Partie 2 - Romane

64 8 2

L'alerte vient de sonner. Au mot Sexe je délaisse mon téléphone et regarde Louise et Anouck une à une, elles me questionnent du regard. Je soupire, remonte mon soutien-gorge pour reformer mon décolleté, j'avale la dernière gorgée de mon verre ; bien que ce soit le deuxième verre, le liquide ambré me chatouille encore un peu la gorge, je me lève du fauteuil. Louise me retient pas la main.

— Ou vas-tu ?

— Chercher du sexe ?

— Ici mais il n'y a personne.

Anouck balaie la pièce de la main. Ce n'est pas faux, des touristes, ou des couples, mais ce n'est pas tout, c'est juste qu'elles n'ont pas bien regardé dans tous les recoins.

— Regarde bien.

— Oh !! Le radar de la mante religieuse est activé !!

Je me retourne et les laisse rirent. Accompagnée de mon verre vide je me dirige du côté du bar, je vais surtout vers le serveur qui nous fait de l'œil depuis que nous sommes arrivés. Celui-ci est de dos au moment où j'arrive, je pose mon verre bruyamment.

— La même chose s'il vous plaît.

Il se retourne, les yeux pétillants et me décroche un super sourire de Don Juan.

— Bien Madame.

Mon pauvre, si tu savais dans quelle catégorie je joue...Je balance mes cheveux légèrement d'une épaule à l'autre et soupire.

— Vous n'avez pas l'habitude de la chaleur ? Me questionne le serveur.

— Non, c'est vrai. Ce voyage est une idée de mon amie.

Je lui montre la belle brune aux yeux noisette qui se tiens a quelques mètre de nous. Au même moment et inconsciemment elle décroise et recroise ses jambes laissant apparaître une fine couleur écarlate entre ses cuisses. Le serveur dégluti bruyamment. Je ris intérieurement, si Louise veut du sexe, il faut exclure de dire à quiconque qu'elle s'est enfuie de son mariage, et surtout au serveur qui me semble être intéressé par elle, sinon le pauvre la regarderait d'un autre oeil en ayant peur que ledit mari débarque. Tout ça pourrait mal finir. Je me reprends et lui annonce :

— C'est son anniversaire aujourd'hui, et on aimerait bien s'éclater un peu.

Il me sourit à nouveau et me redonne mon verre gardant ses doigts dessus alors que j'y pose les miens, il ancre ses yeux aux miens.

— Comment une jolie femme comme vous peut-elle s'ennuyer ici, à la réunion ?

Bon ! Vraisemblablement Monsieur aime manger dans tous les râteliers ! Je le détaille un peu plus, et il faut dire qu'il n'est pas mal du tout avec ses yeux bleus océan et son teint hâlé. Je suis sûre qu'il en fait craquer plus d'une, mais moi il ne m'aura pas ainsi, j'active mon mode femme d'affaires et reste de marbre.

— Peut-être parce que je viens d'arriver et que je ne connais personne !

— Vous me connaissez maintenant !

Détends-toi et souris, ne le fais pas fuir, pense aux filles. Je relâche mes épaules et lui serre mon plus beau sourire en plissant légèrement les yeux. je me penche vers lui

— Je suis tout ouïe.

— Vous logez dans cet hôtel ?

— Oui !

— Bien, je finis mon service à vingt et une heures, rejoignez-moi ici.

— Ok, mais j'aurais aimé faire autre chose de mon après-midi que la bronzette sur la plage.

Il fouille dans sa poche et me tend une carte de visite où je peux y lire,

Chez Ré tout vous plaît !

De l'aube jusqu'au lendemain matin, vous serez entre nos mains

Je continue de lire le reste de la carte et remonte mes yeux vers le serveur. Il remarque mon air perplexe, et je retire ma main.

— Ce n'est pas ce que vous pensez !

— Ah ! Et qu'est-ce que je pense d'après vous ?

— C'est un club tenu par mes cousins, c'est très réputé et très select. il est ouvert de jour comme de nuit.

— Et ?

— Et si vous y allez avec vos charmantes copines et que vous dites que vous venez de ma part on vous fera la totale.

Mes yeux s'arrondissent, limite je les ferme et sers fort pour qu'ils ne sortent pas de leurs orbites. Je respire et le regarde à nouveau.

— Vous nous avez pris pour des prostituées ou quoi ?

— Pas du tout ! Ne vous éprenez pas, je vous explique le concept.

— Il serait peut-être temps, oui !

— Vous voulez bien poser votre verre avant.

Je ne me suis pas rendu compte que je tiens le verre de rhum d'une manière à lui jeter au visage si sa réponse ne me plaît pas. Je bois une gorgée et repose le verre.

— Je vous écoute.

— C'est un ancien entrepôt qui se situe en dehors de la ville.

Il me prend pour une conne ma parole ! Machinalement je reprends mon verre.

— Pendant la journée c'est cocooning, vous avez accès à la piscine, aux massages au restaurant et tous ce que les femmes aiment. Le soir c'est plus gogo danseurs, boîte de nuit...

Je reste muette et mange l'intérieur de ma joue. C'est très tentant tout ça ! On pourrait peut-être même revivre l'enterrement de vie de jeune fille de Louise.

- Vous m'avez dit vouloir vous amuser !

- Oui mais...

- Ayez confiance en moi.

- Je n'ai confiance en personne et encore moins envers quelqu'un que je ne connais pas.

- Allez !!!! Lâchez-vous un peu, je croyais que vous vouliez vous amuser ?

- C'est exact ! j'en parle à mes copines.

J'attrape mon verre et repars vers la table où m'attendent les donzelles. Je me déhanche un peu du train arrière certain qu'il va regarder car il n'a pas mis une seule minute ses yeux dans mon décolleté.

- Ah bah ce n'est pas trop tôt ! Me lance Anouck.

- Qu'est-ce que tu foutais ? Tu a bouffé le chamallow du serveur ou quoi ?

- Pfff n'importe quoi ! Je nous ai trouvé une activité pour cette après-midi et même ce soir si ça vous dit ?

Je glisse la carte sur la table. les donzelles se penchent pour la regarder, comme une personne elles lèvent leurs jolis minois vers moi puis elles se regardent et éclatent de rire.

- Riaient les pétasses mais je sais des choses...

Je sirote tranquillement mon verre. Oui là j'ai envie de prendre mon temps, mais deux paires d'yeux me scrutent et un coup de coude la part de Louise me fait arrêter.

- Crache le morceau !

- C'est un peu comme une journée Spa mais avec des ptits plus bien sympathiques. Croyez-moi.

- Tu dis ça comme ça. Tu n'as pas l'air si enthousiaste que ça !

- Bah ! On ne connait pas vraiment le coin, c'est en dehors de la ville dans un ancien bâtiment...

- On y va ! Crient-elles en coeur.

Exaspérée je me vautre dans mon fauteuil. Les NCD sont de sortie. Affaire à suivre......

Nymphos, Connasses et DragibusWhere stories live. Discover now