Chapitre XXVII

945 206 120

Je recouvre mes esprits très rapidement et m'agenouille devant le corps inconscient d'Aoile. Le cœur battant, je la secoue pour la réveiller, réalisant avec une ironie morbide que cette scène me rappelle celle du Roi Lion. Je tourne la tête vers Elyane, qui jusque là m'a toujours gratifié d'une gentillesse maternelle. Comment peut-elle droguer Aoile ainsi ? Mais dans ses yeux, je ne lis que du dégout et de la trahison, ce que je ne comprends pas.

- Pourquoi ? Je demande, le souffle court.

Thomas ne bouge pas, serrant T'Shael contre lui. Il fixe les murs, comme s'il avait honte de l'acte de sa mère. Une petite lumière s'allume dans mon cerveau et les dire de T'Shael et de Thomas font sens dans mon esprit. Je reporte mes prunelles sur mon amie, allongée sur le sol et me relève doucement pour faire face aux Flint.

- Aoile n'a pas fait ça, je commence, le ton froid.

Elyane balaye mes propos d'un revers de la main, comme on le ferait pour un moustique.

- Tu ne la connais pas autant que nous. Il est mort parce que quelqu'un lui a coupé la tête, avec une lame. Il n'y a qu'un seul type de créature pour faire ce genre d'immondice : les Démons, assène-t-elle sèchement.

Son côté mère aimante est si profondément enfoui sous cette rage apparente que je ne sais que dire. Quoi que je fasse, elle n'en démordra pas. Pour elle, Aoile est coupable et c'est gravé en elle.

- Aoile n'est pas la seule Démone sur Terre, j'objecte avec véhémence.

Elyane fronce les sourcils, visiblement déstabilisée que je ne prenne pas son parti. Puis elle sourit, redevenant la douce adulte qui a séché mes larmes dans sa maison, avec son tablier à la vanille.

- Ma pauvre chérie, j'oublie toujours qu'Aoile est ta protectrice. C'est normal de vouloir prendre sa défense, mais tu ne peux pas le faire ce coup-ci ! Aoile est la seule Démone présente sur Idan, c'est une certitude. Les autres sont plus adeptes des Enfers, réponds-t-elle.

Mes dents grincent sous le poids de cet argument. Pourquoi est-ce que l'on se bat ? Je ne vois pas Aoile tuer cet homme comme ça, pour le plaisir. Ça ne colle tout simplement pas.

- Et en plus d'être la seule Démone, c'est également la seule à posséder une lame capable de trancher des têtes. Évidemment, suis-je bête, je réponds cyniquement, fusillant Elyane des yeux.

Pour m'éviter une surchauffe cérébrale, je vais jusqu'à ma table de nuit déposer le livre donné par Archibald. Mes yeux se posent sur la photo retournée. Je la reprends en main, croisant le regard heureux de mes parents. À ma place, auraient-ils pris le parti d'Elyane ? Penseraient-ils qu'Aoile est une simple tueuse ?

- Je ne vois pas pourquoi tu t'obstines. Aoile était absente tout ce matin, des gardes l'ont aperçue chez Xander avant qu'il ne meure et on a retrouvé dans sa chambre une lame couverte de sang. Alors maintenant dis-moi, es-tu toujours aussi sûre qu'elle est innocente ? Réplique Elyane, piquée au vif.

Un grognement se fait entendre derrière moi, avant que la silhouette d'Aoile ne se redresse complètement, fixant Elyane avec fureur.

- Mes allées et venues ne sont aucunement tes affaires. Je crois me souvenir que sur Idan, nous sommes libre d'aller où nous le voulons, crache-t-elle.

Ses yeux prennent une couleur plus sanguine, révélant sa colère. Elyane sourit plus franchement.

- Sauf quand nous sommes suspectés de meurtre, minaude-t-elle.

Un bruit de porte qui claque se fait entendre et je remarque avec stupeur que Thomas et T'Shael viennent de quitter la pièce. Viennent-ils réellement de fuir toute tentative de conversation ?

- Je ne nie rien, reprend Aoile plus posément.

Elle se contente en effet de s'assoir, puis attendre en silence. Pendant de longues minutes, personne ne parle. Moi, trop choquée pour dire quoi que ce soit. Elyane, le sourire aux lèvres, attendant quelque chose. Et Aoile, visiblement résignée a être accusée à tort. Je ne sais que faire pour persuader les Flint qu'Aoile n'y est pour rien.

