V

5.3K 98 26

Allongé sur le hamac, j'observais les étoiles d'un air absent. La discussion qu'Alice et moi avions entretenue il y a de cela un mois me hantait encore. Je n'arrivais toujours pas à croire que dans une semaine, nous allons accueillir une petite fille. Alice ne m'avait donné pratiquement aucune information sur elle mise à part qu'elle se nomme Margot. J'allais quand même être son futur père et il était de mon devoir d'avoir un peu plus d'info à son sujet mais Alice s'obstinait à ne rien me dire. Elle avait bien évidement averti toute la famille qui viendra célébrer un « nouveau » départ pour nous. Qu'est ce que je n'aimais pas les retrouvailles familiales. Il y avait toujours un de mes vases ou tableaux qui se cassaient. La maison qui était propre et tout bien rangé finissait toujours en désordre. Et l'horrible brouhaha que faisait les plus jeunes, m'insupportais. J'avais horreur de tout ça. Je ne la voyais pratiquement jamais ma famille, j'étais soit trop occupé, soit j'inventais des excuses pour échapper aux rassemblements familiales. Les rares fois où j'y allais, c'était pendant les vacances de Noël et je n'y restais jamais plus de cinq jours. Quand je pense que j'avais cédé aux avances de ma fiancée me mettait dans un état second.

Un enfant, ici, dans cette maison ?!?

Ce n'était qu'un rêve, j'allais me réveillé d'ici quelques minutes et tout ce cauchemar sera terminé. Elle ne pouvait pas m'annoncer cela, comme ça. Je ne m'étais pas préparé à une telle nouvelle et ça ne m'enchantait guère. Il était hors de question qu'on est d'enfant dans cette maison. C'était trop de travail, trop de charge et ça coûtait beaucoup trop cher même si ce n'était pas l'argent qui nous manquait.

- u... un... un enfant ? Dans cette maison ?

- oui, c'est incroyable non ? Notre rêve va enfin pouvoir se réaliser !

Tu parles d'un rêve ? C'est tout sauf un rêve ! Vous m'imaginez moi être papa ? Moi non en tout cas. Devoir supporter ses pleurs, devoir changer ses couches, ça m'était déjà insupportable rien que le faite d'y penser.

- tu t'imagines le travail que ça demande ? On est pratiquement jamais à la maison, on ne peut tout simplement pas avoir d'enfant. C'est absurde. Et en plus tu es stérile comment vas-tu te débrouiller pour avoir un enfant ?

J'avais ri nerveusement.

- qui t'as dit que j'étais enceinte ? Tu ne me touches pratiquement plus dit-elle. Et puis cela nous permettra justement de nous libérer, de pouvoir passer plus de temps en famille.

En famille ? J'aimais bien ma petite routine de tout les jours.

- c'est ce que tu insinues ! Tu ne peux pas prendre ce genre de décision à la léger et toute seule ! Je te rappelle que nous sommes deux à vivre dans cette maison alors c'est non. Je ne veux pas d'enfant ! Enlève-toi cette idée de la tête.

Elle me regardait et ses yeux bleus s'obscurcit. Elle posa délicatement ses couverts sur la table et mit ses coudes sur la table. Elle finit sa bouchée de lasagne. Pas là peine de deviner ce qu'elle allait faire. Elle allait me jouer sa comédie pour me faire porter le chapeau du grand méchant loup. Au coin de ses yeux commençaient à se former des goûtes de larmes avant de perler tout doucement le long de ses joues. Du grand Alice lorsqu'elle voulait à tout prix une chose. Je détestais tellement cette partie d'enfant pourri gâté qu'elle avait.

- avoue le, tu es bien content que je ne puisse pas avoir d'enfant... tu dis toujours qu'on va trouver une solution pour arranger ce petit détail, que bientôt cette maison sera envahie par les rires d'enfant et voilà maintenant plus de deux ans que tu me l'as promis mais toujours rien. Et lorsqu'une solution s'offre à nous tu dis non. Je commence à douter de tes sentiments envers moi... m'aimes-tu autant que tu prêtant le dire Ewan Matthew ?

Attirance malsaine [ MATURE ]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !