Chapitre Six : 06 장

4K 216 7
                                    

Point de vue Oh Na Yung : 

Ma peur était si concrète que des larmes se pressaient sans effort à mes paupières.  Une main s'était serrée fortement sur mon bras, avec une pression si forte que j'en perdis l'équilibre, et je suivis ainsi sans pouvoir m'échapper dans ce geste brusque. La porte se referma avant même que je puisse y déceler l'auteur. Le noir , c'était tout ce que je pouvais voir maintenant, rien que du noir, et une chaleur humain.  Cette personne me plaqua violemment contre le mur , ma tête heurta celui ci dans un bruit sourd , je laissai échapper un petit bruit de douleur. J'étais totalement paralysée pouvant maintenant sentir  son corps se presser de plus en plus contre le mien.  J'avais bredouillé , la gorge nouée par une panique grandissante quelques mots indéchiffrables. Ma voix s'était brisée sur mon appel au secours. Le sentiment d'être acculée venait trop facilement , j'en suffoquais.  Je ne savais pas qui était l'auteur de cette agression, mais j'avais beaucoup trop peur pour penser correctement. Mais étrangement, cette chaleur humain,  je la connaissais.  Son noms apparut dans ma tête, je m'étais dit alors ironiquement que cela ne pouvait pas être lui. 

-Lâchez moi, par pitié lâchez moi Criai-je dans un effroi terrible , ainsi que dans une peur plus qu'absolue.  Je voulais retenir mes larmes , mais c'était chose impossible , un flot sortit , incontrôlable.  Alors qu'entre temps , je pouvais sentir  plus encore , son étreinte se rapprocher de plus en plus sur moi.  Me laissant ainsi  piégée dans son emprise.

Je m'étais alors débattue aussi fortement que je le pouvais , et grâce à je ne savais qu'elle miracle , j'avais réussi à allumer la lumière de la pièce. Je reconnue immédiatement où on était et surtout l'auteur de cette mascarade quand celui ci éclaira l'endroit. J'étais dans la loge de Kwon Ji Yong, et ainsi , se dressant devant moi, lui même en personne.  La lumière l'avait surpris plus que je ne l'étais moi même , il ferma les yeux quelques instants, et dans un coup , je pu me libérer de son emprise. Pourquoi avait il fait ça ? J'essayai de rejoindre la porte , mais elle se trouvait plus loin que je ne l'aurai imaginé. 

Alors que j'étais prête à tirer la poignet de la porte , que j'avais soudainement entendu Ji Yong se poster derrière moi, il me prit très vite l'avant bras une seconde fois pour me retourner dans une brutalité qui me figeai sur place une seconde fois. J'essayai de reculer, mais il avait réussi à s'interposer entre la porte et moi, me lorgnant d'un oeil tellement lubrique que je n'avais aucun besoin de feindre la répulsion. J'ai tenté de m'échapper une seconde fois, mais il réussi à me barrer la route. 

-Laissez moi passer, ça ne me fait pas rire. Il m'avait regardé , sans bouger. Seul , un éclatant rire sonore retentit dans la pièce.  Juste après , il avait  au contraire , avancé sur moi . Mon coeur s'était arrêté. Qu'allait il me faire ? 

Puis le visage de GD était entré dans mon champs de vision. Je  tentais toujours tant bien que mal de fuir, mais ,  il riait toujours, il ne me laissait aucune échappatoire, j'étais prisonnière, j'étais sa prisonnière. Ses mains brusquement s'étaient refermées sur mes bras fermement, encore. Je m'étais débattue comme une forcenée, je ne savais pas ce qu'il pouvait se passer, malgré qu'il me laissait toujours autant perplexe, une autre émotion avait prit mon corps, la peur. En vain. Il me maintenait si fort qu'il me faisait mal , vraiment mal. Un frison désagréable m'avait parcourue dans tout mon corps, il n'avait pas le droit d'agir comme ça, il pouvait me détester lui aussi, mais il n'avait aucunement le droit , de faire ce qu'il lui chantait, il n'avait pas le droit. Je pouvais voir seconde après seconde , son visage se rapprocher de moi, jusqu'au moment, où il était  si près du mien que je pouvais sentir son souffle sur ma bouche. C'était à ce moment-là que j'étais censée m'effondrer, mais alors pourquoi la suite ne s'était elle  pas passée de cette façon  ? Au lieu que je m'effondre , il m'avait  attrapé par la nuque et m'avait tiré vers lui pour m'embrasser. Complètement choquée, j'ai tenté de le repousser , mais il continuait, je me débattais , mais cela ne changeait strictement rien.  Je m'étais contorsionnée de plus belle, mais il était trop fort , et ses lèvres m'écrasaient si durement que je ne pouvais pas prononcer un mot pour l'arrêter. Je m'apprêtais au seul geste de défense possible, quand il m'a brusquement libérée. 

Sensation (G-Dragon)Où les histoires vivent. Découvrez maintenant