L'androïde

6 0 0
                                                  


Traversant le long corridor d'un pas assuré, motivée par les découvertes qu'elle pourrait faire durant la journée, elle feuilletait les brouillions de ces précédentes recherches au laboratoire d'Humanity dans l'espoir de trouver un cas biologique similaire à Candidus.

Quelques cas d'oiseaux volant en haute atmosphère, des algues "plateformes" qui voguent à contre-courant pour suivre les rayons d'une naine rouge, et même des bipèdes capables de construire des tours gigantesques en granit faisant office d'habitat et de protection face aux prédateurs. Mais aucun organisme vivant en osmose parfaite avec des flux magnétiques, qui plus est, sans nutrition organique. Après tout, l'univers recelait peut-être d'autres surprises bien plus étonnantes. Certaine d'avoir mis la main sur un phénomène jusque-là méconnu voire inconnu, elle se prêtait volontiers à imaginer son retour couronné de succès vers la station-mère, fixant à travers chaque hublot le long du couloir l'horizon morne d'Encelade. À mesure qu'elle se rapprochait du laboratoire, son pas s'accélérait. Elle s'engouffra dans le labo, jeta ses dossiers sur la table centrale et se laissa tomber dans son siège à roulettes tout en se déplaçant vers le terminal.

Chaque nouvelle journée, la procédure restait la même : ouvrir un nouveau rapport, renseigner les noms des scientifiques présents, vérifier leur état de santé et enfin inventorier les stocks d'eau et de nourriture. Après avoir indiqué son nom elle se dirigea vers le scanner. Là, debout, des anneaux lumineux allaient et venaient de haut en bas. Le terminal, lui, éditait des lignes de code interminables pendant qu'un petit hologramme à son image tournoyait par saccade, synchronisé avec l'apparition des lignes sur l'écran.

L'intelligence artificielle indiqua à voix haute l'état des stocks et de la station. Automatiquement l'inventaire fut téléchargé dans le rapport. L'état irréprochable de sa consommation d'eau et de nourriture n'y faisait pas défaut. Le terminal passa alors en mode scientifique.

- Liquid-2, jour 2. Enregistrement actif. Contrôle des outils terminé. Session de recherche prête.

Héléna fixait en réalité depuis quelques minutes le sujet 23 avec gravité. Sa cage était fortement marquée par une forme d'usure circulaire plus ou moins nette. En s'approchant le tracé était bien visible et de contour strié par les petites griffes du rongeur. D'ailleurs, 23 était prostré au fond de sa boite, les pattes abîmées et rougeâtres, le museau pointant de gauche à droite successivement, la respiration rapide.

- le sujet numéro 23 présente des signes d'agitation anormaux. Sa cage est marquée par des griffures multiples en particulier au niveau du fond de la caisse où une sorte de cercle s'est formé. J'ai peur que mes tests soient faussés par une infection ou une anomalie du sujet, précisa-t-elle, l'œil rivé sur l'enregistreur. Comme ce sujet doit être écarté de mes recherches, je vais volontairement le mettre en contact direct avec Candidus. Je pense qu'il sera tout de même intéressant d'observer sa réaction.

Héléna marqua un temps d'arrêt avant de reprendre :

- Fais-moi un rapport sur L-15.

- L-15 est actuellement affecté aux corvées de nettoyage de la pièce de vie.

Elle détestait tellement les androïdes qu'elle l'avait volontairement affilié à des tâches ingrates, et suffisamment éloigné d'elle pour le croiser le moins souvent possible.

Elle se rendit dans la petite pièce attenante au laboratoire, commença à enfiler une combinaison intégrale anticontamination.

- Préviens-le, je vais avoir besoin de lui ici, soupira-t-elle.

Héléna détestait la présence des androïdes dans son travail et avait très mal accueilli l'idée que la mission lui en mette un dans les pieds. Mais son immunité face aux risques biologiques et sa rigueur d'organisation n'allaient pas être de trop pour la suite.

Quelques instants plus tard, L-15, plus communément appelé Ellie durant Liquid-1 -car moins protocolaire- fit son entrée par le sas du laboratoire.

Elle ne lui adressa pas un regard. Fidèle à sa programmation et non sans assurance, "Ellie" prononça doucement :

- Bonjour Professeur, en quoi puis-je vous être utile ?

L'apogée d'un règneLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant