Chapitre 1

9K 379 52

PDV de Kylian.

- Je peux t'accompagner ? Lui demandais-je avec l'un de mes sourires ravageur.

- Non...

- Aller, ne sois pas vache !

Elle soupira et se retourna vers moi.

- Ok ! Mais je t'interdis de t'approcher de lui.

- Tu me connais, je vais rien lui faire.

Du moins pas au premier abord.

- Justement c'est parce que je te connais que je m'inquiète.

- Détends-toi sœurette, tu n'auras aucun souci à te faire. Je vais rester à ma place. Mais je ne comprends pas pourquoi tu en fais tout un plat.

- Parce qu'il est super-sexy, beau et... Gay.

- Comment tu peux en être si sûr, puisque la première fois que tu le verras n'est autre qu'aujourd'hui, lui fis-je remarquer.

- Tu sais les réseaux sociaux ne sont pas juste à faire don de décor et je peux t'assurer d'avance qu'il est beau. Puis je te connais assez pour savoir que tu ne dragues que des beaux gosses pour bien t'amuser avant de les larguer comme à chaque fois. Et il est gay, il me l'a dit.

On aurait dit qu'elle avait préparé à me sortir cette définition de moi-même depuis des lustres.

- D'accord je vais me tenir à carreau. Bon je dois y aller, car une fête n'attend que ma venue pour enfin ressembler à quelque chose, dis-je en sortant de l'appartement.

- La modestie t'incombe ! cria Alice alors que je fermais la porte.

Je monte à bord de ma Ferrari toute neuf et démarre, prêt à faire la fête jusqu'au bout de la nuit. Appelle à tous les beaux culs ! Kylian, tombeur de ses hommes -ouais je sais ça change du perpétuelle "tombeur de ses femmes" que l'ont d'habitude d'entendre- arrive.

*Le lendemain*

Je me réveillais avec un incommensurable mal de crâne. Décidément l'alcool avait son côté désagréable. Je m'étirais et me levai. Où je m'étais encore embarqué ? L'endroit où j'étais en ce moment n'était aucunement ma chambre à moi. J'essayai de me souvenir vaguement de la soirée. Je m'étais rendu dans l'une des boîtes où je me rends habituellement... J'ai bu quelque verre... trouvé une proie et... le reste devint flou. Un autre inconvénient de l'alcool. En tout cas la nuit n'était pas repos. Je m'avançais près du lit et soulevai la couverture afin de vérifier si éméché je ne m'étais pas trompé. Hmm... beau garçon, très beau même. Soulagé je remis doucement la couverture sur ce corps impeccable et me dirigeai vers ce qui semblait être une salle de bain. Ma douche finit, j'allais piquer des sous-vêtements propres à je ne sais plus son nom, tout de même je n'allais pas remettre les mêmes choses de plus s'il le veut il pourra le garder en souvenir de la nuit merveilleuse qu'il a passé avec moi. Quand quelque chose s'accapara mon torse. Deux bras puissants m'encerclaient,ou plutôt m'enlaçaient.

- Hum... salut toi, dit-il d'une voix endormie qui se voulait être sexy.

- Salut euh...

- Nicolas, affirma-t-il d'une voix glaciale.

- Ouais, dis-je quelque peu déçu.

Dommage on ne peut pas tout avoir.

Je me défis de son étreinte un peu trop câline et qui commençait doucement à m'énerver et alla récupérer mes affaires éparpiller un peu partout dans la chambre. Et qui plus est était en bordel. Je gloussai silencieusement, mais fière car plus je regardais l'état de la chambre plus les souvenir remontait. J'avais foutu un sacré remue-ménage.

- Tu prends le petit déjeuner avec moi, bébé.

- Non je ne prends jamais de petit-déjeuner ni quoi que ce soit avec mes proies, et puis arrête de m'appeler bébé.

Je l'avais dit d'un ton sec, ce qui voulait dire qu'elle n'attendait pas une quelconque objection ni même une opposition.

- Je me disais juste que pour une fois...

- Tu dis rien et tu la fermes, le coupais-je agacé.

Non mais, qu'est-ce qu'il croit ? Que j'allais prendre un rendez-vous avec sa mère pour la demander si je pouvais baiser son fils.

- Écoute, commençais-je calmement, je ne discute jamais avec les personnes avec qui je baise et je prends encore moins de petit-déjeuner en compagnie de qui que ce soit. Alors tes commentaires à la con tu te les garde. C'est clair ? C'est vrai que tu étais un bon coup mais sans plus. N'espère pas plus de moi.

Il hocha de la tête. Bien il avait compris. Finalement il n'était pas aussi bête que je croyais.

- Dernière question, nous sommes arrivé ici comment ?

Il soupira mais voyant que je n'étais franchement pas d'humeur il baissa la tête.

- Euh nous étions tous les deux ivres, tu as appelé ta sœur, je crois pour quel passe prendre ta voiture et puis nous sommes venu chez moi à pied.

Je n'attendis pas plus et sortis de la chambre.

- Attends, cria-t-il, tien prend ça au cas où.

Il me tendit un morceau de papier plié. Pas besoin d'être télépathe pour deviner qu'il avait écrit son numéro dessus. Je ne dis rien et prit le papier avant de descendre et de le jeter dans un parterre de fleur rouge. Je pris mon téléphone qui se trouvait dans la poche de mon blouson et composa le numéro de ma sœur.

- Allô Kylian.

- Ouais tu peux venir me chercher s'te plaît.

* 30 minutes plus tard *

- Je vois que ma chère sœur aime conduire ma voiture, t'habitue pas trop vite.

- Salut Kylian content de te revoir aussi.

- Bon c'est quoi le plan pour aujourd'hui ?

- Aujourd'hui je vais rencontrer quelqu'un que je n'ai jamais rencontré, du moins pas physiquement.

- Ah ton soit-disant meilleur ami virtuel, quoique sexy ami.

Elle soupira de désespoir. Oui sœurette, je peux comprendre que tu sois dans cet état, avoir un jumeau aussi beau n'arrive pas à tout le monde.

Nous commençons notre trajet jusqu'au nouveau café à la mode à Paris, ou nous allons en faire la connaissance de ce fameux Matys.

Want to love [ Boyxboy ]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !