Désespoir

801 126 35

La vie avait repris son cours à Aiacciu et la population savourait sa liberté retrouvée. Elisabetta, elle, passait une bonne partie de ses journées à pleurer dans sa chambre car elle savait que jamais Leandru ne serait rentré pour assister à la naissance de leur enfant.

Simon, qui avait repris ses activités à son cabinet, venait la voir deux fois par semaine. Il l'avait rassurée sur le fait que le bébé était en pleine forme car il bougeait bien et il lui avait confirmé que sa naissance devrait avoir lieu dans le courant du mois de janvier.

Elisabetta suivait également, grâce à la presse écrite, la progression des troupes alliées en Italie. D'après les articles publiés, l'avancée des troupes était rapide car elles ne rencontraient que peu de résistance.

Leandru avait promis qu'il essayerait de lui envoyer des lettres mais la jeune femme savait qu'elle devrait sans doute attendre plusieurs semaines avant d'avoir de ses nouvelles.

Les températures devenaient plus fraiches sur la Corse et le mois de novembre fit son apparition.

Un jour, profitant d'un magnifique soleil d'hier, Elisabetta se promenant avec Giovaninna le long de la mer. Elles se trouvaient sur le Quai Napoléan lorsque la jeune femme aperçut non loin devant elle une silhouette qu'elle aurait pu reconnaître entre mille.

Elle s'arrêta brusquement sous le regard interrogateur de Giovannina :

- Lisa ? Que ce passe t-il ?

- Mon frère...c'est mon frère...

Elle n'eut pas le temps de faire demi-tour : Gabriel l'avait vue et il se dirigea à grandes enjambées vers elle.

Elisabetta recula de quelques pas tout en posant par reflexe ses mains sur son ventre rond. Dissimulé par son manteau, il n'était que peu visible mais son geste n'échappa pas au regard perçant de Gabriel.

De sa main il montra son ventre :

- Qui est le père ? C'est pour cela que tu t'es enfuie ? Que tu nous as tous laissé dans l'ignorance ? Que tu as laissé maman s'inquiéter à ton sujet ? Qui est le père Lisa ? Qu'as-tu fais ?

Elisabetta observa son frère d'un air assuré :

- Je ne te le dirai pas.

- T'es-tu mariée sans notre accord ?

- Non.

- Alors que fais-tu ici seule et...et dans cet état ? Je veux savoir qui est l'ignoble personnage qui t'a engrossée et pourquoi tu as compromis l'accord que nous avions avec les Giacobi !

- Il n'y a jamais eu d'accord Gabriel ! Je n'ai jamais accepté de me marier avec Martin ! Je le déteste.

- Tu sais qu'il pourrait tout annuler ? Tu as bafoué l'honneur de notre famille Lisa ! Je retrouverai celui qui t'a fait perdre la tête et je le tuerai je te le promets. En attendant...où loges-tu ?

- Chez Giovaninna.

Elisabetta désigna la tante de Simon en disant cela.

- Et bien nous allons aller chercher tes affaires et tu vas te rendre chez des personnes dignes de confiance et tu y resteras jusqu'à ce que...

Quand est-ce prévu ?

Le doigt toujours menaçant, Gabriel montra à nouveau le ventre rond d'Elisabetta.

- Dans le courant du mois de janvier.

- Dans ce cas je vais rester ici avec toi et ensuite...nous repartirons à Merusaglia.

Cum' un cantu di libertaWhere stories live. Discover now