Chapitre 7-1

8.2K 919 133






"Ombre Fauve" vient de passer à la #31 ème place du classement !! O_Q !! C'est dingue ! Alors pour vous remercier, un petit chapitre supplémentaire plus tôt que prévu :-)

Bonne lecture

_________________


Mon premier instinct, contrôlé par l'adrénaline qui fusait dans mon corps à la vitesse de la lumière, fut de m'enfuir. De partir de là le plus vite possible avant qu'il ne me repère et prévienne son acolyte. Je commençai à chercher frénétiquement par où fuir, ou un endroit approprié pour me cacher, quand la signification de ce que je venais d'entendre parvint enfin à mes neurones surchauffés.

Ils ne cherchaient qu'une fille, pas deux. Ils ne savaient donc pas que j'existais, enfin, pour l'instant. Car un bon samaritain finirait bien par leur parler de moi à un moment ou à un autre. L'essentiel était qu'ils n'étaient pas au courant de mon existence, ni de mon apparence. État de fait qui n'allait pas durer longtemps si je continuais à attirer l'attention sur moi par mon comportement fébrile et paniqué.

Je devais absolument me calmer, me dis-je en essayant de ralentir ma respiration et mon rythme cardiaque emballés. Dans l'immédiat je ne risquais rien. Je devais donc me comporter le plus normalement possible pour que cela continue...plus facile à dire qu'à faire. Surtout lorsque l'homme quitta le comptoir d'accueil, pour venir se poster juste derrière moi, afin d'attendre l'ascenseur...qui n'était toujours pas arrivé.

J'essayais de réfléchir, vite et bien, aux différentes options qui s'offraient à moi. Le plus tentant était de simuler une exaspération justifiée devant la lenteur désespérante des ascenseurs et de prendre l'escalier situé un peu plus loin sur ma gauche. Mais le risque d'attirer son attention sur moi et surtout qu'il lui prenne l'envie de me suivre était trop grand. Au moins ici, même s'il était beaucoup trop près de moi à mon goût, je n'étais pas seule et mon comportement passerait plus facilement inaperçu dans une foule.

Je décidai donc de rester où j'étais, tout en me contraignant difficilement à ne pas tourner la tête dans sa direction. Les ascenseurs arrivèrent enfin et les gens se précipitèrent dans un bel ensemble pour être les premiers à pénétrer dans l'une des deux cabines surchauffées. Je suivis le mouvement, à une allure plus modérée, pour laisser naturellement l'homme me dépasser et ne pas monter dans la même cabine que lui. Le voyant se diriger à gauche, je m'empressai de me faufiler dans la cabine de droite pendant qu'il y avait encore de la place.

C'est avec un profond soupir de soulagement que je vis les portes métalliques se refermer. Suivit très vite par un coup au cœur, quand un retardataire pressé, mis la main entre les deux battants pour les rouvrir et pouvoir monter à son tour. L'homme qui pénétra dans la cabine était brun, le front bas, de petits yeux marrons très rapprochés et une carrure de déménageur. Rien de vraiment particulier en somme. Sauf que je savais, sans l'ombre d'un doute, qu'il était la seconde partie du duo infernal. Comment pouvais-je en être sûre ? aucune idée ! Un sixième sens, un délit de faciès, ou autre chose...mais j'en étais viscéralement certaine.

Je me poussai, bien obligée de lui faire de la place et me retrouvai serrée contre une mamie à cheveux bleus qui rouspéta, attirant ainsi sur moi une attention inopportune. Nos regards se croisèrent et je crus que le mien allait me trahir. Mais il ne s'attarda pas à me fixer et une fois qu'il se fût retourné, se mit à regarder la porte de l'ascenseur avec une attention morne. Mon cœur battait à un rythme fou dans ma poitrine, a tel point qu'il m'emplissait la tête et me donnait l'impression que tout le monde pouvait l'entendre. C'est en fixant mon regard sur le panneau de commande pour essayer de me calmer, que je me rendis compte que nous montions au lieu de descendre. Heureusement, l'ascenseur fit rapidement un premier arrêt et j'en profitai pour me précipiter hors de la cabine, sans que personne ne me suive.

Ombre Fauve (sous contrat d'édition )Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant