Nouveau: Tap - Des histoires dialoguées pour votre 📲 . Disponibles en francais
Recevez le maintenant

Chapitre 6 - BATHAM

4 1 0


               Chapitre 6 (1ère partie)

Batham



Dek' lan n'avait pas revu sa mère depuis plusieurs jours.

Assis dans une cellule jouxtant la Fosse, il n'avait plus peur comme au début. Il savait.  Il savait que le crime de sa mère n'avait pu la conduire qu'à la mort. Pourtant, il chassa cette morbide pensée de son esprit. S'il l'acceptait alors il saurait qu'il était seul au monde. Il ne pouvait le supporter. L'espoir lui permettait de survivre mais il le rendait faible. Il repensa aux paroles de son père :« Tu n'existes, misérable bâtard que pour me servir et faire ce que j'attends de toi et je ferai de toi le plus sanguinaire des assassins ou tu crèveras! »

Sa mère avait été la seule à lui témoigner de l'amour et il savait qu'elle serait la seule, à jamais. Pour tous, il était un pestiféré et il le resterait sa vie durant. Personne n'était intervenu en entendant les cris d'un enfant qu'on torturait depuis des semaines.Pas un seul assassin ne l'avait regardé. Il était invisible à leurs yeux. Il n'était rien.

Personne.

Même pas son maître Midas. Il lui avait pourtant promis de les sauver. Il l'avait attendu. Il ne le faisait plus. Personne ne viendrait le sauver.

Lanius était revenu le lendemain de l'agression. Il était dorénavant borgne.

C'est lui-même qui avait tenu le fouet. Il avait remplacé le bourreau.Il n'avait jamais parlé de Mika.

Dans la cour des assassins, il le torturait sans cesse à chaque levée du jour, devant les hommes de sa sœur. Il détestait ce moment mais arrivait à ne plus le montrer. Il savait que pour survire , il ne pouvait rester à l'écoute de lui-même. Il se forçait à rester en dehors. En endroit dans son esprit qu'il appelait son trou.Quand il y accédait, il arrivait à ne plus rien ressentir. Ni la douleur, ni la peur, ni l'espoir. Il avait appris à ne plus hurler. La douleur ; il l'avait rendue sourde. Lanius avait paru satisfait de son silence alors il avait serré les dents à se les briser et avait continué.

Mai sAstrid venait souvent l'épauler. Le chef des assassins lui avait dit, en lui arrachant les ongles que la torture était un art et qu'elle était la plus grande artiste de l'Hamelda.

Quand elle se mettait en tête d'exprimer son talent, Dek'lan le savait au nombre de spectateurs qui se trouvaient dans la fosse. Il savait qui allait poursuivre son « dressage ». Dans ces moments, il sentait une envie de vomir.

Personne ne mettait fin à son supplice.

Jamais.

Au contraire, l'armée entière prenait note de son calvaire quand Astrid venait.

Ils ne voyaient pas un enfant. Il ne le voyait pas. Il était invisible. Au mieux ; il n'était qu'un animal à dresser. Personne ne le voyait, lui. Tout le monde admirait l'artiste. Astrid.

Deux lunes étaient passées sans nouvelles de Mika.

Il n'avait pu résister et il avait demandé où se trouvait sa mère.Lanius lui avait brisé la mâchoire sans lui répondre en lui crachant que sa faiblesse le décevait.

Les Abadhons guérissaient vite mais la fracture n'avait pas été réduite. Si bien que sa guérison avait été aussi un autre supplice. Son tortionnaire avait pris plaisir à voir sa souffrance avant de lui rebriser de nouveau la mâchoire pour la remettre en place correctement.

Depuis,il flottait dans un état second. Il semblait ne plus sentir la douleur tant physique que psychologique.

Aujourd'hui,quand Lanius avait encore lacéré ses chairs avec son fouet, il n'avait pas émis un bruit. Il n'arrivait plus à ressentir.

Red DawnLisez cette histoire GRATUITEMENT!