Chapitre 12 - Avancée

5 1 0

 En ce premier jour de mars de l'an 544, le Champion d'Erob était assis, à la table du conseil de Snail éclairé par la lumière s'échappant des vitraux. Il était seul avec une haute pile de dossiers et de parchemins dont il avait hâte de se débarrasser. En quatre ans depuis qu'il avait été nommé Champion, Gildur avait eu le temps d'écrire nombre de dossiers, mais avait bien évidemment attendu le dernier moment avant de s'y mettre. À sa défense, il n'avait pas eu le temps de chômer.

On ne compte plus le nombre de batailles gagnées par le Champion depuis le début de la guerre de position avec Gor. Aucun conflit n'avait vraiment été revendiqué, Gor souhaitant récupérer les provinces autour d'Alara, et les nains défendant leur nouveau « comptoir commercial ». Ces batailles, ils ne les avaient pas gagnées seuls. Car on ne citait rarement le nom de Gildur d'Erob sans évoquer juste après celui de Godric Tyr–Dagen. L'adoption d'Amisha par la famille Tyr–Dagen tout comme leurs nombreuses campagnes communes avait rapproché les deux nains, et une amitié fondée sur un respect profond de l'autre s'était tissée. Le vétéran apportait l'expertise et l'expérience de ses nombreuses années à soutenir le Roi, et le Champion apportait ses idées tactiques audacieuses, novatrices, et son image publique afin de trouver les alliés et alliances les plus incongrues. Ils affrontaient régulièrement le danger ensemble : l'invasion d'Oohven dans La Jetée, l'attaque de la colonie de Wyvernes a l'est d'Erob et les nombreuses apparitions néoromantiques que le Champion traquait comme des proies... Les exploits des deux guerriers devenaient pénibles à compter.

Gildur avait besoin de montrer au monde, pas qu'aux nains, la puissance et l'honneur qu'apporte le titre de Champion d'Erob. C'est alorsqu'il décida de déterrer une très ancienne tradition, oubliée de nos jours : le duel noble. Un duel à mains nues en un contre un, n'importe qui avait le droit d'affronter le Champion pour revendiquer son titre dans l'honneur des combats loyaux et virils si cher à Füros. Hommes et Femmes venaient de tout bord, même au delta des iles du sud, comme des eyriens de Thélèbe ou des îles Rubis, pour affronter Gildur sur son propre terrain. Des dizaines de combats, pas une seule défaite, malgré certains combats bien difficiles par moment.

Mais outre ses talents guerriers, c'est par sa personne que le Champion était connu, très connu sur Fylog. Le nain avait décidé de prendre le meilleur des enseignements de tous ses mentors. Il resta lui–même, avec sa verve légendaire, tel que Vahlna lui avait conseillé. Cependant, comme Thammen, il avait décidé de s'impliquer dans l'avenir des plus jeunes, des orphelins, et des nécessiteux de Fylog. Tout comme Garlic, il avait décidé de soutenir le Roi dans toutes ses tentatives et tous ses sommets politiques. Son charisme couplé à sa langue bien tranchante avait aidé le Roi à s'assurer devant les plus farouches des adversaires, y compris sa propre sœur.

Tout comme Aaron d'ailleurs, Gildur avait pour projet d'œuvrer à très long terme sur une union des peuples de Fylog. Si les négociations avec Gor et Le Clos n'avaient pour le moment retourné que des silences complets et des réponses mesquines, Swam avait décidé de faire fi de leurs propres préjugés sur les autres races et de renouer le contact. Quant à la Jetée, de nouvelles routes commerciales ont été construites, grâce au réseau de tram, sur terre cette fois, pour acheminer diverses marchandises.

Tout ça, Gildur l'avait fait avec son amie de toujours : Fehlna. Elle avait vieilli (et encore changé de compagne, bien qu'elle fût mariée pendant deux ans), mais ne semblait que plus sage et féroce à la fois au fur et à mesure que le temps passait. Les deux s'étaient beaucoup rapprochés suite à la mort de leur meilleur ami, et chacun trouva chez l'autre un soutien indéfectible.

Les enfants eux, se portaient bien. Aldéas et Amber étaient revenus de leur enseignement chez les elfes changés, et pour le mieux. Le jeune homme maintenant était devenu très culturel, et bien qu'ayant eu pour consigne de ne jamais utiliser son flux noir, sauf en cas d'extrême nécessité, il avait mis un point d'honneur à continuer de l'étudier, voulant essayer de contrôler au maximum cet atout, tout autant qu'un danger, qui sommeillait en lui. La jeune rousse elle, avait arrêté avec l'âge de martyriser son frère, au contraire, on avait beaucoup de mal à la séparer du jeune homme. Cependant on remarqua vite que le potentiel d'Amber avec le flux de feu était exceptionnel, bien plus que ce qu'Aldéas pouvait faire habituellement avec le sien. Elle continuait de le pratiquer depuis son retour, et tout le monde, excepté sa tante, se retenait de contrarier la jeune femme, susceptible de brûler les cheveux de quiconque lui ferait de la peine.

Memtis - Le ChampionWhere stories live. Discover now