Chapitre 5 - Partie 3 - Sous couverture

239 48 8

Moins de cinq minutes plus tard, Naola déposait le gamin blond dans l'un des fauteuils du manoir. En quelques gestes, elle avait sécurisé la pièce et monté les défenses du domaine à leur maximum. Mattéo, Xâvier et Alix en seraient immédiatement informés.

Elle prit quelques instants pour observer leur... captif inconscient. Mordret avait assuré les soins minimums pour que sa marchandise reste en vie, ce qui laissait l'adolescent dans un état tout à fait déplorable. Le vampire s'était contenté de découvrir ses canines d'un sourire ironique lorsque Naola le lui avait fait remarquer.

La jeune femme posa deux doigts contre la gourmette de communication, dissimulée par un charme d'invisibilité à son poignet.

« J'ai récupéré ton colis, mais il est mal en point, formula-t-elle à haute voix. J'ai dû bluffer pour que Mordret me le laisse. Ton paiement avait intérêt à valoir le coup. »

— Ça valait le coup, il sera content. Du moins, autant qu'un vampire puisse l'être. »

Naola sursauta et se retourna. Mattéo était adossé à l'un des côtés de la cheminée.

« Ce crétin... Comment a-t-il pu penser survivre aux souterrains ? C'est une petite fortune que j'ai laissée pour lui...

— Comment est-ce qu'il s'est retrouvé là-bas ? » demanda la jeune femme en croisant les bras.

Mâchoire crispée à l'extrême, les poings serrés, Alix émettait une colère sourde, violente et agressive. Mattéo était froid, Amalia, explosive. Naola détourna le regard, les traits de son compagnon avec cette expression si éloignée de ce qu'elle lui connaissait la mettaient mal à l'aise.

« Perm a joué des coudes pour doubler mon Magistère, ils ont ouvert une enquête. Il paraît que mon domicile n'est pas un lieu de détention adapté. Il devait passer quelques jours en prison, le temps que je régularise sa situation, et la mienne. Il s'est enfui, on ne sait pas comment. Quel con... »

L'Once s'approcha de Pierre et détailla ses blessures. Il ne paraissait pas en bon état, mais il y survivrait. Penchée sur le gamin, elle releva sa tête et appliqua une compresse sur son cou. Des morsures caractéristiques.

« Mordret s'est servi ? Comment a-t-il fait pour le trouver si vite ?

— Mordret ne se nourrit pas comme ça », répondit Naola avec un brin d'agressivité.

Elle se passa la main sur le visage, étrangement mal à l'aise.

« Il... Fillip arrivait, alors il m'a presque mise à la porte... il n'était pas non plus... ravi de... »

La jeune femme se tut et ferma les yeux. Un souvenir emplit sa tête. Tourab, lors de l'attaque de maison haute, avait assisté à une scène qu'elle n'aurait jamais cru possible.

« Bouse de pandricorne, ce mec a embrassé Mattéo ! s'exclama-t-elle en écarquillant les yeux. Écarte-toi de lui !

— Ho, Pierre n'a rien fait... C'est Mattéo qui l'a embrassé », corrigea Alix en reculant.

La réaction de la jeune femme offrait au moins l'avantage d'amuser la fédérale.

« Pardon ? »

Au ton de cette question, il était proprement impossible de lui faire avaler une énormité pareille. Elle grimaça et ajouta, très sèchement :

« Il n'y a pas moyen que tu prennes une autre apparence que celle de mon copain ?

— Je pourrai, avoua Alix, mais je vais retourner travailler, je ne vais pas sacrifier un sérum pour une ou deux minutes. Pierre ne doit pas me voir ici dans mon véritable corps. Même inconscient, je ne veux courir aucun risque. »

Amalia se redressa et jeta un coup d'œil autour d'elles. Critique, elle annonça :

« Il faudrait, pour bien faire, lui interdire quelques zones et en parler avec les garçons. Enfermons le dans une chambre, Mattéo l'accueillera ce soir, une fois ces détails réglés. Je ne peux vraiment pas m'absenter trop longtemps. Honkey ? »

Le webster se manifesta dans un coin de la pièce. Pas dupé par le changement d'apparence d'Alix, il signifia en s'inclinant :

« L'un des appartements, au deuxième étage, à l'opposé des vôtres, est préparé pour le jeune Tomislav, Maître Alix.

— Merci, Honkey. Je te laisse l'emmener. Naola, merci. À ce soir. »

À nouveau, elle abandonna Naola sur place, sans attendre de réponse.

Les traitresLisez cette histoire GRATUITEMENT !