La porte de ma chambre s'ouvre avec fracas pour laisser passer deux créatures qui manquent de me faire hurler. Leurs torses apparents sont recouverts de sorte d'écailles de chair, tandis que leurs yeux luisent en jaune. Au point de leurs doigts, des griffes sont de sorties. Mon coeur commence une course effrénée tandis que je les assimile à l'une des races que je redoutais de croiser : des Sebecks. Ils me fixent avec surprise, ne comprennant pas pourquoi je semble faire une crise de panique. L'air vient à manquer dans mes poumons.

Sur mon bras, je sens la prise rassurante d'Aoile. Elle sait pourquoi je les crains et je sais qu'elle est capable de les tuer sans problème. Je pose ma main sur la sienne et retiens le puissant désir de foncer dans ses bras. Aoile s'avance pour être à ma hauteur et me sourit. Un sourire qui balaye ma panique comme une bourrasque balaye une feuille. À mon tour, je souris sans trop savoir pourquoi.

- Ça va aller. Ils ne sont pas comme l'autre, me glisse-t-elle à l'oreille avec dédain quand elle parle de Sainte-Catherine.

Elle romps le contact et me fixe dans les yeux. Je ne me lasse pas d'admirer ses prunelles rouges, qui lui donne un côté plus dangereux, plus protecteur. Elle me sourit et soupire.

- Je suis désolée de plomber ton anniversaire Green, lâche-t-elle de manière à ce que seul moi puisse entendre.

Puis, elle regarde les gardes avec mépris et tends ses deux bras, tout en laissant ses yeux rouge sang les dévisager. Sous le choc, je me rend soudain compte que j'ai dix-huit ans aujourd'hui. Et cela ne me fait absolument rien. Je suis à la fois triste de voir Aoile accepter si facilement son sort et à la fois en colère de ne pas trouver les mots pour l'innocenter. Mon amie soupire.

- Ne les serrez pas trop. Je pense qu'aucun de vous ne veux expliquer à mon père pourquoi mes poignets sont brulés, n'est-ce-pas ? Se plaint-elle d'une voix fluette, créant dans les yeux des gardes une sorte d'hésitation.

D'un mouvement sec et rapide, Elyane fait claquer les menottes contre les poignets de mon amie. Je retiens encore une fois une envie d'arracher ces saletés pour étrangler Elyane avec et me contente de soutenir Aoile du regard jusqu'à ce qu'elle disparaisse de ma chambre. Quand le silence se fait, je me tourne vers Elyane. Mon coeur ne court plus, j'ai repris mon souffle et trouvé le courage de faire passer ma haine dans les yeux quand je fixe celle qui me fait face.

- Pour vous répondre, Madame Flint, je ne suis pas sûre qu'Aoile soit innocente. J'en suis certaine, dis-je calmement.

Et je savoure son regard désorienté tandis que je claque la porte de ma chambre avec mon livre sous le bras, cherchant un endroit pour lire et reposer les milliers de scénarios qui affluent dans ma tête. Que s'est-il passé pour que notre groupe que je croyais soudé, se retourne les uns contre les autres ? Une larme roule sur ma joue. Je ne sais peut-être pas de quelle guerre Archibald avait parlé, mais je suis pleinement consciente de celle qui vient de démarrer.

____________________________________________________________________________

Hello guys ! Comment ça va ?
Moi ça va. Bientôt, je rentre sur Paris, pour continuer TLB et débattre pour Aoile xD Coupable ou pas ? Pour Sam, c'est sûr : non ! Mais pour vous ?

C'est un chapitre assez peu riche (enfin je trouve). Je ne sais pas, je le trouve pas terrible terrible :3 Après, je sais que l'intrigue principale n'est même pas encore révélée et pourtant déjà le groupe se divise... Ça promet !

Avant que les gens ne disent que Thomas est un lâche, n'oubliez pas que c'est mon personnage favoris (si si...). Donc JAMAIS je ne ferais de lui un lâche. Seulement, mes personnages sont loin d'être manichéens, donc parfois ils agissent de manière peu réfléchie et deviennent "méchant".

Sur ce, les questions !
• Aoile, coupable ou pas ? Sa manière d'agir ?
• Sam, parviendra-t-elle à innocenter Aoile ? Sa réaction vis-à-vis d'Aoile et Elyane ?
• Elyane, Thomas et T'Shael ? Que passa ?

Bisous bisous les amours 💕💕 à mercredi !

The Last Banshee [Tome I]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !