Chapitre 8

461 88 18
                                                  

Aujourd'hui, je me suis réveillé avec une boule au ventre. Après tout, ça doit être une réaction assez humaine lorsqu'on est sur le point de se marier. Samedi était arrivé rapidement et ce soir, j'allais épouser Myriam. Cependant, j'étais un peu gênée de lui cacher tout ça. Elle aurait dû être au courant, sauf que jamais elle n'aurait accepté et aurait préféré tout abandonner.

Alors pour mettre mon plan en place, j'avais tout prévu. Ce soir, nous dînerions dans un beau restaurant – totalement à mes frais et ça fait mal au porte-monnaie – puis nous rentrerions chez nous où nous attendrions quelques amis et une personne rendant le mariage officiel. Je ne sais pas de qui il s'agit, Jack a dit qu'il s'occupait de cette partie et tant mieux !

Myriam avait accepté ma proposition de sortir ce soir sans poser la moindre question. Vraiment, elle ne se doutait de rien. C'est incroyable ! J'ai vraiment réussi à être excellemment discrète. D'après les derniers messages de Jack, il ne me croit pas et était persuadé que je me ferais lamentablement griller. Je marque encore une fois un point.

Je brosse une dernière fois mes cheveux avant de partir, les laissant totalement lâchés. Le reste de ma tenue est, néanmoins, un peu plus soignée. J'ai choisi une robe crème assez légère, aux fines bretelles et plutôt moulante, ainsi que des escarpins aux petits talons. Rien de bien extraordinaire a priori, mais c'était plus que d'habitude. Généralement, je prenais les premières fringues qui me tombaient sous le nez et me coiffait à peine les cheveux.

Myriam entre alors dans la pièce et me distrait par sa magnificence. Elle porte une longue robe violette bustier qui lui descendait jusqu'aux pieds et laisse apparaître un peu son généreux décolleté. Ses cheveux sont coiffés sur le côté, dévoilant quelque peu sa nuque. Elle est vraiment resplendissante et je n'ai qu'une envie : me jeter sur elle. Heureusement que la nuit de noces ne va pas tarder.

— Wow, laissé-je échapper inconsciemment.

— Je pourrais en dire de même pour toi, me rétorque-t-elle.

Je lui adresse un sourire reconnaissant et elle en fait de même, tout en baissant légèrement son regard.

— Alors, où est-ce que tu m'emmènes ? me demande-t-elle, curieuse.

— J'avais dit que c'était une surprise et ça restera une surprise tant qu'on ne sera pas arrivées sur les lieux ! je la préviens tout en martelant chaque syllabe de mon index.

— Eh bien alors... Dépêche-toi de m'y emmener ! m'ordonne-t-elle en plaisantant.

Peut-être que ce n'est qu'une impression, mais c'est comme si elle est soudainement beaucoup plus joyeuse et je dois avouer que ça me réchauffe le cœur, suffisamment pour que j'en aie envie pleurer. Peut-être a-t-elle repoussé ses angoisses le temps d'une soirée pour en profiter pleinement ? J'espère vraiment que ce soit le cas, mais j'espère aussi que ça dure.

Nous ne perdons pas plus de temps et Myriam me suit jusqu'à ma voiture. Durant tout le trajet, elle essaie de me soutirer quelques informations, sauf que je ne cède jamais à la pression. Même lorsqu'elle me fait des chatouillis. Et croyez-moi, elle aurait pu faire parler un criminel comme ça ! Heureusement que je la connais, en particulier lorsqu'elle tente de me provoquer.

Après une dizaine de minutes en voiture, je m'arrête devant le restaurant et Myriam est aussitôt toute enthousiaste. Ce n'est pas le lieu le plus luxueux de la ville qui puisse exister, mais celui-ci se trouve à Castro et c'est l'endroit idéal pour qu'on puisse venir manger sans être jugées. Elle me prend alors subitement dans mes bras et je réponds à son étreinte.

Rapidement, nous entrons dans le restaurant et un serveur m'accompagne jusqu'à la table que j'avais réservée. Celle-ci est à l'écart de la foule, comme un petit cocon, notre petit espace à nous malgré les autres. Pourtant, les autres que Myriam et moi pouvions craindre sont comme nous ici. Ma fiancée n'hésite pas à inspecter les alentours, un grand sourire sur les lèvres. Puis elle prend ma main et plonge un doux regard dans le mien.

— Merci Spencer... Même si ce n'est pour aucune occasion particulière. C'est vraiment adorable venant de toi.

— De rien. On a le droit de passer un peu de bons temps, rétorqué-je.

— C'est vrai que... ça fait du bien. Cette histoire de mariage est tellement stressante.

— Et pourtant, c'est moi qui me charge de tout.

En vrai, Jack m'avait un peu aidé, mais si je peux prétendre que j'ai tout fait, je ne vais pas me gêner quand même.

— D'ailleurs, en parlant de mariage–

— Tu es sûre que tu veux en parler ? je l'interromps, craignant qu'elle veuille tout abandonner.

— Oui. Je sais que j'ai émis de nombreux doutes... Mais je n'ai pas trop envie qu'on se fasse remarquer...

— Tu préférerais quelque chose de discret ? lui proposé-je.

— Tout à fait. Nous et quelques amis, dans un petit espace.

— On pourra voir ça un autre jour, déclaré-je, souriante.

— Bien sûr.

Parfait. Ça tombe tellement bien et d'un côté, ça me rassure. J'avais quand même préparé tout un mariage derrière son dos et ces quelques paroles m'assurent qu'elle pourrait en être grandement satisfaite.

Durant la reste de la soirée, nous ne parlons plus jamais de ce mariage et dérivons sur de nombreux sujets, tous assez variés. Nous rions aux éclats et parfois, nos mains se croisaient. Mais jamais personne ne nous avait mal regardées. Au contraire, nous avions attiré la sympathie de nombreuses personnes.

Cette soirée est vraiment parfaite pour l'instant et ce n'est que le début. Le plus gros nous attend lorsque nous rentrerons chez nous... et soudainement, je commence à angoisser.


[NDA : Coucou ! Juste une petite NDA pour vous prévenir que le prochain chapitre sera le dernier. C'est malheureusement bientôt la fin des aventures de Spencer :c]

Mariage pluvieux, mariage arc-en-ciel [TOME 2]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant