Chapitre 24

653 47 5

Ce n'est pas que le temps passait trop vite, mais presque. 

Je partais demain. A partir de demain, le rêve continuel dans lequel je vis depuis presque deux mois va prendre fin. Je vais le perdre, c'est inévitable. Lui, à qui j'ai tout donné, et à qui je donnerais toujours tout. Harry, le seul.

Ce n'est peut-être que des mots, mais pour moi c'est sûr, c'est le bon. Je le sent, je suis amoureuse de lui. Ou si ce n'est pas ça, ça y ressemble fort. Je ressens pour lui une multitude de choses inconnues, qui chaque jours, évoluent toujours plus.

J'espère passer ma dernière soirée avec lui. Pouvoir le serrer dans mes bras toute une soirée entière, n'être rien qu'avec lui, pour ma dernière soirée ici.

La maison était méconnaissable, surtout ma chambre. Toutes affaires étaient dans une dizaines de cartons, il ne restait que mon unique lit qui trônait au milieu de la pièce. C'était triste, monotone. Nostalgique.

Nora était là. Il était dur de l'éviter, alors je ne lui parlais que le stricte minimum. A vrai dire, je ne sais pas pourquoi je lui en veux : elle n'a rien fait, elle est juste tombée amoureuse de mon père, elle n'avait rien demandé. L'amour ne prévient pas.

Par contre, je m'interdisais d'adresser la parole à mon paternel. Je passais à côté de lui comme si il n'existait pas. Il m'avait perdu à tout jamais, alors pas la peine que je m'éternise à lui faire comprendre. Je préférais parler à Nora qu'à lui. Il avait ruiné une belle histoire, le premier amour de sa fille.

Il avait refusé de me voir grandir, pour lui, j'étais toujours la petite fille de six ans qui joue au billes. Mais j'ai fort changé. Et maintenant, je suis majeure, et je veux faire ma vie ici. A côté de mes amies, de mon copain, de toutes les personnes que je porte dans mon cœur. Et tant pis si il n'était pas là.

Je m'allongeai sur mon lit, balançant mes jambes dans le vide. Je ne sais pas ce que j'attendais, mais j'attendais. 

Quand mon téléphone se mit à vibrer, je pris l'initiative de laisser mon interlocuteur me mettre un message sur la boite vocale. Je ne voulais entendre personne.

Après dix minutes, et par curiosité, j'ai écouté ce message.

« Salut ma belle, c'est moi. Bah, je suis en bas de chez toi, et j'imagine que tu traînasses encore quelque part et que t'as la flemme de me répondre. Quand tu liras le message, descends me voir ! »

Je me redressai d'un coup, pour regarder par la fenêtre. Le visage amusé d'Harry, qui regardait par la vitre de sa voiture, m'indiqua de descendre. Ce que je fis bien évidemment.

* * * 

- Comment tu savais que je l'allais lire le message ? 

- Aurais-tu déjà oublié que l'on voit très bien ta chambre d'en bas ? me répondit-il avec fierté.

Je rougis, alors que je me souvenais cet instant quand Harry m'avait vu en sous-vêtements, alors que nous n'étions pas ensembles. Ce moment où je l'avais jugé trop vite. 

Nous étions assis en terrasse d'un café réputé dans la ville, et venions chacun de commander une glace, chocolat pour lui, pistache pour moi. Il faisait particulièrement bon, le moi de mai était bien avancé, et nous savourions avec bonheur la présence de l'autre. 

Nous savions que c'était peut-être la dernière journée que ne nous voyions. Alors nous essayions d'en profiter, sans évoquer ce détail, malgré le fait qu'il reste constamment ancré dans ma tête.

- Glace pistache ? 

- Pour moi, merci.

Le serveur déposa ma coupe sur la table, avant de servir Harry. Ce dernier lui sourit faiblement, avant de me regarder, et de laisser ses fossettes apparaître. Une marque de fabrication qu'il avait, et que je n'oublierais pas.

- Tu pars à quelle heure demain ? demanda-t-il avec appréhension.

- 10 heures il me semble 

- Cool !

J'entre-ouvris la bouche. Sur le coup, je trouvai ça un peu déplacé. Mais rapidement, Harry corrigea sa phrase.

- Tu vas pouvoir dormir avec moi.

J'acquiesçais, pour éviter de rougir devant lui. A cet instant, c'était comme un merveilleuse mélodie qui passait dans ma tête.

* * * 

- Pile à l'heure, et magnifique.

Harry m'invita à entrer dans son appartement, aussi impeccable que la fois dernière. Il me guida jusqu'au salon, où il avait dressé un table, nappée et décorée de pétales de roses et de chandeliers.

Il me tira la chaise, et ramena un bouteille de vin. Il me servit un petit verre, avant de rire éperdument à la vue de ma tête.

- Quoi ? T'as l'âge de boire de l'alcool légalement tu sais !

- Hein ? Ah non, c'est pas ça ! 

Il me regarda d'un air interrogatif. 

- Je... fin... juste, c'est adorable ce que tu fais je... je me tortillais, mal à l'aise

Il posa la bouteille sur la table, et me souleva de ma chaise. Il me porta jusqu'au plan de travail, sur lequel il m'assit. Il se cala ensuite entre mes jambes, avant de m'embrasser.

Notre baisé se prolongea toujours plus, et notre passion prenait des airs de violence. Nous restions toujours liés, mais Harry décida de s'asseoir sur le plan de travail à son tour, poussant tout dans l'évier. Sa main posée sur ma cuisse, réduisant la distance. 

A cet instant, je n'avais pas envie de m'arrêter. J'avais envie d'aller plus loin avec lui, et de passer une nuit explosive. Mais ça m'aurait fait plus mal qu'autre chose. Alors, je l'ai repoussé, à contre-cœur.

- Je ne veux pas entreprendre une chose que je ne pourrais pas finir. Désolé...

Il prit un air compréhensif, et se décala. Je me sentis au plus mal. Moi-même, j'en mourrais d'envie. Mais si je le faisais, j'aillais en souffrir. 

Simplement, je voulais le serrer dans mes bras pour la fin de la soirée. Alors je l'enlaçai, poussant sa tête sur le côté pour pouvoir embrasser la peau de son cou. 

A cet instant, c'était l'unique raison pour laquelle j'éprouvais de l'importance. Harry Styles, mon petit ami.

Voilà voilà le chapitre, désolé pour le retard.. J'espère que vous allez bien, je vous vois la semaine prochaine avec le chapitre 25 ! Portez vous bien x

Devil'Eyes (Arrêtée..)Lisez cette histoire GRATUITEMENT !