8|

160 28 9

6 mars 1999, 4h57...
Plenty Highway, Territoires du Nord, Australie...

Max n'avait jamais été un grand voyageur. Il avait visité le grand Canyon, dans sa jeunesse. Il était allé régulièrement de l'autre côté de la frontière mexicaine, tout près. Mais en réalité, il n'avait jamais vraiment quitté San Diego depuis qu'il s'y était installé. Avant cela, il avait toujours vécu en Californie également. Depuis qu'il avait rejoint sa formation, en revanche, il avait l'impression d'être en permanence en mouvement. C'était encore pire avec la LOTUS. Chaque mission semblait devoir se dérouler à l'étranger.

Aujourd'hui, la mission des deux équipes des S OPS était d'intercepter un convoi. Comme la dernière fois, il avait reçu un minimum d'information. À telle point qu'il ignorait même où se situait la seconde équipe. La sienne, dirigée par un certain Martins, était tapie dans le peu de végétation qui bordait l'autoroute. En guise d'autoroute, il s'agissait plutôt d'un chemin de terre battue. Il fallait croire que les australiens avaient une vision différente de celle des américains concernant les voies à grande vitesse.

Pour l'occasion, Max Matthews avait reçu un nouvel uniforme. Celui-ci était de couleur ocre et se fondait plus facilement dans le décor en plein jour. Cependant, le soleil peinait à se lever et un vêtement noir aurait tout aussi bien fait l'affaire, pensait-il en vérifiant à nouveau ses munitions. Si au Portugal, on lui avait précisé que ce n'était qu'une intervention de routine, ce n'était absolument pas le cas, cette fois. Martins avait expliqué qu'il y avait trois grands camions qui se dirigeaient vers l'ouest sur la route numéro douze. Lorsque Max avait demandé, on lui avait fait comprendre poliment que le contenu des transports ne le regardait pas. Pas plus que ses collègues, évidemment.

Les agents des renseignements avaient confirmé le départ des semi-remorques quelques heures plus tôt. Ils les surveillaient par satellites et avaient prévenu l'équipe de Martins que leur arrivée était proche. La mission, sur le papier, était simple : arrêter le convoi, neutralisé l'équipage et tout système de pistage. Une autre équipe viendrait prendre le relais pour récupérer le contenu des transporteurs. Seulement, les conducteurs devaient être armés et les renseignements avaient également mis en garde les S OPS contre une escorte. Il semblait y avoir un 4x4 par camion, ainsi que quatre moto au total. C'était la raison pour laquelle il y avait deux équipes de six hommes.

Max vérifia de nouveau son matériel.

— T'es un maniaque, toi, lâcha son binôme allongé à sa droite dans la poussière. Ou tu as le trac ?

— Probablement un peu de deux, répondit Max.

Il souriait, mais son masque et ses lunettes empêchèrent son camarade de s'en rendre compte. Les soldats de la LOTUS avaient pour habitude de progresser entièrement camouflés. On ne voyait jamais le moindre morceau de peau et encore moins leur visage.

— Eh bah détends-toi, tu commences à me stresser.

— OK !

Max vérifia tout de même une dernière fois ses munitions dans son dos. Comme si la légère brise avait pu les déloger de leur emplacement. Il se remit ensuite en position. Même avec ses lunettes en position infra-rouge, il ne distinguait pas grand-chose à l'horizon. La lumière du soleil levant, quelques taches représentant ses collègues ou des petits animaux, rien de bien intéressant en somme.

— En approche ! fit la voix du responsable dans son oreillette. On laisse passer les éclaireurs et on n'intervient que sur le second transport...

La stratégie était simple, se remémora Max. Ils allaient attaquer le second camion. Cela signifiait que les deux motos à l'avant seraient déjà loin. Le premier semi-remorque ne s'arrêterait pas pour porter secours aux autres, pas plus que le 4x4 qui l'accompagnait. Ceux-là serait pris en charge par la seconde équipe, un peu plus loin. Eux devaient se charger de l'arrière garde et du reste des véhicules. Il avait clairement hérité de la partie la moins simple.

Unités B (Chronicles 6)Lisez cette histoire GRATUITEMENT !