Chapitre 1 - Présentation

175 14 10


Je m'appelle Alfonsina Maria del Drodga

Je m'appelle Alfonsina Maria del Drodga. Mais tout le monde m'appelle Zina. Zina la Terrible, Zina l'Ensorceleuse, Zina au-dos-droit, parfois Zina la Folle. Je crois que j'ai autant de surnoms que le diable en personne. Peut-être est-ce moi ? En tout cas, j'aime entretenir la confusion. Tignasse rousse, port impeccable, lunettes strictes, bouche charnue, mais pincée, petits tailleurs qui empaquettent mon joli cul rond, je travaille mon style comme je travaille mes clients. Le plus déstabilisant, ce sont mes yeux. Je les ai vairons. Le droit brun tirant sur le rouge, le gauche bleu-gris. On ne m'appelle pas Zina la fille du Diable pour rien.

J'ai toujours voulu être ma propre patronne. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui à proprement parler. Mais ce n'est qu'une question de temps avant que je ne prenne la place de Jeff, mon boss. Je n'ai pas encore choisi la méthode que j'emploierai : douce ou brutale ? Jeff est coriace, implacable, il lit dans mon jeu la plupart du temps. S'il m'a prise à ses côtés, c'est pour me surveiller. Je suis son bras droit, son agent de terrain, sa rabatteuse. Je repère les clients, les ferre, et les dépose sur son bureau dans un plateau d'argent.

Ah oui, je ne vous ai pas dit. Je suis avocate-fiscaliste. Je propose des solutions à de riches rentiers pour qu'ils le restent. On s'arrange avec les lois, les impôts, les taxes, les administrations tatillonnes. C'est un métier de requins, mais je nage très bien parmi eux, ils ont appris à me laisser une place et ne pas me sous-estimer.

Mon bureau, c'est ma deuxième maison. Non, ma première. L'appartement que je loue au quinzième d'un immeuble miteux ne compte pas. Parce que, si j'aide les millionnaires à faire des économies, ce n'est pas en leur prenant une fortune en frais. Tant que je ne serais pas la patronne, ma situation restera une façade que je me plais à jouer. Il me faut devenir calife à la place du calife, diablesse à la place de Belzébuth, dealeuse et non plus entremetteuse.

Ce bureau est à mon image : strict, décoré avec soin, confortable, attrayant. J'affiche ma collection de montres de luxe que mes plus célèbres clients m'ont offertes. À vrai dire, avec toutes celles que j'ai désormais, je pense que je pourrais me faire suffisamment d'argent en les vendant pour changer d'appartement, mais c'est hors de question. Ces montres ont toutes une histoire, de la moins glorieuse à la plus délirante, je ne suis pas prête à m'en séparer.

Allez, je vous fais faire le tour de l'étage. Il y a d'abord Jimmy, mon secrétaire particulier. Dans ce monde de brutes en costard, il n'y a quasiment que des hommes avocats et des femmes secrétaires. J'ai donc volontairement inversé les rôles. Et puis, Jimmy est efficace, mignon, loyal. Je crois que si je lui demandais de passer sous mon bureau il obéirait sans hésiter. Ça me traverse l'esprit, d'ailleurs, parfois... mais ce ne serait clairement pas raisonnable. J'ai des principes et ils n'impliquent pas de soudoyer mes subordonnés. Pour ce qui est des clients, par contre, c'est une autre histoire...

Quand je sors de mon bureau, Jimmy me tend mon café comme s'il avait lu mon esprit. C'est aussi pour ça que je l'adore, ce gamin. Il a vingt-six ans, dix ans de moins que moi, et pourtant j'ai toujours l'impression qu'il me comprend, qu'il lit dans mon esprit. Je n'en serais même pas étonnée. C'est toujours fascinant. Café court, un sucre, une goutte de vanille. Parfait !

Zina - Audacieuse, envoûteuse, entremetteuseLisez cette histoire GRATUITEMENT!