Chapitre 6 - Le Raid

25 2 0

 Ils attendaient cachés dans les buissons. Gildur avait sa hache en main, et son bouclier dans le dos. Tout autour de lui, ses camarades nains tout aussi armés attendaient un signal. Ils étaient répartis en plusieurs groupes dans la forêt, autour d'une caverne naturelle au flanc des montagnes, qui selon les estimations des sapeurs s'enfonçaient sur plusieurs centaines de mètres en profondeur. Garlic, loin devant, fit un signe rapide de main à son ami pour lui dire d'approcher. Quand Gildur rejoint le nain aux cheveux de jais, le général Tyr–Dagen était camouflé, à genoux, a côté de lui, observant la grotte à travers une longue–vue de fabrication naine.

– Sommes–nous bientôt prêts ? demanda le Champion.

– Les hommes sont en place, répondit Gildur, lui-répondit son ami. On a l'avantage du terrain, on est bons en terrains exigus. Et mes hommes ont hâte d'en découdre.

– Oui, mais n'oublie pas que c'est un repaire qu'ils habitent et connaissent, rappela Godric sans quitter sa longue vue. On ne sait pas ce qu'on peut trouver à l'intérieur. Il va falloir être prudent.

– C'est grand visiblement, ajouta Garlic. Faites d'autant plus attention, j'aimerais qu'on ne se fasse pas piéger bêtement en sous–sol par un effondrement.

– On aura des troupes en soutien pour vérifier que des sapeurs ne s'amusent pas à faire ça. Rassura Godric.

Garlic hocha la tête et regarda à nouveau devant lui. Gildur était prêt lui aussi, déterminé et faisant de son mieux pour contenir la rage qu'il sentait s'éveiller en lui.

Il y a quelques jours, les espions de Seskis avaient enfin retrouvé la trace du mage en fuite, qui n'avait pas essayé de regagner immédiatement Alara, mais plutôt de s'enfoncer dans la forêt qui borde la montagne, frontière naturelle entre la Jetée et Erob. Il est vite devenu évident que les fanatiques s'étaient réfugiés dans ces environs. Au bout d'un certain temps de recherche, les éclaireurs avaient fini par trouver cette caverne au fond de la forêt, dos à la montagne. Mais en plusieurs jours, personne n'était sorti de la grotte.

– Il nous faut de grands pavois. Avait dit Garlic lors de la réunion stratégique au château de Snail. Mis à part leur chef qui est visiblement plus puissant que les autres, la majorité des sorts lancés par les mages à Zinfiss étaient des projectiles. Faisons avancer nos hommes en formation tortue. À l'avant les boucliers parent les projectiles et au centre ils empêchent les éboulements par le dessus.

– Excellente idée, approuva Gildur. Mais dans ce cas, nous devrons avancer sans artilleurs, sans lanciers, et sans cogneurs.

– Donc la majorité de l'armée Tyr–Dagen ne nous sera pas utile... commenta Aaron avec amertume. Il nous reste quoi ?

– Les haches et les épéistes, répondit le Champion. On va mobiliser notre armée en priorité.

– Majesté, puis–je faire partie de l'expédition ? demanda Gildur, profitant de l'occasion qui se présentait. Je suis rétabli depuis un bon moment et ça fait déjà plusieurs mois que je forme Aldéas, il peut survivre quelques semaines sans moi.

– Hmm... Garlic qu'en pensez–vous ? demanda Aaron.

– Que je me sentirais bien mieux en ayant Gildur à mes côtés, et si je puis me permettre, votre sœur aussi, Majesté, répondit le Champion avec un sourire.

– Depuis le temps qu'elle me demande à réintégrer l'armée, je ne peux que vous l'accorder, dit Aaron, presque en soupirant. Soit. Mais revenez–moi vivant. Je ne peux me permettre de perdre le précepteur de mon fils, ma sœur, et mon Champion à la fois.

Fehlna était enfin revenue du flanc est de la caverne, où elle faisait le contrôle des hommes sur place. Elle était équipée de nouveau de son armure d'or, malgré le fait qu'elle avait une épée plutôt que son marteau. Elle portait également maintenant un casque, étant déjà blessée à la tête. Elle ne souhaitait pas réitérer cette expérience, et son ami avait décidé de l'imiter en portant son ancien casque de ses classes a l'armée.

Memtis - Le ChampionWhere stories live. Discover now