Mon avis : ...

Il est toujours difficile devant une œuvre atypique d'expliquer pourquoi elle nous a plu. Après tout, c'est ça la rubrique "Coups de cœur" : des œuvres qui m'ont plu, et dont j'arrive à justifier mon point de vue à l'aide de leurs qualités.
Mais ça va être beaucoup plus complexe ici. Non pas que l'œuvre manque de qualité, mais je pense que cette œuvre s'adresse à un public très restreint dont je fais parti.
Le principe de l'histoire est de suivre une jeune femme faisant chaque nuit un rêve dans lequel elle meurt, rêve qui lui semble prémonitoire. Nous la suivons ainsi alors que son terrible destin semble arriver.
Ainsi, l'auteure nous présente un personnage principal extrêmement marginale et refermée sur elle-même. Nous apprenons à l'apprécier alors que des signes de plus en plus inquiétants débarquent dans sa vie, mais qu'elle reprend, à l'inverse, le goût de la vie.
Le personnage finira-t-il par mourir ? Oui. Le soupçon n'en est pas vraiment un, mais l'intérêt de l'œuvre n'est pas là.
Cette dernière nous propose de voir le destin condamné d'une femme, qui décide de vivre sa vie tout de même. Certains pourront voir un parallèle avec la maladie, moi je ne vois qu'un beau message tel que : "il faut profiter de la vie tant que l'on peut, malgré tout".
Le dernier chapitre se permet même un ultime coup de poing, en laissant une fin ouverte à l'interprétation, en nous présentant les suspects, sans toutefois nous montrer le coupable, qui reste caché lors de son crime. L'auteure nous pousse ainsi à la réflexion, et ça conclut avec une justesse rare cette œuvre.
C'est un texte brut, qui ne se décortique pas vraiment : vous avez d'ailleurs pu voir qu'il s'agissait presque plus d'un résumé que d'une critique.
Je vous invite donc à foncer si ce que je viens de vous dire vous a mis l'eau à la bouche, mais ne vous forcez pas.
Il s'agit d'une œuvre intime, tragique et poétique, qui peut plaire autant qu'elle peut déconcerter, mais l'interprétation que j'en ai tiré me pousse à en parler.

2) Chevalier Larouille 1 : Facies Mortis, de 

( + de 15k vues / terminé)

Résumé :

Résumé :

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

 Mon avis : Un livre qui nous immerge littéralement dans son univers

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

Mon avis : Un livre qui nous immerge littéralement dans son univers.

Les descriptions sont importantes en écriture. Contrairement à d'autres médias (films, vidéos, etc), l'auteur a ici besoin de décrire, afin que le lecteur se fasse une image mentale de ce qui se passe.
Mais le plus souvent, une erreur est commise : seule la vue est décrite.
Mais pas ici. La vue, l'ouïe, l'odorat et les autres sens sont utilisés afin de nous faire ressentir ce qui se passe, nous immergeant alors totalement dans le récit et l'univers.
Monde de far-west oblige, l'auteur nous écrit des duels, avec des regards en chien de faïence sous un lourd soleil. L'aridité est parfaitement rendu, renforçant le côté "désertique" des terres.
Et l'ouïe n'est donc pas oubliée, avec ses cigales et ses grillons qui bourdonnent. Nos sens sont donc tous occupés, parfois douloureusement : l'aridité des campagnes traversées installe par exemple un univers pénible pour les personnages et le lecteur, univers qui renforce la menace cachée qu'est le méchant, qui renforce à son tour l'univers dans un cercle vertueux, en faisant planer une ombre sur chaque buisson.

 Nos sens sont donc tous occupés, parfois douloureusement : l'aridité des campagnes traversées installe par exemple un univers pénible pour les personnages et le lecteur, univers qui renforce la menace cachée qu'est le méchant, qui renforce à son ...

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

Le tout nous plonge dans l'univers, qui, il ne faut pas l'oublier, reste un univers médiéval. Et c'est là que le charme se dévoile.
L'auteur, originaire du sud de la France, s'inspire de cette région géographique pour y placer son action, créant un cadre inédit de western, en même temps qu'un univers tout aussi inédit, avec la campagne méditerranéenne (ses oliviers, ses herbes hautes et ses insectes) en lieu et place de l'éternel désert de sable et de cactus.
Seul bémol à l'histoire, la fin, qui n'apporte pas de réelle conclusion au récit, ce qui est dommage. L'histoire part sur d'autres rails avec les autres tomes, c'est donc triste de ne pas avoir un récit complet et se suffisant à lui-même.
Toutefois, l'histoire reste extrêmement plaisante, avec un personnage principal qui reste cependant plutôt classique dans un western.
Mais cela ne diminue en rien l'action, que l'auteur décrit avec une extrême justesse, ne se perdant pas dans des descriptions trop longues qui détruiraient le rythme, tout en exposant parfaitement tous les mouvements des personnages.
En conclusion, le point fort de cette œuvre est ses descriptions et son univers, le tout traversé par une enquête rondement menée.

Petit bonus : J'ai un peu parlé de suites, donc foncez !! Les tomes 2 et 3 sont déjà publiés et n'attendent que des lecteurs. Tous deux ont d'ailleurs été récompensé aux Wattys 2016 (sacré performance ce doublet.)

***********************************
N'hésitez pas à donner votre avis (sur mes avis) dans les commentaires, et à me proposer des livres pour de prochains numéros.
Je vous dis « à bientôt » et rappelez-vous : personne n'a la vérité absolue.
L. DUROY

Wattpad MagLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant