Paragraphe 2, Hylliy et nomination

27 3 5

Bruh. Ca fait longtemps, hein ? En ce moment je n'ai pas tellement de sujets sur lesquels débattre, ou du moins pas le temps de les expliciter longuement, alors ce rantbook est un peu désert... Enfin, c'était sans compter sur notre cher ami Hylliy, qui m'a nominé pour un de ses petits projets de groupe où il faut rédiger la suite d'un paragraphe (ici le sien écrit page 98 de son bouquin) tout en y intégrant un mot obligatoire selon des règles pour créer une histoire.

Un cadavre exquis géant, quoi.

Sur ce :

Créateur du projet : Hylliy, voir son livre "Vrac" (partie 97)

Avec le mot "canard" donné par Hylliy. 

---------

Précédemment  dans "A Paragraphes". 

Paragraphe 1 : Un narrateur se réveille après une soirée bien chargée dans un lit inconnu, aux côtés de son crush  à demi-nu portant une coiffe caleçon-chaussette et de sa meilleure amie, Charlotte, déguisée en endive. Pris d'une forte envie d'uriner, notre poto se rend ensuite aux toilettes et tombe soudain nez à nez avec une tour de Kaplas  avant de se faire embrasser par Quentin, le crush cité ci-dessus, qui l'avait suivi . Après une discussion flash sur le caractère extraterrestre des  kaplas et leur potentiel futur rapt de calcium humain, Quentin se barre dans la cuisine, laissant notre narrateur seul et délivré de son besoin de pisser  par la magie de l'amour. Ce dernier retourne enfin réveiller légume-Charlotte, qui accepte gracieusement son invitation à petit-déjeuner.  

... 

— Viens, petit déjeuner.

Ok.

Charlotte, après avoir posé ses deux pieds sur le tapis de chambre et vérifié la bonne fonctionnalité de ses tympans, se mit à me toiser de haut en bas d'un air perplexe. Elle avait encore la marque blanche de son long filet de bave sur le menton et son costume d'endive faisait grise mine, une de ses feuilles pendant dangereusement vers le sol.

Je la sondait à mon tour, inquiet, le sourcil haussé.

 — Ben quoi ?

— Rien, rien, répondit-elle aussitôt en baillant. Je me disais juste que tu aurais pu mettre un caleçon.

Je baissais le regard, et... Oh. Ok. Cela expliquait sans doute pourquoi Quentin portait deux sous vêtements lorsque je l'avais croisé ce matin.

...Restait juste à savoir lequel était le mien, pas vrai ? 

Comme investie d'une mission, Charlotte m'extirpa  tout à coup de mes pensées en me tirant par le bras, filant comme une balle en direction du délicat fumet qui émanait de la cuisine un peu plus loin. A présent pleinement éclairé par la lumière du jour, je remarquai que le couloir adjacent aux toilettes et à la chambre était intégralement jonché de kaplas et de boules de Noël, chacune reflétant la vision d'un autre continuum espace-temps. Trop pressés pour prêter réellement attention à la chose, nous nous frayâmes un passage sur les fesses au milieu de ce torrent de boules pendant une bonne dizaine de minutes, avant de nonchalamment arriver à destination où se trouvait Quentin, assis sur un monticule de boîtes de pizzas, élégamment planté devant la table. 

Posé ainsi tel le roi du monde, il était en train de choisir l'angle le plus adapté pour prendre un selfie, ses lèvres pulpeuses contractées en une fabuleuse bouche de canard et son faciès de demi-Dieu incliné en avant pour accentuer sa moue de bad boy ténébreux ; ce alors qu'il fixait les cadavres des derniers invités endormis à ses pieds. Lorsque nos regards se croisèrent, je me demandai à nouveau ce qui avait bien pu se passer hier et si les macchabées présents dans la cuisine étaient le fruit d'un quelconque rituel satanique impliquant nos personnes. Un long frisson d'effroi se mit à courir dans mon dos à cette pensée mais tout s'évanouit lorsque Quentin me fit son clin d'œil spécial pétillant, m'invitant à avancer vers lui à petits pas, Charlotte sur mes talons.

 — Alors chéri, m'apostropha t-il en se servant un toast qu'il venait de griller à la poêle tandis que je prenais place. Tu veux un yaourt ? C'est le truc idéal pour résister aux envahisseurs du futur.

Sans attendre une réponse de ma part il me servit ensuite comme si de rien était, oubliant volontairement Charlotte qui fit mine de protester en tirant sa plus belle grimace.

   — Et, hum, bredouillais-je, doublement gêné par le regard que Quentin portait sur ma nudité ainsi que par le nombre hallucinant de personnes probablement décédées aux alentours, tu te rappelles de ce qui s'est passé hier soir ?

Charlotte, qui s'était assise à côté de moi et repoussait une mèche de ses cheveux coincée dans son costume d'endive, ouvrit brutalement la bouche, l'ouvrant et la refermant avec la grâce d'une carpe. Quentin m'observait avec l'air de quelqu'un qui se retient d'exploser de rire. Un ange passa, durant lequel je ne sus plus où me mettre.

Devant le silence pesant qu'avait provoqué ma question je décidai pourtant de retenter une approche, choisissant cette fois mes mots avec le plus grand soin. 

— Vous pourriez me raconter la soirée d'hier, les gars ? J'ai vraiment mal au cul.

 — Tu... commença Charlotte en roulant des yeux, passant progressivement de la carpe au merlan frit.  

Tu ne te souviens pas ? La coupa mon adorable crush tandis qu'un sourire charmeur éclairait lentement son magnifique visage.

Je secouai la tête, désolé, alors qu'il croquait dans sa tartine d'un air passablement exhaustif. Charlotte leva les yeux au ciel, ou plutôt essaya  autant que le lui permettait son déguisement de légumineuse trop étroit, avant d'abandonner.

 — Je te préviens Quentin, répondit-elle enfin dans un soupir, ce n'est pas moi qui lui raconte son imitation de Vincent Mc Doom bourré, la partie de Plantes VS Zombies IRL et la nuit torride que vous venez de passer. 

_________________________

Taa-daa ! Ca, c'est fait. Donc pour perpétuer le principe je nomine cette chère Lyreeeeee, pour rédiger la partie 3 de "A paragraphes" avec comme mot obligatoire "levure" (Lyreeeeee, comme Hylliy pour moi même, je te fais confiance pour lire les règles partie 97 de VRAC chez lui et respecter la présentation. N'oubliez pas de poster un commentaire sous ladite partie lorsque vous avez posté votre Paragraphe, ça évite de se perdre si jamais la suite de cette histoire devait virevolter au bout du monde.)

Alors, que va t-il se passer ? Découvrez le bientôt en allant lire la suite chez Lyreeeeee, si jamais elle a le temps de l'écrire, bien entendu. 

Enfin, bisous, je vous dis à bientôt sur ce RantBook ou ailleurs ! Ya. 




Carré Blanc sur Fond Blanc [Le RantBook participatif de Ya]Where stories live. Discover now