. Non, j'ai mieux. Un pachyderme.

Dragon-Harry siffla quelque chose et des cris retentirent devant eux. Ron faisait face au Dragon rouge et, malgré la peur qu'il avait de toutes les créatures plus grandes que lui - hormis les araignées - il se débrouillait pas mal.

Galvanisé par l'atmosphère, Ramons cracha un jet de flammes qui roussit l'herbe juste devant Ron qui lui, fit un bond en arrière. Le rouquin glissa sur l'herbe humide et se rattrapa de sa main gauche - la seule libre - et lança un sortilège de Désarmement qui frappa le dos de la main du Dragon en face de lui.

— Bien Ramons ! Très bien Weasley ! Continuez comme ça ! Regardez, vous autres, c'est valable aussi pour vous trois là-bas ! dit Molver. Voilà comme vous devez vous battre. Oubliez que ces jeunes sont vos camarades, vous êtes des Dragons, pensez et ressentez comme eux ! Allez Ramons, c'est bien, défendez-vous.

Ramons obéit et il donna un coup de patte à Ron dont la baguette magique sauta et atterrit près de Molver qui la ramassa en arrêtant le duel.

— C'est bien, merci à tous les deux, dit-elle en donnant sa baguette à Ron. Weasley, allez-voir l'Infirmière si vous avez mal à la main.
— Ça ira, répondit Ron en bougeant son poignet. Il n'a attrapé que la baguette.
— Merci Ramons, reprit Molver en lançant un pain entier au Dragon qui l'attrapa et n'en fit qu'une bouchée.
— Merci à vous, répondit Ramons. Moi je continue sans problème si on a une friandise à chaque fois.

Expérience AudacieuseLisez cette histoire GRATUITEMENT !