L'état contre le citoyen

135 25 14
                                                  


Maintenant que nous avons vu les principes de base, qui s'appliquent à chaque utilisation sur le net, j'aimerais revenir sur un point crucial, la surveillance étatique. j'en ai touché quelques mots dans l'introduction, mais j'aimerais revenir un peu plus en détails sur ce qui se trame dans les méandres de la toile.

La surveillance étatique n'est pas nouvelle, et déjà, au moment des attentats du 11 septembre, nombre de personnes se sont soulevées contre l'acquisition par plusieurs états du programme Echelon. Ce dernier visait à espionner toutes les communications, et les enregistrait dès que certains mots-clés étaient écrits ou prononcés, le programme visant vos mails, coups de téléphones, SMS... L'affaire a été cependant rapidement oubliée, mais en 2013, une personne a démontré que la surveillance de masse avait pris des proportions bien plus énormes. De plus, nous voyons constamment de nouvelles lois qui s'érigent dans nos contrées : surveillance des réseaux, enregistrement des méta-données, censure...

Edward Snowden, ancien consultant à la NSA, révèle au monde entier qu'il est sous surveillance par la NSA et d'autres services de renseignements. Il nous démontre que nos webcams et micro peuvent être activées à distance, sans que l'on s'en rende compte. Mais fait bien plus grave, il nous révèle les programmes PRISM, Tempora, EvilOlive et l'outil Xkeyscore.

Ces fameux programmes sont des intrusions dans des services de communication. PRISM se concentre principalement sur les grands acteurs de l'informatique : Apple, Facebook, Google, Microsoft... Tempora se concentre, lui, sur les services Télécoms britanniques, quant à EvilOlive aux télécoms américain. Tout ce que vous réalisez donc via tous ses services peut être enregistré ou être accessible dans le cas d'un réseau social.

Xkeyscore est pour sa part, le moteur de recherche de tous ces programmes de surveillance. L'équivalent du moteur de recherche Google pour l'espion. Un agent pourra donc taper votre nom, regarder toute votre activité sur le net et celle de vos relations.

Vous pourrez m'arguer que la NSA est un service purement américain et qu'il ne se concentre donc que sur les personnes vivant sur le territoire US

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

Vous pourrez m'arguer que la NSA est un service purement américain et qu'il ne se concentre donc que sur les personnes vivant sur le territoire US. C'est faux. Tout le monde peut être touché, et des millions de communications sont enregistrées à travers le monde, et souvent ce n'est pas le pays « ennemi » qui est le plus visé par ces enregistrements.

Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur ces programmes de renseignements, je vous invite à regarder le film « Snowden » d'Oliver Stone. Il explique à merveille ce que Snowden a découvert et permet de bien se rendre compte de l'ampleur du problème.

Bien sûr, la situation n'est guère plus reluisante en Europe. La France a connu dernièrement la loi de programmation militaire et la PLJRenseignement, enregistrant une grande partie des communications internet. La Belgique a déposé une loi sur l'enregistrement des meta-données des internautes, cassée par la CEDH, mais qui revient sous une nouvelle forme encore plus contraignante. Le tout dans un secret bien gardé pour cette dernière, la presse en parlant très peu.

Et cette surveillance pose bien des problèmes : la première, est que l'internaute se sachant surveillé, il va modifier son comportement sur internet. Des statistiques sur des recherche sur le web l'ont bien démontré. Certaines personnes n'osent plus se renseigner sur la toile de peur d'être assimilé à un dissident quelconque. Ce qui nous arrive au deuxième point : l'amalgame. Des étudiants se sont retrouvés avec des problèmes avec la justice simplement pour avoir fait des recherches sur le Jihad pour leur thèse.


Dans bon nombre de pays, vous êtes profilés par les services sociaux, afin de vérifier que vous ne pratiquez pas une sorte de fraude sociale, en omettant de dire certaines choses à la personne qui s'occupe de votre dossier. C'est le cas en Angleterre, mais aussi dans certaines villes en Belgique, comme par exemple Anvers. Et nombre de gouvernements émettent l'intention d'interdire le chiffrement, rendant toute communication visible par qui le souhaiterait. Imaginez que le facteur ouvre toutes vos lettres et se mette à les lire. C'est exactement ce qui pourrait se passer pour vos mails ou autres messages privés.

Je terminerai ce point par parler de censure : en effet, certains états mettent en place des Firewall pour leur pays, qui censureront une partie du net. Bien sûr, je ne suis pas du tout contre le fait de bloquer le site avec du contenu pédophile, cependant cela ne s'arrête pas là. Les sites de partage de médias en sont généralement les premières victimes, et dans d'autres pays, la censure s'élargit aux pensées subversives qui ne plaisent pas au gouvernement local. Censurer le net revient donc à censurer la liberté d'expression.

Pour en revenir à nos usages, l'avenir n'est guère réjouissant. Trump propose de déposer un projet de loi visant à parcourir les données de quiconque ne vivant pas sur le sol US mais qui utilisent des services numériques américains. Vous avez un compte Google ? L'administration US pourra se servir allègrement dans votre « cloud ». Un autre projet vise à renseigner tous vos identifiants de réseaux sociaux pour rentrer sur le territoire américain. Et vous verrez, d'autres projets tout aussi farfelus arriveront, un jour ou l'autre, en Europe.


Protéger sa vie privée sur InternetLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant