Décollage

3 0 0
                                                  


La capsule se dressait discrètement devant le pas de lancement sur la gauche. Elle n'avait pas d'accès par tram comme son grand frère, Explorer-X, partit sans âme qui vive à bord. Un simple chemin en tôle protégé d'une rambarde à droite guidait les 2 élus vers leur navette : 2 petites places qui coûtaient chères si l'équipe scientifique était au complet en cas de catastrophe. Un sacrifice simulé à l'entraînement et durant lequel chacun était déjà fixé sur son sort. Héléna savait d'ailleurs qu'elle ne faisait pas partie des rescapés en cas d'ennuis. Mais peu importe, elle était la seule aujourd'hui à pouvoir quitter Encelade et n'allait pas s'en priver.

En comparaison, l'accès à la capsule de survie était franchement moins évident que celui d'Explorer. Des lors que vous étiez arrivé au pied de la navette, il fallait grimper pour accéder au seuil de la porte.

Juste derrière, une première pièce exiguë vous permettait de retirer votre combinaison après l'oxygénation du compartiment. Plus loin, la cabine de pilotage, légèrement plus spacieuse, où le voyage de retour se transformait en ennui mortel.

Elle s'installa pour initialiser le décollage et renseigner les coordonnées d'Humanity. Bien qu'incliné dans la cabine il était possible de voir tout le campement et l'horizon du cratère où il s'y trouvait. Le spectacle était impressionnant. Quelque chose l'arrêta et attira son attention. Elle perçut un mouvement au niveau du quai de la station, précisément là où la porte d'accès au tramway se trouvait.

L-15 !

L'androïde courait dans sa direction, d'une foulée cadencée, quasi militaire. Son cœur s'emballa. Elle accéléra ses gestes pour quitter au plus vite la lune.

Sans un bruit L-15 disparu de son champ de vision, sûrement pour s'approcher du seuil de la navette.

Puis rien. Tout en continuant la procédure, plusieurs secondes s'écoulèrent, interminables, sans apercevoir ce que pouvait bien faire l'androïde.

Elle percevait maintenant des chocs sourds dans le vaisseau, assez légers, mais dans l'habitacle et le petit compartiment contigüe rien ne bougeait et la porte arrière, visible depuis son assise, n'avait été ni ouverte ni forcée.

Soudain une main qui la fit sursauter s'agrippa au rebord de la vitre de la cabine de pilotage. Le visage sans expression de L-15 apparu, puis son autre main, jusqu'alors invisible, frappa d'un coup sec la vitre à plusieurs reprises. D'abord paniquée, Héléna comprit qu'il ne semblait pas vouloir la briser car il frappait avec la paume de sa main robotisée.

Il parlait mais l'hermétisme de la cabine étouffait ses paroles.

Elle accola son oreille pour percevoir ce qu'il tentait de lui dire.

- Ne décollez pas ! Ne décollez pas ! Ne ...

Les moteurs vrombirent, les parois vibrèrent. La phase de décollage était initiée. Blanche tentait de la ramener à elle par tous les moyens. L-15 avait fait preuve d'une sacrée agilité pour se hisser jusque-là.

La poussée commença à la plaquer au fond de son siège. L'androïde était toujours accroché au niveau de la jointure du hublot et de la carlingue, le reste de son corps avait quant à lui glisser un peu plus bas, tiré par la force opposée des réacteurs. Elle voyait ses doigts forcer pour qu'il se maintienne à son niveau. Elle allait indéniablement finir par le faire tomber dans le vide. C'est à ce moment-là que sa deuxième main réapparue et s'agitât frénétiquement.

Cet humanoïde est complètement fou...

La poussée était désormais très forte. L-15 s'effaça progressivement de son champ de vision. Elle entendit une série de petits chocs à l'extérieur, s'éloignant. Il avait lâché prise.

Désormais en orbite autour d'Encelade, elle se détacha pour se mettre à l'aise et vérifia les instruments de bord. Le stress s'était substitué quelque peu au soulagement. Elle était désormais libre de retourner sur Humanity. Le pilote automatique pris alors le relais.

Elle observa Encelade s'éloigner, laissant ses geysers traversés de lumière illuminer la nuit d'un bleu électrique. Ce spectacle était un moindre mal comparé au désastre de la mission. Elle se rassit au poste de commande. Après avoir tournicoté ses doigts elle décida de voir la vidéo du sas arrière qui avait peut-être subit quelques avaries si L-15 avait tenté d'y pénétrer.

Comme elle l'imaginait, Ellie ne s'y était pas rendu et avait donc directement escaladé la coque de la capsule par la face nord qui correspondait au dos du vaisseau dans l'espace, celle orientée vers la cabine en direction du nez de l'appareil.

Elle lança l'enregistrement de la caméra 3 qui filmait cette partie de la navette.

L'apogée d'un règneLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant