Chapitre V - Partie 2

16 0 0


Geldrog, Morgane et Gaerald attendaient dans une antichambre séparée du reste de la forteresse par une tenture grise et bleue. Cela faisait presque une heure qu'ils étaient assis sur ces bancs de pierre inconfortable lorsqu'Irau souleva la tapisserie aux teintes ternes. Sans un mot, elle guida ses invités vers son bureau. C'était une pièce rectangulaire deux fois plus longue que large encombrée d'innombrables bibliothèques remplies au possible. Le centre de la salle était occupé par une immense table de bois laqué entourée de sept fauteuils de velours rouge.

Sur un signe de la propriétaire des lieux, les trois compagnons de voyage s'installèrent sur les confortables et attirantes assises. Irau prit place sur un gigantesque fauteuil de cèdre sculpté d'étonnantes fleurs. La chamane se racla la gorge et prit la parole :

« Bonjour à vous, dit poliment la vielle femme, je...

- Où est Dorian, la coupa Geldrog d'une voix forte, où est-il ?! Qu'a tu encore fais Irau ? » Irau se leva alors lentement, dépliant ses membres longilignes et fixant Geldrog de ses prunelles sombres où brillaient deux éclairs. Elle soupira doucement et dit :

« Geldrog Hujarii ! Ce n'est pas parce que nous nous connaissons que vous pouvez me parler sur ce ton. Sans moi, vous crèveriez de faim dehors ou dans les prisons de la forteresse. Je peux vous faire tuer d'un geste alors soyez respectueux ! Si vous n'êtes pas capables de rester calme deux minutes, allez dormir ! » Geldrog se leva en sifflant et sortit de la salle en se retournant d'une geste théâtral.

Irau soupira lentement et secoua la tête. Elle se leva brusquement et avança vers le balcon de pierre brute qui plongeait dans les montagnes glacées depuis la pièce remplie de livres. Sa voix se radoucit lorsqu'elle annonça aux deux compagnons restants :

« Ce que je vais vous dire est difficile à entendre et à accepter. Vous êtes des élus. Vous deux, Dorian et Geldrog. Mon assistante et moi-même sommes aussi des élus. Ne me demandez pas comment je le sais, c'est comme ça.... Connaissez-vous l'histoire de l'Oracle de Prismade ?

- Non, répondirent Morgane et Gaerald en chœur.

- Alors vous devez m'écouter. »

Le regard toujours tourné vers l'horizon laiteux, Irau restait statique tendue. Seules ses lèvres semblaient se mouvoir lorsqu'elle parlait. Sa poitrine ne se soulevait pas au rythme de sa respiration. Elle reprit lentement :

« Alors... Avant toutes choses, il vous faut savoir que dans le royaume de Priserme s'est développée une forme détournée du culte de Vär-Gul que vous connaissez. Outre les Tykatys et les Prisermess, tous les habitants d'Host ont les mêmes pratiques religieuses : nous représentons Vär-Gul sous les traits d'une étoile pourpre ; nos cultes se déroulent tous en trois parties qui sont chacune représentatives d'une couleur primordiale, le rouge du blâme, le vert de la rédemption et le jaune de la purification, entre chacune de ces phases nous effectuons trois prières et trois chants ; tous les nombres utilisés en architecture religieuses ou récits du même genre sont des multiples de trois, aucune personne ne peux prétendre connaître l'avenir car nous croyons que Vär-Gul le tisse au jour le jour, et ainsi de suite.

- C'est drôle, la coupa Morgane, vous n'affirmez jamais rien par rapport à la religion, vous tempérez toujours avec des « je crois ».

- Tu l'as remarqué, répondit la vieille femme en haussant un sourcil, c'est une habitude prise dans les écrits des philosophes du Konshan, ils ont une fâcheuse tendance à rester diplomates en toutes circonstances.

- Ils doivent être de sacré négociateurs pour ne pas s'être fait envahir depuis tout ce temps, lança Gaerald.

- En effet, reprit Irau, mais si vous le voulez bien je préfèrerai continuer mon histoire, nous auront tous le temps de discuter plus tard. Bien, alors, les Prisermess diffèrent de nous sur plusieurs points. Premièrement, pour eux, Vär-Gul est un tétraèdre vert qu'ils appellent le Prisme et qui est la source de toutes choses. Leurs cérémonies sont donc divisées en quatre parties : la première qu'ils nomment la Visible, les deux suivantes appelées les Ambigües, et la dernière appelée l'Invisible. Et enfin, ils disent que quatre personnes peuvent prédire l'avenir.

Celles-ci sont formées dans un bâtiment très secret qui est un tétraèdre de verre opaque de presque cinq cent mètres de haut. Tout ce que l'on sait d'elles, c'est que ce sont deux garçons et deux filles de moins de seize ans qui vivent reclus dans une sale triangulaire au centre du bâtiment. On ne peut leur parler que par prêtres interposés. Mais il faut aussi savoir qu'il est possible de leur parler directement. Cela est déjà arrivé trois fois. Trois prédictions de grande envergure se sont réalisées dans la foulée. Malheureusement, pour leur parler face à face, il faut posséder la Marque. C'est une tache de naissance qui apparait sur l'avant-bras gauche. Elle seule peut vous laisser passer. Dans notre histoire, c'est la seconde de ces visites qui va nous intéresser.

Bon, laissez-moi vous raconter cette seconde rencontre qu'un homme a pu faire avec les oracles de ce pays. »

La vieille femme se tourna enfin et marcha lentement le long des rayonnages poussiéreux. Elle faisait courir un long doit osseux le long des innombrables couvertures de cuir usé. Le frottement doux de la peau contre le cuir était le seul bruit émis dans la pièce. Pourtant, il emplissait l'air ambiant, couvrant le blizzard lointain. Ce simple bruit était presque magique. Le charme se brisa lentement lorsque la robe de laine d'Irau se mit à frotter contre la pierre froide des Monts Erg. Tout se figea alors dans un silence reposant lorsque la savante s'arrêta. Elle saisit délicatement un minuscule livre en peaux de chèvre et le posa sur la table en face d'elle. Elle toussota et dit :

« Laissez-moi vous lire les mémoires de Kjafar, quatrième enfant illégitime du roi du Konshan Tothfar Ier, lui-même fils du grand Theobran. Kjafar l'Erudit, fondateur du temple Goïshu. Kjafar le Tigre, héros du siège de la citadelle de Confluance. Kjafar l'Audacieux, premier étranger honoré par les Prisermess. Kjafar l'humain, qui est la source de notre mission. »

Chroniques de la Mâ - Partie 1/Les paladins de BhaldërusLisez cette histoire GRATUITEMENT !